› Sport

Moussa Guidiera : Une série de rendez-vous manqués

Le combattant Moussa Guidiera, double champion d’Afrique de Kick Boxing, s’apprête après plusieurs évènements repoussés à disputer le championnat du monde de boxe arabe.

La route vers le titre de champion du monde des mi-lourds en Kick Boxing passe par un détour pour Moussa Guidiera. En 2018, fraichement auréolé de son 2ème titre de champion d’Afrique, il s’apprêtait à combattre pour le titre mondial à domicile, à Bamako. Il bénéficiait des assurances du ministre des Sports d’alors, Housseini Amion Guindo, pour tenir ce combat dans la capitale malienne. Mais, pour son malheur, Guindo sera remplacé quelques semaines plus tard et le projet restera à l’état de promesse. Toutefois, celui que l’on surnomme Pololo, en référence au célèbre gangster nouchi de Côte d’Ivoire, n’a pas dévié de son objectif : passer autour de sa taille la ceinture mondiale. Dans l’impossibilité d’accueillir le combat au Mali, il a du en passer par un match qualificatif pour espérer défier le champion. En 2019, au Cameroun, sur la terre de ses premier exploits dans la discipline, il bat l’Espagnol Elias Hernandez et s’offre le droit de disputer le titre. Rendez-vous programmé pour l’année suivante, en 2020, mais constamment repoussé pour cause de Covid.

En attendant, cet immense fan de Jean Claude Van-Damme, qui l’a incité à embrasser les arts martiaux plutôt que le commerce auquel on le prédestinait, se diversifie. Le double champion d’Afrique de Kick Boxing s’oriente pour l’heure vers la boxe arabe. Près de 500 boxeurs sont annoncés pour l’évènement. Guidieria, 36 ans, afin de mettre toutes les chances de son côté, s’entraine au Cameroun. « C’est l’un des pays les mieux avancés dans le domaine et c’est ici que j’ai appris le Kick Boxing », explique-t-il. La Russie devait organiser du 21 avril au 1er mai la 1ère édition des championnats du monde de boxe arabe, repoussée en raison de la Covid. Elle se tiendra finalement du 27 juillet au 10 août. Cette discipline, encore peu connue au Mali, se rapproche de la boxe thaïlandaise. Il est interdit d’utiliser les coudes ou de saisir la tête de son adversaire. Sport particulièrement dynamique, alliant vitesse et précision, la boxe arabe autorise les coups avec les poings et les genoux. Lors d’un combat ayant atteint la limite, le vainqueur sera désigné par décision des juges.

Boubacar Sidiki Haidara

 Cet article a été publié dans Journal du Mali l’Hebdo n°320 du 27 mai au 02 juin 2021 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut