› Économie

Coton : le Mali revient à la première place

coton-Mali
coton-Mali

Après la catastrophique campagne 2019 – 2020, marquée par un boycott des producteurs, le secteur cotonnier malien reprend des couleurs, avec une productivité en hausse et une place retrouvée de premier producteur africain, selon un rapport du département américain de l’Agriculture (USDA) publié en septembre 2021.

« Le Mali redevient le premier producteur de coton en Afrique, selon le rapport du département américain de l’Agriculture », annonce la Compagnie malienne de développement textile (CMDT). Pour la campagne 2021 – 2022, le document note des conditions favorables en Afrique de l’Ouest et des superficies historiques. Le Mali passe ainsi devant le Bénin et la Côte d’Ivoire et récupère sa place de premier producteur africain, se réjouit la compagnie nationale, même si elle ne confirme pas ces données, en l’absence des chiffres définitifs de la campagne qui se terminera dans deux mois au plus. Avec notamment des conditions climatiques favorables dans l’ensemble et un prix au producteur revu à la hausse, cette place enviable verra son maintien dépendre des mesures envisagées par les autorités.

Selon l’USDA, les superficies devraient augmenter à 795 000 hectares, soit une hausse de 382% par rapport à la campagne précédente. La production au cours de cette campagne devrait elle aussi croître pour atteindre 1,46 million de balles, soit 387% d’augmentation.

« Selon les prévisions, le coton a vraiment été cultivé en quantité dans plusieurs zones, même si par endroits la pluviométrie diffère. Les cultures ont aussi bien donné », a déclaré Seydou Coulibaly, producteur de coton dans la zone de Ouéléssébougou et membre de la Confédération des sociétés coopératives de producteurs de coton (C-SCPC). Mais la relance  du secteur dépendra du prix au producteur et des prix des intrants, ajoute-t-il. Car les « gens sont prêts à cultiver ».

Le Mali attend une production d’environ 820 000 tonnes. Et le partenariat entre la CMDT, l’OHVN et les cotonculteurs permet à ces derniers de reporter le paiement de leurs crédits jusqu’à la future campagne 2022 – 2023. Les mesures d’accompagnement visent aussi une augmentation de la transformation, notamment grâce à l’industrie textile, et un soutien à la culture du coton bio, pour plus de rentabilité.

Fatoumata Maguiraga

Chiffres

820 000 tonnes : Production attendue

795 000 hectares : Superficie cultivable

280 francs CFA : Prix au producteur (contre 200 francs en 2020

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut