› Culture

Djely Souleymane Cissoko : l’autre Djely Baba

Souleymane Cissoko est la copie conforme de Djely Baba Cissoko, son père, grand dépositaire de la parole et conteur malien décédé il y a une vingtaine d’années. Il lui ressemble en effet tant physiquement que professionnellement.

La voix de Djely Souleymane prête à confusion et il faut beaucoup d’attention pour la distinguer de celle de son défunt père, Djely Baba Cissoko. Plus de 20 ans après la mort de celui-ci, beaucoup ne savent pas faire la différence. Djely Souleymane a remplacé son père pour les contes des lundis soirs de la radio nationale et a dû utiliser les réseaux sociaux pour faire une mise au point. « Il y a des Maliens de la diaspora qui se sont poignardés en se disputant sur l’identité de l’auteur des contes. Les uns disaient que c’étaient ceux de Djely Baba et les autres qu’il s’agissait de la voix de son fils. C’est pourquoi ma sœur Mah Damba, qui est à Paris, m’a appelé le soir même pour me demander de faire un direct sur Facebook. C’est pour dissiper la brouille que je suis « monté » sur les réseaux sociaux», explique Djely Souleymane.

Cette ressemblance professionnelle s’est forgée au fil du temps. Lorsqu’il avait une dizaine d’années, Djely Souleymane jouait du taman et accompagnait les célèbres cantatrices maliennes Tata Bambo, Hawa Dramé et Ami Koïta. Plus tard, son père lui confectionne un n’goni et lui apprend à en jouer « petit à petit ». Djely Baba Cissoko va aussi lui apprendre l’art de la parole, du conte et le djeliya, le « griotisme ». Quant à la ressemblance des voix, Djely Souleymane la trouve « naturelle ».

Depuis 2000, Djely Baba était encore vivant, il dit des contes à la radio nationale. Djely Souleymane fait également des missions sociales relevant du djeliya, notamment les démarches de mariages, les cérémonies de baptêmes, les médiations interfamiliales. « Deux villages ne s’entendaient pas. Mon père m’y a emmené pour une médiation. À l’époque, au moins une centaine de jeunes filles étaient promises en mariage entre les deux villages et cette dispute allait mettre fin à ces unions. Grâce à Dieu, Djely Baba leur a parlé et les deux villages ont accepté d’enterrer la hache de guerre », explique-t-il.

Pour assurer la postérité et l’héritage familial, Djely Souleymane Cissoko apprend à l’un de ses fils, homonyme de Djely Baba, à jouer du n’goni et à dire des contes. Car tous les descendants de feux Djely Baba Cissoko et Djely Bazoumana Cissoko doivent transmettre leurs savoirs à la jeune génération.

Boubacar Diallo

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut