Culture › Médias

Journée Internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes

L’UNESCO affirme qu’en 2020, 62 journalistes  ont été tués à raison de leur travail dans le monde. Si beaucoup ont perdu la vie en couvrant un conflit, le nombre de professionnels des médias tués en dehors des zones de conflit a augmenté ces dernières années. Dans de nombreux pays, le simple fait d’enquêter sur la corruption, les trafics, les violations des droits humains ou les questions environnementales met la vie des journalistes en danger.

Toujours selon l’UNESCO, près de 9 cas sur 10 restent impunis. Les journalistes font aussi face dans l’exercice de leur métier à d’autres maux: enlèvement, torture, détention arbitraire, campagne de désinformation, harcèlement, notamment dans la sphère numérique. Les femmes journalistes sont tout particulièrement exposées à la violence en ligne selon le message du secrétaire général des Nations unies.

 Il précise dans son message à l’occasion de cette journée que les crimes contre les journalistes ont une influence énorme sur la société tout entière. De tels faits empêchent en effet les citoyens de prendre des décisions éclairées. La pandémie de COVID-19 et la pandémie parallèle de désinformation ont montré que l’accès aux faits et aux informations scientifiques était une véritable question de vie ou de mort. Lorsque l’accès à l’information est menacé, c’est la démocratie et l’état de droit qui sont ébranlés.

 En cette Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, à travers son institution, António Guterres rend hommage au travail des journalistes tués dans l’exercice de leur métier tout en s’alignant du côté de la justice pour ces crimes commis à leur encontre.

Il appelle donc ce 2 novembre 2021, les États Membres et la communauté internationale d’être solidaires des journalistes dans le monde entier, aujourd’hui comme chaque jour, et de faire preuve de la volonté politique nécessaire pour enquêter sur les crimes commis contre les journalistes et les professionnels des médias et pour en poursuivre les auteurs avec la plus grande fermeté.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut