International › APA

Social, enseignement et cyberespace au menu des quotidiens marocains

Les enjeux du lancement d’un nouveau round du dialogue social, la réforme de l’université et la protection du cyberespace sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce vendredi.+Aujourd’hui Le Maroc+, qui s’attarde sur les enjeux du lancement d’un nouveau round du dialogue social, estime que le gouvernement est déterminé à s’engager dans un vrai dialogue social qui soit constructif, responsable et durable.

La démarche du gouvernement tend à rompre avec la technique du donnant-donnant, qui s’inscrit dans le très court terme avec un contenu contextuel, pour ne pas dire éphémère, puisque donner signifie « concéder dans une logique étroite de petits arrangements ».

En revanche, le gouvernement semble opter pour la démarche gagnant-gagnant, qui a pour philosophie fondatrice l’amélioration et la construction collective dans la durée, relève le quotidien.

Quand un des partenaires, l’État par exemple, commence par faire le premier pas en donnant une suite positive à une ou plusieurs demandes, cela est plus un gage de bonne volonté qu’une concession temporelle ou de l’ordre du marchandage tactique, estime-t-il.

L’Economiste, qui aborde la réforme de l’université, constate que chaque année, plus de la moitié des bacheliers qui veulent suivre un enseignement universitaire choisissent les facultés des sciences juridiques, économiques et sociales, pour s’inscrire majoritairement en droit en arabe, précisant que lors de cette rentrée, ces facultés, parce que libres d’accès et ne pouvant refuser des places aux nouveaux arrivants, continuent “d’entasser” leurs effectifs, estimés entre 130.000 et 140.000 nouveaux étudiants.

“Des profs encadrant seuls jusqu’à plus de 344 étudiants (cas de Tétouan), des jeunes assis par terre pour pouvoir suivre les cours, une minorité qui obtiendra sa licence en trois ans (18%), une moitié qui jettera l’éponge pour quitter le système sans aucun diplôme… Et à la sortie, un quart de chômeurs parmi les diplômés”, déplore-t-il.

Il se demande jusqu’à quand ces facultés devront “subir ce scénario” dont des dizaines de milliers de jeunes paient les frais et si elles ne méritent pas, à elles seules, un plan d’urgence, d’autant plus que l’actuelle équipe en charge du secteur n’a toujours pas décliné son plan d’action, un an après sa prise de fonction, et qu’elle ne prévoit sa réforme pédagogique de la licence qu’à partir de septembre 2023.

+Le Matin+ écrit que les mesures adoptées par le Maroc pour protéger le cyberespace ont permis au Royaume de gagner 43 points et se classer 50ème à l’échelle mondiale selon l’Indice mondial de la cybersécurité, publié par l’Union internationale des Télécommunications. C’est ce qu’a affirmé Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l’administration de la défense nationale.

Le ministre délégué a indiqué que cette avancée se traduit par les efforts déployés par le Maroc en termes de renforcement de la cybersécurité au niveau national et l’engagement constant de l’administration de la Défense Nationale dans la création d’un environnement favorable pour faciliter l’accès aux services numériques et dématérialiser les services publics.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut