› Culture

Wizy wozo : le rappeur qui fait polémique

Sans fard ni concession, avec un flow biscornu et cocasse, Modibo Koné alias Wizy wozo trône depuis des mois sur le hip-hop malien. Avec sa manière particulière de rapper et de danser, celui dont les titres sont très appréciés, même si souvent polémiques, apporte un vent de fraicheur dans ce milieu.

En 2021, la vie de Wizy a basculé dans tous les sens – en bon et en mauvais. Du succès artistique avec la sortie de sa mixtape Mort de rire 2 à son passage en prison pour apologie de viol jusqu’à l’obtention de son baccalauréat, le rappeur de 20 ans a connu plusieurs ascenseurs émotionnels. Celui que sa maman voulait footballeur et son papa employé dans un bureau, se lance dans le rap en 2018. « Par hasard. Il s’est juste amusé à faire un freestyle en studio que tout le monde a apprécié. On l’a motivé à continuer », témoigne son manager, Balla Niakaté. Wizy se fait connaitre dans le « game » fin 2019 avec le morceau « Je n’aime pas l’école », dont le titre explique à suffisance le contenu. Succès confirmé par la suite avec le single Chakalewa, où il ironise en « souhaitant la mort de toutes les grands-mères» et le Ahan ou Wizy nana, où il fait « l’apologie du viol », selon le tribunal de la Commune IV de Bamako. En août dernier, il passa une nuit en garde à vue pour cela, avant d’être libéré le lendemain pour passer le Bac, en attendant son procès. Wizy wozo répond comme il rappe : cash, sans argumenter. Son rêve : avoir de l’argent. L’école : pas son truc. Ses idoles : tous les artistes sérieux. Son style de rap : comédie rap. « Wizy wozo c’est le Dj Arafat malien. On ne comprend souvent rien à ce qu’il chante – comme dans Wizy nana – mais il a une manière exceptionnelle de cracher son flow. En plus, son beat incite à danser », explique Bobby, producteur de musique. Gaspi, que le jeune Modibo Koné adule, le confirme « quand on sait rapper, même si on ne fait que chanter tralala, tout le monde écoute ». Contrairement à lui, le rappeur Tal B, dont le protégé Malakey est en clash ouvert avec Wizy, prédit que des rappeurs comme lui ne feront pas long feu. « Il fera juste un buzz de deux jours et partira aux oubliettes », tacle-t-il. Des critiques dont se moque l’intéressé, qui se définit comme un phénomène venu s’emparer du rap malien.

Aly Asmane Ascofaré

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut