Société › Actualités Société

Journée internationale de la fille : une ONG milite pour l’égalité au Mali

Dans le cadre des célébrations de la Journée Internationale de la Fille ce lundi 11 octobre 2021, Plan International Mali octroie le pouvoir aux filles. C’est dans le cadre de l’une de des principales tactiques de la campagne « Aux filles, L’Égalité » mis en place depuis 2018 par l’organisation. L’initiative dénommée « girls Takeover » (les filles aux commandes) consiste à placer une jeune fille à un poste de responsabilité durant une journée et à encourager les organisations/institutions à écouter leurs points de vue et à en tirer des enseignements. Pour cette année, ils sont plusieurs organisations internationales et Ambassades à accompagner Plan International pour la réussite de l’organisation. 

 

Educo Mali : « nous accompagnons pour confirmer notre engagement aux côtés des filles »

Par une remise de cachet, en ce jeudi 07 octobre 2021, Fatoumata Cissé, 21 ans, prend les rênes de la direction de l’ONG Espagnole Educo Mali. Le temps de 24h, la native de Gao, étudiante en licence administration et gestion des entreprises remplace M. Herman Zoungrana comme Directrice pays de la structure. « Takeover est une belle retrouvaille de plan International que nous accompagnons pour confirmer notre engagement aux côtés des enfants qui ne se résume pas seulement à leurs donner de kits scolaires mais aussi être à leur côté » explique, le Directeur sortant du jour M. Hernan. Durant cette 24h, la nouvelle Directrice Fatoumata Cissé sera à tête de 120 employés qui travaillent sur cinq projets. Elle dirigera, entre autres, une réunion de coordination du bureau de Bamako de l’ONG, un briefing avec les chefs de bureau de Mopti et Ségou pour le suivi des bases et des projets, une audience avec l’ONG BNCE pour un suivi de la mise en œuvre du projet jigitugu de protection des filles travailleuses domestiques à Bamako et échangera avec la Directrice générale d’Educo, Mme Pilar Orenes. Entrepreneure depuis toute petite, membre de plusieurs associations de défense de droits humains et du Conseil Consultatif National des Enfants et Jeunes du Mali (CCNEJ), la nouvelle directrice Pays d’Educo Mali Fatoumata Cissé, rassure que la tache de lui fait pas peur, mais « au contraire me permettra d’enrichir mes compétences professionnelles et humaines. Et de montrer à tous que les filles sont capables de diriger n’importe quelle structure de même que tout le monde », dit-elle.         

 

Oxfam : « Takeover, une très bonne initiative pour les jeunes filles »

« Faites vite nous n’avons pas assez de temps. Je dois partir visiter un camp de déplacés ». La nouvelle Directrice pays d’OXFAM Mali n’a pas de temps à perdre et le fait savoir aux nombres journalistes venus l’interviewé à l’occasion de sa prise de pouvoir. Dedeou Gassamba, 22 ans, originaire de Tombouctou a un programme chargé. Après avoir dirigé la réunion hebdomadaire du staff d’oxfam au Mali, elle s’apprête à aller visiter un site de personnes déplacés « afin de faire une prise de contact avec eux », dit-elle. Sélectionnée dans le cadre du programme « girls Takeover » de plan Mali, l’étudiante en communication et journalisme, témoigne, en plus de comprendre « comment les hommes et les femmes d’Oxfam se démènent d’arrache-pied afin de pouvoir impacter positivement la communauté pour améliorer leurs conditions de vie, c’est aussi une manière pour moi de me mettre dans leur peau et comprendre les efforts qu’ils fournissent chaque jour pour atteindre leurs objectifs. Le takeover m’a donné une belle opportunité afin de pouvoir vivre cette expérience que je pourrais dans les années à venir exploiter ». Pour Maiga Fatoumata Coulibaly Directrice des ressources humaines, l’initiative de plan Mali « est une très bonne initiative pour les jeunes filles, ça leur permettra de développer leur leadership et leur confiance en soi. En plus elle cadre aussi avec notre politique de promotion du genre », témoigne-t-elle.

 

Ambassade Belgique : « les filles ne doivent pas avoir peur de prendre des responsabilités »

Pour la célébration de la journée internationale de la fille, le pays de Jurgen van Meirvenne ne reste pas à l’ecart. Pour la célébrer, l’ambassadeur de la Belgique au Mali a accepté d’être remplacé par Hawa Cissé le temps d’une journée dans le cadre du programme « Takeover » de plan International Mali. Une réunion avec le personnel de l’ambassade sur le rôle des femmes dans la société et l’égalité des genres ; une visite au centre d’enseignement professionnel Père Michel qu’appui la Belgique ; et une table ronde à la résidence de l’UE, a animé la journée de la nouvelle ambassadrice. « Cette journée compte énormément pour moi. Avec tous les problèmes que provoquent les crises au Mali, il y a des filles qui sont victimes de violences tels que : les mariages forcés, les tâches ménagères, et fait de ne pas aller à l’école. Je me dis en étant aujourd’hui l’ambassadrice de la Belgique et que d’autres filles voient cela, ça va leur donner plus de courage et de force pour œuvrer, étudier et se donner des objectifs pour un jour diriger des grandes structures », explique Hawa. Tout comme M. Meirvenne a salué cette « belle initiative » de Plan Mali qui, selon lui, motive les filles « de ne pas avoir peur de prendre des responsabilités. Qu’il n’y a aucune raison qu’elles n’assument pas des rôles de premier plan dans la société et dans les entreprises ».

Ambassade Suède : femme à la puissance deux

Déjà représentée par une femme en la personne de Mme Kristina Kühnel, la Suède octroie encore plus de pouvoir à la gent féminine en remplaçant cette dernière, le temps d’une journée, par la jeune originaire de Ségou Aramatou Dembélé. L’étudiante en master à la Pharmacie de Bamako dit profiter de cette belle opportunité pour se développer personnellement et surpasser ses limites sur le plan professionnel.  Elle a dirigé une réunion avec le personnel et participer à un déjeuner qu’organise chaque vendredi les travailleurs de l’ambassade pour échanger autour des thématiques qui sont dans leurs domaines d’interventions. Après cette journée, elle compte œuvrer pour être une source de motivation pour les jeunes filles pour se performer et prendre confiance en elles et se dire « que la féminité est plus qu’une fierté ». Elle pourra compter sur l’Ambassade de la Suède qui selon sa représentante diplomatique Mme Kühnel, l’égalité des genres façonne leur politique étrangère. « En 2014 la suède a été le premier pays au monde a adopté une politique étrangère féministe. Dont l’une des principaux objectifs est la participation des femmes et des filles à la résolution des conflits et à la consolidation d la paix après le conflit », se vente-t-elle.

 

Ambassade Danemark : les filles doivent être écouter et surtout prisent en compte »

Dans l’optique de promouvoir l’égalité des genres et célébrer la Journée internationale de la fille, l’ambassade du royaume du Danemark s’est adonnée à l’exigence du projet Takeover de plan Mali international. À cet effet son ambassadeur M. Rolf Holmboe a eu l’amabilité de donner sa place à la jeune étudiante Mama Sampy.  « La covid19, la crise politique et aussi sécuritaire rendent difficile les quotidiens des femmes maliennes. Il faut identifier les défis et trouver des solutions pour y pallier avec des programmes comme Takeover », voue M. Holmboe d’après qui, son pays discute beaucoup avec le Mali dans différents domaines à travers les partenariats pour qu’ensemble améliorer la situation des jeunes filles et des femmes. Pour se faire, sa remplaçante du jour, Mme Sampy dit s’implique pour porter la voie des jeunes filles pour « qu’elle puisse se faire écouter, entendre et surtout qu’on les prend en compte ». A la suite de cette journée au cours de laquelle, la jeune franco-malienne Mama Sampy a échangé avec la consule du Danemark sur les défis et activités réalisées de son pays, puis avec les directeurs des trois groupes stratégiques (décentralisation, paix et stabilité et secteur privé), elle entend poursuivre des activités dans le sens de la promotion des droits des filles.

Ambassade UE : « les filles maliennes sont capable d’exercer des fonctions comme diriger une ambassade » 

En ce vendredi 08 octobre 2021, c’est Fatoumata Zahara Traoré, 21 ans, qui veille sur les intérêts de l’Union Européenne (UE) au Mali. M. Bart Ouvry, Ambassadeur de l’UE au Mali a cédé son poste de diplomate à la jeune fille « pour montrer que les filles et femmes maliennes sont capable d’exercer des fonctions comme diriger une ambassade ou une délégation. Nous montrons que cela est possible et nécessaire pour tous les états membres de l’UE », justifie le diplomate. Pour lui la question de l’égalité genre est quelque chose sur lequel l’UE travaille en interne. « Elle n’est pas encore acquise mais c’est en train d’évoluer. Nous allons accompagner cette évolution dans nos sociétés en Europe et ici au Mali », promet-t-il. Partant de là, courant la journée, la suppléante Fatoumata Zahara qui se dit porteuse de message de toutes les filles du Mali, a conduit la réunion Affaires politiques de l’ambassade et s’est entretenue avec des femmes de la Direction de l’UE sur des projets en lien avec les droits des filles et des femmes avant de présider une table ronde à la résidence de l’Union européenne en compagnie des ambassadeurs de la Suède, du Danemark, de la Belgique et de leurs remplaçantes du jour.

Toujours dans le cadre des festivités de la Journée internationale de la fille au Mali, trois Takeover sont prévus ce lundi avec Plan international, Terre des Hommes et le Ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. « En outre des Takeover, nous sommes en train de faire une campagne en ligne pour soutenir la pétition mondiale des filles qui est accès sur la liberté d’être en ligne et mettre fin aux abus et harcèlements des filles en ligne. Nous voulons par la même occasion que les gouvernements puissent prendre des décisions pour régulariser l’utilisation de l’internet », explique Aminata Cissé chargée de communication au Plan Mali.  Les célébrations seront clôturées le 14 octobre prochain par une conférence placée sous les thèmes du leadership féministe, des inégalités basées sur le genre en période de Covid-19 et des opportunités de recrutement pour les filles

Aly Asmane Ascofaré

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut