› Politique

Mali-Cedeao : proche d’un accord ?

Même si aucun compromis n’a encore été officiellement trouvé entre le Mali et la Cedeao sur la durée du reste de la transition, les lignes sont en train de bouger et la fumée blanche ne tarderait pas à sortir. Le Ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop l’a reconnu lors de son passage mardi 17 mai sur la télévision nationale.

« C’est vrai qu’aujourd’hui nous sommes plus proches d’une solution que nous ne l’avons jamais été. Vous savez aussi, comme les sprinteurs le disent, les derniers 100m sont les plus difficiles », a-t-il indiqué.

« Avec l’implication des uns et des autres et les conversations que nous avons avec différents chefs d’Etats, nous pensons que la Cedeao et nous, il nous est possible de trouver une solution africaine adaptée », a poursuivi le chef de la diplomatie malienne.

A l’en croire, les dirigeants de la communauté régionale, tablent désormais sur une transition de 16 ou 18 mois. Mais les autorités de la transition malienne, qui n’accepteraient pas une solution sur le dos des maliens, n’allant pas dans l’intérêt du pays, restent sur la proposition de 24 mois.

Pour arrondir les angles, l’apport du Président togolais, Faure Gnassingbé, nouveau  facilitateur dans cette crise, ne fait pas de doute du côté de Bamako. Le Président de la transition, Colonel Assimi Goita souhaite qu’il puisse apporter sa voix, pour aller vers une « solution qui ne peut être qu’une solution de compromis ».

Le Président  Faure Gnassingbé s’est d’ailleurs entretenu mardi 17 mai avec le Président de la Commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou  sur le sujet, alors que ce dernier était en visite à Lomé pour présenter les condoléances de l’organisation après l’attaque terroriste dont a été victime le Togo le 11 mai dernier.

La Cedeao avait annoncé le 16 mai, la tenue à Accra d’un sommet extraordinaire le 21 mai.. Mais il a été reporté le 17 mai sur une nouvelle date non encore dévoilée, d’après une note du ministère ghanéen  des affaires étrangères adressée aux missions diplomatiques des pays membres de la Cedeao accrédités au Ghana.

Pour certains observateurs, ce sommet aura de fortes chances d’entériner enfin un accord sur la durée de la transition au Mali et sonner le glas des sanctions prises à l’encontre du Mali depuis le 9 janvier 2022.

Mohamed Kenouvi

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut