› Économie

Produits maliens : la labellisation en marche

En matière de propriété industrielle, les Indications géographiques (IG) permettent de montrer qu’un produit est originaire d’une localité, lié à une « tradition » et possédant une identité. Toutes choses qui justifient pour le Centre malien de promotion de la propriété industrielle (CEMAPI) cette démarche pour certains de nos produits.

C’est ainsi qu’il a inscrit à son programme d’activité 2021 l’identification et la reconnaissance de 2 produits pour chacun des secteurs de l’agriculture et de l’artisanat en IG. Pour l’artisanat, le bogolan et le sel gemme de Taoudenit et pour l’agriculture le sésame de Banamba et la gomme arabique. L’objectif du CEMAPI est de fédérer les efforts des acteurs « afin que d’ici fin septembre ces produits soient reconnus comme produits IG pour le Mali ».

Pour le processus de sélection des produits, un Comité restreint regroupant les acteurs de l’agriculture et de l’artisanat (faîtières et structures techniques) a été mis en place. Après une première rencontre en mai 2021, le Comité a sélectionné en fonction de certains critères les deux produits pour chaque secteur.

Processus inclusif

Actuellement, le centre poursuit les concertations avec les acteurs qui seront les porteurs du projet. À la suite de cette démarche, la reconnaissance par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), qui regroupe 17 États (8 de l’espace UEMOA, 6 de l’espace CEMAC et la Guinée, la Mauritanie et les Comores) sera entamée. Mais, avant cette reconnaissance comme d’IG du produit, il doit être d’abord reconnu par la population concernée par un acte officiel pris par les autorités. La démarche se poursuivra pour la reconnaissance internationale IG.

Le groupement porteur du projet jouera un rôle crucial, avec la mise en place d’un cahier des charges qui décrira les caractéristiques particulières du produit et un plan de contrôle pour en suivre l’application. Lorsqu’il est produit dans plusieurs sites, à la fin du processus des comités dans toutes les localités de production seront chargés de veiller au respect du cahier des charges.

Le Comité national des indications géographiques (CNIG) a identifié plusieurs autres produits pour être labellisés en Indication Géographique ou en Marque Collective, parmi lesquels la pomme de terre de Sikasso, le pois sucré de Sikasso, la mangue du Mali, le beurre de karité du Mali, etc...

Il faut rappeler que Bandiagara Jaba (l’échalote de Bandiagara) a été le premier produit reconnu au plan national comme Indication Géographique suivant l’Arrêté N°2018-0710/MDI-SG du 14 mars 2018. Il a été officiellement enregistré comme Indication Géographique Protégée (IGP) par l’OAPI. La remise officielle du certificat IGP de l’échalote aux autorités maliennes est prévue à Bamako prochainement.

Fatoumata Maguiraga

Cet article a été publié dans Journal du Mali l’Hebdo n°327 du 15 au 21 juillet 2021 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut