International › APA

Politique et économie au menu des hebdomadaires marocains

La question de l’intégrité territoriale du Royaume, les enjeux de la reprise du travail des commissions parlementaires et les relations économiques Maroc-Mauritanie, sont les principaux sujets traités par les hebdomadaires marocains parus ce samedi.+Finances News Hebdo+, qui s’attarde sur la question de l’intégrité territoriale du Royaume, écrit qu’il y a des constantes dans ce conflit artificiel entretenu par le pouvoir algérien.

Primo : le Royaume est résolument engagé à parvenir à une solution politique définitive au différend régional artificiel autour du Sahara marocain, sur la base de l’initiative marocaine d’autonomie et dans le cadre de la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale du Maroc, ce qui a été clairement réaffirmé par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, lors de la 77ème Assemblée générale de l’ONU, à New-York.

Secundo : cette initiative, jugée «sérieuse et réaliste» est soutenue par le Conseil de sécurité et plus de 90 pays depuis qu’elle a été présentée en 2007, soit 15 ans maintenant.

Tertio : La participation de l’Algérie, avec sérieux et bonne foi, au processus des tables-rondes, au même titre que sa responsabilité avérée dans la création et le maintien de ce différend artificiel, est une condition sine qua non pour parvenir à un règlement définitif à cette question, relève le journal.

Mais, Alger ne veut cependant guère entendre ces vérités, constate-t-il, expliquant que le pouvoir en place préfère se défausser pour prendre en otage le processus politique onusien, comme en atteste son refus de prendre de nouveau part aux tables-rondes, malgré ses responsabilités avérées dans ce dossier.

Pour autant, cela n’entame nullement l’implication du Maroc dans le développement de ses provinces sahariennes, étant donné que les provinces du Sud vivent au rythme d’une dynamique de développement irréversible, dans le cadre du nouveau modèle de développement, constate-t-il.

+La Vie éco+, qui aborde les enjeux de la reprise du travail des commissions de la Chambre des représentants, évoque « un vent de dynamisme » qui souffle au sein de l’institution législative, expliquant que les commissions parlementaires ont fait leur rentrée plus tôt qu’à leur habitude et s’activent pour débattre de plusieurs projets de lois, dans l’espoir de les faire adopter au courant de la prochaine session d’automne.

Sur certains projets de textes soumis actuellement aux commissions parlementaires, les débats sont houleux, animés, voire passionnés… et cela donne du baume au cœur des observateurs politiques, lassés d’assimiler l’hémicycle à une méga salle de sieste pour des élus, estime l’hebdomadaire.

Particulièrement la loi cadre formant charte d’investissement a suscité plusieurs interrogations légitimes de la part de certains députés de la Commission des Finances, en qualifiant ce texte de “Général” et “vague”, qu’il “manque de précision et de clarté” et qu’il exclut “certains secteurs et certaines catégories d’investisseurs”.

Maintenant que les représentants de la Nation sont passés à l’examen de ce projet, article par article, ils sont rassurés sur le fait que cette loi-cadre sera mise en application que ce soit sur le plan législatif, avec l’adoption des textes réglementaires et législatifs y afférents mais surtout sur le terrain avec une mobilisation générale pour atteindre sa finalité : rassurer les investisseurs et les convaincre de miser sur le Royaume, relève-t-il.

+La Nouvelle Tribune+ rapporte que la CGEM et l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM) ont organisé la deuxième édition du Forum économique Maroc- Mauritanie. Cet événement vise à renforcer la coopération économique et commerciale entre les deux pays et à donner une nouvelle impulsion aux relations entre les deux communautés des affaires. 

La précédente rencontre économique Mauritanie-Maroc a permis aux deux communautés des affaires d’identifier, sur le terrain, les secteurs qui peuvent être au cœur de la dynamisation des relations économiques des deux pays, ainsi que les opportunités qui en découlent. Plusieurs secteurs de coopération ont été déterminés, dont l’agriculture, l’hydraulique, l’énergie et la santé, a souligné Chakib Alj, président de la CGEM.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut