International › APA

Social et économie au menu des quotidiens marocains

La révision du Code de la famille et les enjeux d’une éventuelle hausse du taux directeur sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus mardi.Abordant la révision du Code de la famille, +L’Opinion+ se demande si cette même Moudawana, qui a été mondialement acclamée en 2004 pour être « one step ahead » vis-à-vis des droits de la femme et de la famille, n’est pas victime de son propre succès et, surtout, si elle n’est pas en passe de se positionner “one step behind”.

Le problème se pose car, au Maroc, l’avortement n’est autorisé que dans le cadre du mariage, lorsque la grossesse représente un danger pour la santé de la femme et, surtout, avec l’accord de son mari.

Alors que dans le cas d’une grossesse résultant d’un inceste ou d’un viol, en l’absence d’un cadre réglementaire sain et salutaire, le sort de la mère, souvent très jeune, est tributaire du marché illégal de l’avortement : celui des charlatans, explique le journal.

Réclamée à cor et à cri par la société civile, une révision du Code de la famille s’impose plus que jamais, car bien que la polygamie devienne plus complexe, la reconnaissance des mariages civils faits à l’étranger ou l’assouplissement de la demande de divorce par la femme marocaine, ses incohérences provoquent des remous, relève-t-il.

De plus, même si l’âge minimum légal de mariage est passé de 15 à 18 ans, le mariage par la Fatiha est toujours monnaie courante dans les villages enclavés, ajoute-t-il.

+L’Economiste+, qui s’attarde sur les enjeux de la hausse du taux directeur, dont une décision pourrait être prise lors du conseil de la Banque centrale prévu aujourd’hui mardi, estime que cette hausse pourrait freiner l’inflation et favoriser l’épargne, mais qu’elle aurait pour conséquence le ralentissement de la croissance.

“Aujourd’hui, les prix brûlent les caddies des consommateurs et leurs portefeuilles. L’inflation est cruelle pour les revenus modestes. La guerre en Ukraine a pris en otage les économies du monde (…) La sécheresse est venue compléter le tableau et nous a pris en défaut de planification et de préparation”, constate la publication.

Pour atténuer tous “ces chocs qui nous viennent d’un peu partout”, des choix cruciaux sont à faire dans l’urgence pour passer le cap des prochains mois, soutient-il, soulignant que la sortie de crise sera difficile et dépendra de toutes les leçons qui devront être tirées par tous.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut