› Sport

Basket féminin malien : des problèmes en coulisses, la jeunesse au pouvoir

Les tourments en coulisses du basket-ball malien se poursuivent. Après l’épisode de la sélection masculine, où de nombreux cadres ont refusé la convocation pour cause de préparation trop courte, c’est le tour des Dames, qui devront faire sans certaines joueuses-clés, ces dernières ayant décliné la sélection pour protester contre des primes impayées.

Le Mali ira à Yaoundé sans Touty Gandega et Meiya Tirera. Deux joueuses importantes de la sélection nationale féminine, dont les bonnes performances avaient permis à l’équipe de se classer 3ème des deux Afrobasket 2017 et 2019. Gandega, qui faisait partie du Cinq majeur de la compétition en 2019 a expliqué les raisons de son absence. Juste après la publication de la liste des joueuses retenues, le 9 septembre, elle sur les réseaux sociaux fait part de sa décision de ne pas rallier le Cameroun pour cause de primes pour la médaille de bronze 2019 toujours impayées. « On mouille le maillot, on joue pour la Nation avec fierté, mais quand je vois la manière dont on nous remercie, j’ai mal. De ce fait, j’ai décidé de ne pas aller au rassemblement cette année ». Même si elle ne s’est pas encore exprimée publiquement, selon des informations l’absence de l’expérimentée Meiya Tirera, longtemps capitaine de la sélection, serait aussi due à ce problème. « Elles ont raison, et nous, fédération, sommes impuissants. Nous avons tout fait, attiré l’attention du département des Sports, mais rien », se désole une source proche de la fédération malienne de basket-ball. Au-delà de cela et des problèmes de harcèlement sexuel qui l’ont secouée, la fédération doit aussi gérer la plainte de Sylvain Lautié, coach de l’équipe lors des dernières campagnes. Le Français réclame 16 mois d’arriérés de salaire. L’audience de cette affaire devant le Conseil des Prud’hommes de Nancy se tiendra le 10 décembre prochain.

Prime à la jeunesse

En attendant, sur les parquets, les Aigles Dames ne se présenteront pas en victimes expiatoires, avec des joueuses talentueuses qui ont mené le Mali vers les sommets dans les catégories jeunes, comme Maimouna Haidara ou Sika Koné, qui a été dans le Cinq majeur de la Coupe du monde féminine U-19 en août dernier. Ces nouvelles pousses seront encadrées par une touche d’expérience incarnée par Nassira Traoré, 32 ans, présente en sélection depuis plusieurs années.

Boubacar Sidiki Haidara

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut