International › Afrique

Sénégal : la manifestation de l’opposition dégénère

MANIF 1 - Dakar - Abdoulaye BA

Au Sénégal, l’opposition passe à l’action malgré l’interdiction de manifester du préfet de Dakar, en date du 15 juin 2022, tablant sur les  « menaces de troubles à l’ordre public ».  Pourtant, ce 17 juin date retenue par Ousmane Sonko, l’un des visages de l’opposition, des Sénégalais ont mis en application l’appel du leader à manifester malgré l’interdiction des autorités. Certaines artères de Dakar pour éviter les débordements sont surveillées par la police et la gendarmerie, des manifestants ont été dispersés par endroit avec des bombes lacrymogènes ce vendredi sur la VDN Sacré – Coeur, à Colobane les débordements ont fait au moins un mort et une dizaine de blessés (Dakar et Ziguinchor) selon les premières informations, sans compter les dégâts matériels. Jusqu’à plus de 21h, il n’y avait pas encore de bilan officiel et les manifestants occupaient toujours certaines artères de la capitale et de Bignona.

Pourtant, pour éviter des débordements, les banques ont fermé à 13h GMT ce vendredi, certaines institutions et entreprises un peu plutôt à 12h.

A l’origine de ces manifestations de l’opposition qui commencent à ce multiplier à Dakar et même à Ziguinchor, l’invalidation par le Conseil constitutionnel d’une liste nationale de candidats de la coalition d’opposition Yewwi Askan Wi. Mais l’opposition refuse de se cantonner à cette décision. Elle dénonce une volonté manifeste de la présidence de vouloir écarter ses adversaires de la course vers les législatives prévues le 31 juillet 2022.

Khalifa Sall, un des chefs de l’opposition en solidarité à Ousmane Sonko a dit devant la presse que la manifestation sera maintenue car,  « il y a aucune base légale fondant la décision du préfet ».

Ousmane Sonko, troisième de la présidentielle de 2019 et candidat déclaré à celle de 2024 avec d’autres leaders sont décidés à empêcher la tenue des élections législatives si Yewwi Askan Wi n’y participe pas. Il faut dire que Ousmane Sonko n’a pas pu prendre part à la manifestation car assigné à résidence.

Les législatives au Sénégal, c’est renouveler 165 députés de l’Assemblée nationale, aujourd’hui largement dominée par la coalition présidentielle.

Il y a une peu plus d’une semaine, le préfet de Dakar avait autorisé une manifestation de l’opposition contre le rejet de sa liste nationale aux prochaines législatives et contre le pouvoir.

Idelette BISSUU

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut