› Politique

Abdrahamane Diarra : « le seul habilité à convoquer une réunion du BEN est Gouagon Coulibaly »

Dans une décision du 5 février dernier, le 1er Vice-président de l’URD, Salikou Sanogo, a exclu et suspendu plusieurs membres du parti pour « travail fractionnel » et organisation d’un Congrès extraordinaire « illégal ». Abdrahamane Diarra, Président de la jeunesse URD, suspendu pour son rôle présumé dans l’organisation du congrès, juge la décision « nulle ».

Quelle est votre réaction suite à votre suspension ?

Je juge cette suspension nulle et de nul effet. D’abord, retenez que le peuple URD dans son écrasante majorité a en toute légalité organisé son premier Congrès extraordinaire, qui a élu M. Gouagnon Coulibaly Président de l’URD. Donc, à partir du 16 janvier 2022, le seul habilité à convoquer une réunion du BEN est ce Président. Salikou Sanogo est le 1er Vice-président, donc non habilité à convoquer la réunion, ce qui rend illégales les décisions spectaculaires de sanctions illégitimes.

Ne fallait-il pas laisser le soin au Président intérimaire d’organiser le Congrès pour l’élection d’un nouveau Président ?

À la suite du décès de feu Soumaïla Cissé, nous avons observé une période de deuil. Ce n’est que le 10 février 2021 que nous avons tenu la toute première réunion, sous la présidence du 1er Vice-président. Elle a pris la décision de mettre en place des commissions de réflexion. Salikou Sanogo a classé leurs rapports sans suite. Nous l’avons plusieurs fois interpellé pour la tenue régulière des réunions statutaires pour permettre au parti de fonctionner, sans succès. C’est suite à ces constats et aux nombreuses démarches entreprises pour juguler cette crise que nous avons demandé la tenue d’une assise statutaire extraordinaire pour pourvoir au poste de Président, vacant depuis plus d’un an. Face à son refus et sa mauvaise foi, nous avons décidé de mettre en application l’article 58 du règlement intérieur de l’URD, qui nous a permis de mener les actions requises pour la tenue du congrès extraordinaire.

Que répondez-vous à ceux qui accusent le camp Gouagnon Coulibaly, que vous soutenez, d’être à la solde de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé ?  

L’URD a accueilli Boubou Cissé comme elle a toujours accueilli de nombreux cadres et militants, et ce depuis 2003. Nous sommes des cadres patriotes et engagés, à la solde de personne. Sur les 10 prétendants à la candidature de notre parti, 9 et leurs partisans font partie des organisateurs du congrès. Ce n’est pas une démarche pour les candidatures, mais pour le rayonnement de l’URD. Je comprends que ceux qui sont dans l’illégalité, sans arguments présentables, fassent de la désinformation. La question de la candidature n’est pas à l’ordre du jour pour le moment. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut