International › APA

Ghana : ouverture des Assemblées annuelles de la Bad

À Accra, le Groupe de la Banque africaine de développement (Bad) engage la réflexion sur la résilience climatique et la transition énergétique sur le continent noir.Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (Bad) se sont ouvertes ce mardi sous la présidence Nana Akufo-Addo, chef de l’Etat du Ghana. Ses homologues Filipe Nyusi (Mozambique) et Samia Suluhu (Tanzanie) étaient également dans la capitale ghanéenne tandis qu’Azali Assoumani, le président des Comores, a suivi la cérémonie en ligne.

Dans son allocution, Nana Akufo-Addo a déclaré que la Bad « doit devenir une banque de transformation » en adoptant « un nouveau modèle économique qui va servir nos intérêts ». Pour le président ghanéen, il urge de « mettre fin aux obstacles structurelles à notre développement ».

Ces Assemblées annuelles de l’institution financière panafricaine sont placées sous le thème « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ». À ce propos, Dr Akinwumi Adesina, le président du Groupe de la Bad, a indiqué que « l’Afrique n’émet que 4 % de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre ».

Pourtant, a fait remarquer le Nigérian, le dérèglement climatique nuit aux économies africaines. « L’Afrique subit des pertes de 7 à 15 milliards de dollars par an en raison du changement climatique. Elles devraient atteindre 40 milliards de dollars par an d’ici 2030 », a renseigné M. Adesina.

C’est pourquoi, la Banque africaine de développement entend doubler, d’ici 2025, les financements dans le domaine climatique pour atteindre 25 milliards de dollars. « La part de nos financements climatiques dédiée à l’adaptation est de 67 %. C’est la plus élevée de toutes les banques multilatérales de développement », s’est félicité le patron de la Bad.

Les Assemblées annuelles de la Bad sont l’occasion pour l’institution financière d’effectuer le bilan de ses actions sur le continent. L’édition 2022 se tient en présentiel et en ligne. La  Côte d’Ivoire est représentée par son vice-président, Tiémoko Meyliet Koné et le Rwanda par son Premier ministre, Édouard Ngirente.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut