› Économie

Épargne classique : Avantages et contraintes

L’épargne est la partie du revenu qui n’est pas consacrée à une consommation immédiate. L’argent mis de côté est destiné à une utilisation différée, généralement un projet. On peut aussi vouloir le faire fructifier. L’épargne classique a deux formes : celle dite « liquide », disponible sous forme d’argent immédiatement accessible et l’épargne investie en contrats d’assurance-vie, plans d’épargne en actions, investissements etc. Au Mali, l’Union monétaire ouest-africaine fixe les conditions de rémunération des comptes et livrets d’épargne à un taux fixe de 3,5% par an, payable chaque semestre, de janvier à juin et de juillet à décembre, dans la limite d’un montant maximum de 10 millions de francs CFA. Les plans d’épargne et autres produits d’épargne contractuelle sont rémunérés au même taux minimum de 3,5%.

Pour ouvrir un compte d’épargne, le client s’acquitte des formalités administratives et des frais d’ouverture et effectue un dépôt minimum. Les conditions diffèrent selon les banques et autres établissements financiers. Cependant, le compte est sans frais de tenue ni commission la plupart du temps. Le client peut effectuer des versements en toute liberté, à son rythme, en espèces, par chèque, par virement ou transfert. Plusieurs banques proposent une carte magnétique de retrait adossée au compte.

En outre, certaines banques proposent des plans d’épargne à leurs clients afin de faciliter la réalisation de leurs projets. On distingue entre autres des plans d’épargne logement, pèlerinage, ambition, etc. Il est aussi possible d’épargner de l’argent pour son enfant jusqu’à sa majorité.

Boubacar Diallo

Cet article a été publié dans Journal du Mali l’Hebdo n°323 du 17  au 23  juin 2021 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut