International › APA

Au Burkina, « on a frôlé la catastrophe » (analyste)

Au Burkina Faso, le renversement du chef de la junte militaire, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, traduit « la division de l’armée », d’après l’analyste politique sénégalais Alioune Tine.Le président de la transition burkinabè, Paul-Henri Damiba, a finalement rendu sa démission dimanche 2 octobre. Huit mois après son arrivée au pouvoir par les armes, il a été victime d’un coup d’Etat perpétré par le capitaine Ibrahim Traoré, 34 ans, nouveau chef du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR, nom de la junte). Il ne s’avouait pas vaincu puisque des militaires lui étaient restés fidèles. Le suspense a duré plusieurs heures avant qu’il n’accepte de céder à la suite de négociations menées par les autorités religieuses et coutumières.

Toutefois, ce deuxième coup d’Etat en 2022 au Burkina Faso symbolise « la division de l’armée dans la lutte pour le contrôle du pouvoir d’Etat », explique Alioune Tine, acteur éminent de la société civile ouest-africaine et fondateur du think tank Afrikajom Center.

« On a frôlé la catastrophe, avec un scénario du chaos hallucinant où les deux chefs militaires et leurs partisans étaient face à face dans un contexte de guerre de communication particulièrement tendu avec des fake news, des malentendus, des confusions et surtout une guerre de procuration inter-impérialiste absurde, avec des manifestations violentes des populations dans les rues de Ouagadougou », a noté l’ancien directeur régional d’Amnesty international pour l’Afrique de l’ouest et du centre.

Lire aussi : Burkina : comment le capitaine Traoré a sauvé son coup

Selon M. Tine, la division de l’armée burkinabè n’est pas de bon augure dans la lutte contre la poussée djihadiste dans le pays. Elle est caractérisée par le blocus de la ville de Djibo (nord) par les groupes armés islamistes, exposant les habitants face à la menace de la famine.

« Le contexte de crise sécuritaire exacerbé avec les attaques récurrentes contre les populations civiles et contre l’armée, facteur aggravant la crise humanitaire profonde et les menaces de famine dont Djibo est tragiquement le symbole, doivent amener les militaires burkinabés et les populations civiles à travailler à l’unité de l’armée, à la discipline et au patriotisme pour s’engager efficacement de façon solidaire et coordonnée contre le terrorisme qui menace d’effondrement le Burkina Faso », a-t-il recommandé.

« La division de l’armée et des populations est un facteur d’exacerbation des vulnérabilités et fragilités qui pourraient constituer une menace pour la survie de l’Etat Burkinabé. Cette situation serait du pain béni pour l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM), qui rêvent de s’attaquer aux rares sanctuaires sécurisés du pays, dont la capitale Ouagadougou », a ajouté Alioune Tine.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut