International › APA

Sénégal : grève générale des travailleurs de la santé

Après l’arrestation de quatre sages-femmes dans l’affaire du décès d’une patiente en couches dans un hôpital de Louga, au nord du Sénégal, des syndicats de santé ont décidé de se solidariser.Les professionnels de santé entrent en bras de fer. Ils ont décrété une grève générale à partir de ce jeudi 21 avril pour protester contre le mandat de dépôt de quatre de leurs collègues, cités dans l’affaire du décès d’Astou Sokhna.

gée de 34 ans et enceinte de neuf mois, cette femme était venue accoucher au début de ce mois à la maternité de l’hôpital régional de Louga. Après plusieurs heures sans assistance, selon son époux, elle succombe. Sa famille a dénoncé un décès par déni de soins après une longue agonie alors que l’hôpital avait conclu à une mort naturelle.

Depuis lors, la clameur populaire et médiatique s’abat sur les professionnels de santé, notamment les sages-femmes qui sont souvent accusées de négligence et de mauvais accueil des malades.

Sur ce drame, le chef de l’État a demandé aux services compétents de faire « toute la lumière ». En amont, il avait signé le décret de limogeage du directeur de l’hôpital incriminé. Une mission d’audit du ministère de la Santé et une autosaisine du procureur ont été également annoncées.

Face à ce qu’il qualifie de « mépris », le Collectif des travailleurs de la santé et de l’action sociale (CTSAS) a annoncé hier, face à la presse, une « grève générale » de vingt-quatre heures prévue ce jeudi sur l’ensemble du territoire. Le syndicat précise que ce mouvement d’humeur sera observé « avec respect des urgences et du service minimum ».

Conditions de travail 

« Nous nous battons pour nos droits, notre dignité et le respect de notre noble métier », affirme Amadou Yéri Camara, porte-parole du CTSAS. Il dénonce le non-respect de la présomption d’innocence par certains médias et autorités et la « forfaiture » du parquet « en mettant sous mandat de dépôt quatre des six femmes accusées dont deux sont enceintes et l’une cardiopathe ».

A l’hôpital de Louga, les agents sont par ailleurs les plus radicaux puisqu’ils ont décrété trois jours de grève. Toutefois, le CTSAS note que la « durée de la lutte dépendra du (…) traitement de cette affaire Astou Sokhna et de celui de nos plateformes revendicatives par l’Etat du Sénégal ».

Ces revendications concernent particulièrement leurs indemnités et conditions de travail. Contacté par APA, un infirmier en service dans un centre de santé de l’est du pays les trouve « exécrables ». « Nous travaillons dans des conditions difficiles. La logistique fait défaut dans certaines structures où nous n’avons même pas d’ambulance pour évacuer les patients. Certains bâtiments menacent ruine », déplore-t-il.

En conseil des ministres hier mercredi, le président Macky Sall a souligné, en revanche, que les importants investissements dans le système sanitaire « doivent être accompagnés d’un changement de paradigme qui se traduit par le respect du patient et la satisfaction des usagers ». Il fait référence à la réalisation d’hôpitaux « de dernières générations » dans quatre villes de l’intérieur du pays (Touba, Kaffrine, Kédougou et Sédhiou) et au recrutement d’un millier d’agents, entre autres.

Dès lors, le président Sall a demandé à son ministre de la Santé « de finaliser l’audit de la gouvernance des structures de santé en vue d’accélérer les réformes nécessaires à la mise en œuvre optimale du programme d’investissement (2020-2024) pour un système de santé résilient et performant ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut