International › APA

« Affaire du vol dans sa ferme » : Ramaphosa prêt à démissionner

En Afrique du Sud, une rocambolesque affaire de cambriolage met en difficulté le président de la République Cyril Ramaphosa.Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, acculé par son opposition qui demande sa démission, promet de quitter son poste si des poursuites pénales étaient engagées contre lui par la justice dans l’affaire du vol dans sa ferme de Phala Phala survenu en février 2020.

Sur le terrain politique, Ramaphosa est de plus en plus fragilisé par cette affaire. Lors d’une réunion du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, ce week-end, il a tenté de se défendre.

Face aux responsables de son parti, il a présenté sa version des faits entourant le vol de sa ferme il y a près de trois ans. A ce titre, il a confié à ses collègues de parti qu’il « se retirerait volontiers » s’il était inculpé au pénal, selon le porte-parole de la Présidence, Vincent Magwenya, dimanche.

L’affaire remonte en février 2020, le chef de l’Etat sud-africain arrivé au pouvoir en 2018, est accusé d’avoir dissimulé le vol de plus de 4 millions de dollars dans l’une de ses propriétés et d’avoir acheté le silence des cambrioleurs L’opposition réclame sa démission, mettant en doute son engagement de lutter contre la corruption. M. Magwenya réitére la ligne de défense du président sud-africaine

Ramaphosa acculé

Il a rappelé aux médias que Ramaphosa n’avait pas été accusé de crime et que plusieurs enquêtes étaient en cours sur cette affaire. « La présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire, consacrée par la Constitution, demeure. Je pense donc que la meilleure question à poser à ceux qui ont appelé le président à se retirer est de savoir ce qui motive ces appels », a déclaré M. Magwenya.

Et d’ajouter : « Si le président est inculpé, il se retire volontiers. Mais en l’état actuel des choses, il n’y a pas de charges criminelles contre le président ». « Ce que vous avez, c’est une série d’enquêtes avec lesquelles il coopère pleinement, et il continuera à le faire jusqu’à ce que ces enquêtes soient terminées », a-t-il dit aux journalistes.

Lors de la réunion du NEC qui s’est tenue ce week-end au Nasrec Expo Centre de Johannesburg, c’est l’un de ses principaux ministres, la ministre de la Gouvernance coopérative, Nkosazana Dlamini-Zuma, qui a pris la tête du comité pour que Ramaphosa se retire. Mme Dlamini Zuma est candidate avec M. Ramaphosa lors de la conférence nationale élective de l’ANC en décembre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut