Société › Justice

Attaque de Songho : la CODEM et le PARENA vont porter plainte contre Adama Diarra

La CODEM et le PARENA ont décidé de déposer une plainte conjointe contre Adama Diarra dit Ben le Cerveau pour des « accusations gravissimes et des menaces proférées » à leur encontre. Les deux partis politiques l’ont annoncé lors d’un point de presse tenu ce vendredi 10 décembre 2021 au siège du Parena.

Dans une communication publique, Adama Diarra dit Ben le cerveau, « activiste » et membre du CNT, a accusé les élus de la CODEM et du PARENA à Bandiagara d’être en rapport avec les tragiques évènements survenus à Songho le 3 décembre 2021. 

« Tous ces corps calcinés dans le bus…, ils veulent aller aux élections même s’il faut une guerre civile. Ce sont des élus PARENA et CODEM. Le message est très clair et les visages sont connus. Est-ce qu’on va s’asseoir et les regarder détruire notre pays sachant qu’ils sont les responsables de ce que nous vivons aujourd’hui ? Nous sommes en train de chercher la solution, eux ils sont les problèmes », a déclaré Ben le cerveau, selon la transcription faite de son audio par un huissier, à la requête de la Codem.

« Les faits sont extrêmes graves. Dr. Oumar Mariko est en prison pour des faits d’injures. Kaou N’djim a fait de la prison pour des faits d’injures et d’atteinte au crédit de l’Etat. Mais les faits dont il est question en l’espèce sont plus graves que tout cela. Je pense qu’on vient de franchir un palier dans l’irresponsabilité, de monter d’un cran dans la provocation à la haine parce que ces propos sèment les germes d’une guerre civil », s’est indigné l’avocat des deux partis, Maitre Sacko.

« La justice doit sévir. Ce serait irresponsable de ne pas porter plainte car les faits sont aussi graves. Ce serait faire preuve d’une faiblesse coupable et n’importe quel juge digne de ce nom en République du Mali se doit de se saisir de ces faits, sans même une plainte », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, les deux partis prévoient ce  10 décembre à 16 heures à la radio Kayira à Djélibougou, une manifestation politique de soutien à Dr. Oumar Mariko, placé sous mandat dépôt le 7 décembre 2021 pour « injures commises par le biais d’un système d’information et de communication, violation du secret de la communication et diffusion d’injures et de menaces ».

Mohamed Kenouvi

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut