Politique › Sécurité & Terrorisme

Mali: signature de convention entre la MINUSMA et la Direction Générale de la Police

Dans le cadre du 19 juin considéré comme étant la journée internationale pour l’élimination des violences sexuelles en temps de conflits, la Minusma et la Direction générale de la Police du Mali ont signé une convention pour l’insertion de modules sur les violences sexuelles liées au conflit dans le programme de formation de l’Ecole Nationale de Police le 18 juin à Bamako.

Selon les Nations Unies, l’expression « violences sexuelles liées aux conflits » recouvre des actes tels que le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, l’avortement forcé, la stérilisation forcée, le mariage forcé ainsi que toutes autres formes de violences sexuelles de gravité comparable, perpétrés contre des femmes, des hommes, des filles ou des garçons et ayant un lien direct ou indirect avec un conflit.

 Le Mali depuis 2012 est considéré comme un pays en conflits et ces populations sont sujettes à plusieurs violences. C’est l’une des raisons ayant motivé la signature de cette convention au profit de l’Ecole Nationale de Police en présence du Directeur général de la Police , monsieur Souleymane Traoré qui a remercié le porteur du projet, a salué l’initiative et a déclaré lors de cette cérémonie de signature : « La formation est la meilleure voie pour la police d’atteindre sa mission et nous espérons que cette convention nous aidera à lutter contre les violences sexuelles dans cette situation de conflits , je donne l’assurance que tout sera mis en œuvre pour l’application effective de cette convention. » 

Cette convention permettra d’intégrer de nouveaux modules basés sur les violences sexuelles en période de conflits dans le curriculum de formation de la police. 

La chef de la composante Police de la Minusma, madame Bettina Patricia Bougnani a rappelé l’importance de la signature de cette convention dans la lutte contre les violences sexuelles et à « réitérer l’engagement des Nations Unies pour accompagner la police et l’Ecole Nationale de Police dans le cadre de lutte des violences sexuelles liées au conflits » 

Yehiya Boré  

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut