International › APA

Le Roi Mohammed VI trace une feuille de route pour développer une forte résilience des économies africaines

Par Hicham Alaoui — Le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants à la réunion du Groupe africain des ministres des Finances et des gouverneurs des Banques centrales des Etats africains membres de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, dont l’ouverture a eu lieu ce mardi 5 juillet à Marrakech.Dans son message, dont lecture a été donnée par la ministre marocaine de l’Economie et des Finances, Mme Nadia Fettah Alaoui, le Souverain a esquissé les grandes lignes d’une vision royale pour développer une forte résilience des économies des pays africains qui font face à de multiples périls menaçant leur sécurité alimentaire et énergétique et entrainant ainsi une baisse des taux de croissance économique et un renchérissement aigu du service de la dette.

D’emblée, le Souverain a rappelé que « le monde sortait à peine de l’emprise de la pandémie Covid-19 que l’économie globale s’est trouvée prise dans une spirale de perturbations inédites des chaînes d’approvisionnement et soumise à des pressions inflationnistes croissantes et à une hausse record des cours de l’énergie, des produits alimentaires et des matières premières. À l’évidence, de tels bouleversements ont des effets dommageables sur les sociétés ».

Cette crise affecte inégalement les pays africains, ses effets variant selon les potentialités économiques et les besoins de chacun en matières premières, notamment énergétiques et alimentaires, a-t-il relevé.

Dans cette conjoncture difficile, a poursuivi le Roi, l’Afrique apparaît « comme l’une des régions les plus touchées, tant au regard des multiples périls qui menacent sa sécurité alimentaire et énergétique que de la baisse des taux de sa croissance économique. Les conditions sociales s’en trouvent ainsi fortement dégradées dans bon nombre de pays africains ».

Dans un contexte de pénurie des financements concessionnels et de durcissement des conditions de leur attribution, l’augmentation des besoins en financement entraine un renchérissement aigu du service de la dette qui plombe davantage la situation économique de nombreux pays africains, a-t-il fait remarqué.

Aussi un soutien plus appuyé et une coopération internationale plus conséquente en faveur des pays africains sont-ils plus que jamais nécessaires pour leur épargner d’être sévèrement touchés par la vague inflationniste qui frappe l’économie mondiale et pour les aider à développer une plus forte résilience aux chocs extérieurs, a relevé le Souverain.

Certes, la communauté internationale, notamment le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, s’est largement mobilisée pour venir en aide aux pays affectés successivement par la pandémie Covid-19 et la crise ukrainienne. C’est ainsi qu’ont été prises, à leur endroit, des mesures et des initiatives pour alléger le poids du service de la dette, réduire leur déficit de financement et préserver leurs équilibres extérieurs.

Mais, ces initiatives, bien que louables, restent insuffisantes, compte tenu de l’ampleur des défis auxquels les pays africains sont confrontés dans leur quête d’un développement durable et intégré. En effet, force est de reconnaître que des carences structurelles persistent encore dans les modèles de croissance économique et les réseaux de protection sociale en Afrique, a-t-il fait remarquer

Afin de corriger ces défaillances, le Roi préconise que l’intensification des efforts pour « élaborer des programmes intégrés de développement, selon des objectifs clairs et des instruments de financement innovants ».

Selon lui, ces dispositifs devront inscrire le citoyen africain au cœur de leurs préoccupations et s’articuler essentiellement autour d’une mise en valeur des opportunités d’intégration économique entre les pays africains. Ils supposent également une implication active du continent dans la dynamique de transformation numérique et de transition énergétique à l’œuvre dans le monde.

La réunion du Caucus Africain qui se tient à Marrakech devra débattre de plusieurs thématiques se rapportant notamment au « financement du développement de l’Afrique : Enjeux dans le contexte actuel », le « repositionnement de la dette publique comme catalyseur de la reprise économique et de la croissance durable », « repenser l’architecture financière mondiale », « l’intégration économique régionale » et « faire face à l’impact du climat sur la sécurité alimentaire ».

Une déclaration finale sera adoptée à l’issue des travaux de ce conclave, tenu sous thème « Vers une Afrique résiliente ». Ce document sera adressé à la haute hiérarchie des institutions de Brettons Woods lors des Assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale, prévues en octobre 2022.

Présidé par le Maroc, le Caucus africain est un forum qui rassemble les pays africains qui sont membres du FMI et du Groupe de la Banque mondiale.

Ces pays sont représentés par leurs gouverneurs respectifs dans ces institutions, appelés « gouverneurs africains », qui sont généralement ministres des finances et du développement économique, et gouverneurs des banques centrales.

Le Caucus se réunit à l’initiative de son Président (une présidence tournante), afin de coordonner et d’harmoniser les positions des Gouverneurs Africains concernant le mémorandum annuel qui est adressé au FMI et à la Banque mondiale et présenté à l’occasion des Assemblées Annuelles de ces deux institutions.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut