International › APA

Maneouvres militaires franco-marocaines près de l’Algérie.

L’exercice pourrait ne pas être apprécié à Alger.Les Forces armées royales marocaine (FAR) et l’armée française effectuent depuis le 1er mars des manoeuvres interarmées dans la région d’Errachidia (Sud-Est) près de la frontière algérienne, dans le cadre de l’exercice « Chergui 2022 ».« Cet exercice interarmées est mené dans le cadre des missions de défense de l’intégrité territoriale visant à consolider les capacités de planification et le développement de l’interopérabilité technique et opérationnelle entre des moyens aéroterrestres relevant des FAR et de l’armée française ». Il doit prendre fin demain vendredi 25 mars 2022.

Les manœuvres étaient prévue de longue date puisque « les travaux de planification de cet exercice ont été conjointement menés entre les responsables militaires des deux pays, en France et au Maroc, depuis septembre dernier », indique un communiqué de l’Etat-major général des FAR.

« Chergui 2022 » a débuté par des entraînements techniques et de reconnaissance du terrain menés par des pilotes militaires français et marocains. La quatrième brigade d’aérocombat (4ᵉ BAC) de Clermond-Ferrand, qui comprend plus d’une centaine de militaires de différents régiments d’hélicoptères de combat participe à cet exercice.

Selon l’expert marocain dans les affaires militaires, Mohamed Chakir, « il s’agit du premier exercice du genre après la mise en place le 5 janvier 2022 au niveau des FAR de la nouvelle zone militaire Est, dont fait partie la région d’Errachidia, où se déroulent les manœuvres », ajoutant que « l’opération qui s’inscrit dans le cadre de la coopération militaire entre le Maroc et la France, consiste en des entraînements techniques et des exercices militaires pour renforcer l’interopérabilités des deux armées ».

Dans une déclaration à APA, l’expert marocain a fait savoir que cet exercice « annuel » et « de routine », comporte une dimension politique, notamment de la part de l’Algérie qui le considère comme une « alliance franco-marocaine » dans un contexte marqué par une sorte d’apathie dans les relations entre Alger et Paris.

« Il se peut que le timing de ces manœuvres militaires soit interprété de façon non positive eu égard des succès diplomatique du Maroc dans la question du Sahara. Après la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur  ce territoire et les déclarations de plusieurs pays européens en faveur de la solution proposé par Rabat, l’Espagne considère désormais la proposition marocaine d’autonomie, présentée en 2007, comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour le règlement de la question du Sahara », a-t-il rappelé.

Pour l’Algérie, cet exercice interarmé, mené dans le cadre des missions de défense de l’intégrité territoriale, est un acte qui « menace sa sécurité », a-t-il souligné.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut