International › Personnalités

50 Maliennes inspirantes – Jamila Ben Baba-Ferjani : l’entrepreneure accomplie

Elles résistent, brisent le plafond de verre, dirigent des entreprises, s’engagent pour faire bouger les lignes, font briller le Mali sur le plan sportif ou artistique. Par leur courage ou leur créativité, ce sont des femmes qui inspirent. Une édition spéciale en ce mois de la femme, rend hommage à 50 figures féminines qui portent les couleurs du Mali au delà de ses frontières. Parmi elles, Jamila Ben Baba-Ferjani. 

« J’ai rencontré de nombreuses difficultés, mais ce n’est pas pour autant que j’ai décidé de baisser les bras. Les difficultés, elles vont, elles viennent, et c’est ce qui nous rend plus forts pour affronter les tempêtes qui viendront après. Je n’ai pas le droit d’échouer, car ma réussite peut inspirer des milliers de filles et de femmes maliennes à relever des défis importants ». Ainsi s’est confiée l’an dernier à l’IFC (un organe de la Banque mondiale),Jamila Ben Baba, dont l’entreprise, Laham Industrie, venait de souffrir de la pandémie de Covid-19 et de la fermeture temporaire des frontières du Mali. Annulation des exportations de viande vers l’étranger et fermeture des hôtels et restaurants de Bamako ont entraîné une baisse importante du chiffre d’affaires de son abattoir. Ce fut un coup dur pour l’entreprise, créée en 2011, qui venait d’obtenir, en février 2020, la certification HACCP, puis en décembre de la même année la certification ISO 22000. Deux attestations qui permettent de justifier de l’intégration d’un système de management de la sécurité alimentaire au sein d’une société. Mais il en fallait plus pour décourager la seule femme à la tête d’un abattoir moderne de viande certifiée Halal, HACCP et ISO 22000 de toute l’Afrique de l’Ouest. Son histoire avec le bétail prend de l’ampleur en 2016, avec la construction de l’abattoir moderne de Laham Industrie à Kayes, pour un coût de plus de 4 milliards de francs CFA. Elle embauche une quarantaine d’employés permanents et produit plus de 80 tonnes de viande par mois, vendues dans les boucheries « Carrés fermiers » et à des hôtels, restaurants, sociétés minières… Elle est aussi l’actionnaire principale de la Clinique Pasteur, l’un des centres de santé privés les plus prisés de Bamako.

« Lorsque je me suis lancée, je n’ai pas du tout pensé au fait que j’étais une femme et la plupart du temps j’ai même tendance à l’oublier. Les obstacles ne m’arrêtent pas, je n’y fais pas attention, mais je sais qu’ils sont là. Donc je travaille encore plus dur».

Fille d’entrepreneur, Jamila Ben Baba est diplômée en médecine aéronautique et en gestion de programmes de santé de l’École supérieure de l’Administration des entreprises de Paris. Âgée de 60 ans, elle a été gérante d’une concession automobile Toyota en Guinée, en 1989. Lors de la CAN 2002, elle construit un hôtel à Bamako et en confie la gestion au groupe hôtelier Kempeski. Elle produisait également une marque de thé, « Gazelle », aujourd’hui disparue.

Elle est membre de plusieurs organisations patronales, dont le Réseau des entrepreneurs de l’Afrique de l’Ouest ou encore le Club d’investissement des femmes au Sénégal. Sa motivation : relever de nouveaux défis. Une valeur qui lui a été inculquépar son père, commerçant de thé et de tabac.

Journal du Mali 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut