International › APA

Kigali 2022: du génocide rwandais au Sommet du Commonwealth

Alors que certains dirigeants du monde entier sont attendus lundi à Kigali, les analystes se demandent comment le Rwanda a pu passer d’un pays meurtri par le génocide à une nation en plein développement qui doit accueillir le Sommet des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM) en 2022.Organisé tous les deux ans dans un pays membre, le Chogm (Commonwealth Heads of Government Meeting, sigle en anglais) rassemble principalement d’anciennes colonies britanniques, même si, au cours des dernières décennies, quelques pays comme le Rwanda et le Mozambique, qui n’avaient pas de liens coloniaux avec la Grande-Bretagne par le passé, ont rejoint cette Communauté.

Initialement prévue à Kigali en 2020, le Chogm a été reportée à 2022 en raison de l’épidémie de Covid-19 à la fin de 2019.

Il s’agit du premier Chogm de l’ère post-Covid, mais depuis que le Rwanda a été choisi ce Sommet, le pays a été mis sous les projecteurs pour des raisons liées à son économie qui est devenue l’une des économies africaines les plus impressionnantes de ces 15 dernières années.

Ceci est d’autant plus remarquable que l’histoire récente du Rwanda est celle d’un pays presque entièrement détruit par un génocide au cours duquel quelque 800.000 Tutsis et Hutus modérés ont été massacrés en 100 jours de pogrom en 1994.

« Il n’est pas difficile de ne pas remarquer la progression des 20 dernières années, qui soutient la comparaison avec les progrès réalisés par d’autres pays africains depuis 1994 », a déclaré le correspondant d’APA à Kigali.

Bien que les détracteurs du Rwanda de Paul Kagamé aient l’habitude de parler de lui comme d’un « dictateur bienveillant très apprécié dans les capitales occidentales », il y a quelque chose dans ce petit pays enclavé de 13 millions d’habitants, à cheval sur l’Afrique centrale et orientale, qui lui permet de se surpasser.

Au lendemain du génocide, les infrastructures du Rwanda étaient en ruines, après les destructions et les pillages, tandis que les activités agricoles autour de ses cultures de rente étaient inexistantes, ce qui a entraîné une baisse considérable de son Pib.

Mais en 2015, l’économie a connu une sorte de rebond et son Pib a été estimé à 909,9 dollars en 2022, alors qu’en 1994, il n’était que de 127 dollars.

Un leadership fort et visionnaire sous la direction du « sympathique dictateur » a été loué pour l’émergence du Rwanda, qui est passé d’un champ de bataille du génocide à un pays stable et en net progrès, qui a gagné l’admiration et la confiance du reste du monde au point qu’un Sommet comme le Chogm peut se tenir à Kigali.

La capitale rwandaise elle-même connaît une sorte de renaissance infrastructurelle en plein essor, grâce à une politique de gestion environnementale saine qui a fait de Kigali la ville la plus propre de toute l’Afrique.

Elle dispose également d’un impressionnant réseau routier qui la relie aux autres villes du pays ainsi qu’à la région d’Afrique de l’Est.

Depuis 2012, le portefeuille de l’éducation du pays a connu une sorte de renaissance avec l’introduction de l’enseignement gratuit dans les écoles publiques.

Alors qu’en 1994, le système de santé du pays était en lambeaux, avec un taux de mortalité élevé chez les enfants de moins de cinq ans, aujourd’hui, grâce à la Vision 2020 de Kagamé, les soins de santé ont amélioré les chances de survie des Rwandais de presque toutes les tranches d’âge.

Grâce au financement et à la gestion des soins de santé dans les zones rurales du Rwanda, l’espérance de vie est passée de 55,2 à 64,0 entre 2005 et 2013, tandis que la mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué de 106,4 à 52,0 pour 1.000 naissances vivantes au cours de cette période.

On observe également une baisse de l’incidence de la tuberculose, qui est passée de 101 à 69 pour 100.000 Rwandais.

« Si vous regardez le continent aujourd’hui, vous serez émerveillé par le Rwanda, et vous serez pardonné de penser que le génocide s’est produit dans un autre pays africain’, déclare un commentateur non rwandais.

Avec la plus grande admiration pour l’esprit rwandais, de nombreuses personnes en Afrique en sont venues à apprécier la façon dont le pays a été capable de surmonter l’ampleur gigantesque de la dévastation causée par le génocide de 1994 pour écrire une histoire complètement différente.

Comme les représentants du Chogm pourront le constater au cours de ce sommet de cinq jours, les Rwandais sont devenus plus déterminés à ne pas être définis par le génocide mais par le triomphe de leur esprit indomptable sur le chapitre le plus sombre de leur histoire collective.

Le monde peut apprendre du Rwanda que la main qui a jadis mis à part et détruit tout ce qui se trouvait à sa portée est la même main qui s’est amendée et qui a mis son énergie au service d’objectifs élevés, dont certains sont en cours de réalisation.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut