› Culture

Tamadjirezt: dénoncer pour changer

Tamadjirezt est un court métrage qui met sous les projecteurs les conditions déplorables de la jeune fille touareg en milieu nomade et les problèmes éducatifs auxquels elle fait face. Réalisé par Fatima Wallet Med Issa El Ansary, sa première projection a lieu le weekend dernier lors du Festival de la Mixité.

« Un gagnant est juste un rêveur qui n’a jamais cédé », disait Nelson Mandela. Cela, Fatima Wallet Med Issa El Ansary l’incarne quand elle résume son histoire et celle d’une génération sous forme de court métrage. Tamadjirezt, qui signifie regret en tamasheq, est le nom de son tout premier film, mettant en scène le rêve brisé d’une jeune fille touareg forcée d’abandonner l’école au profit d’un mariage arrangé. L’héroïne, une adolescente de 15 ans vivant dans un campement dans la région de Tombouctou, nourrit le rêve de devenir médecin. Mais cela semble impossible. Les coutumes et traditions ont d’autres rôles à lui confier. Selon ses parents, celui des filles est de faire la cuisine et de s’occuper du foyer. Ce postulat en oblige beaucoup à quitter l’école au niveau du primaire pour suivre leurs parents nomades, qui se déplacent à la recherche d’une terre nourricière propice au bétail. « J’ai été à l’école et je n’ai pu faire que la première année, car j’ai dû abandonner à cause de ma famille, qui a quitté le campement » déclare l’héroïne du film.

Fatima Wallet Med Issa El Ansarya l’a réalisé dans le dessein de montrer les conditions difficiles d’éducation de la jeune fille touarègue. C’est une œuvre autobiographique. La réalisatrice affirme avoir vécu de longues années dans un camp des réfugiés en Mauritanie, ce qui lui a fait perdre trois années d’études. Son court métrage a été fait dans l’optique de sensibiliser la population nomade et de lancer un cri du cœur. « L’État n’assume vraiment pas ses responsabilités vis-à-vis de ces populations, il faut qu’il le fasse », déclare-t-elle.

La réalisation de ce film n’a pas du tout été facile pour Fatima. Après une longue période de remue-méninges avec son époux, son rédacteur en chef, ils ont passé des nuits blanches d’écriture pour que l’impossible soit. Grâce à sa persévérance, Fatima Wallet Med Issa El Ansarya a été sélectionnée par une ONG américaine, Accountability Lab, pour réaliser des courts-métrages sur les conditions de vie des femmes du Mali. Une opportunité qu’elle n’hésitera pas à saisir. En solo, elle bouclera la réalisation de son court métrage de 10 minutes en 2 semaines seulement.

Kadiatou Camara

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut