International › APA

Sport et Culture au menu des quotidiens marocains

Les enjeux de la 17e session du Comité de l’Unesco de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui se tient à Rabat, et la victoire de l’équipe nationale face à la sélection belge à la Coupe du monde de football, Qatar 2022, sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mardi.+L’Opinion+ écrit que la « savoureuse » victoire des Lions de l’Atlas sur les Diables Rouges belges “a plongé notre pays dans une ivresse collective aussi salutaire qu’inespérée”.

Cette “ivresse” est venue balayer les petits problèmes du quotidien qui nous plombent le moral depuis le début de la pandémie du Covid, jusqu’à l’actuelle crise économique consécutive à la sécheresse et à la guerre en Ukraine, relève l’éditorialiste.

Les Marocains en avaient bien besoin, eux qui depuis l’épopée glorieuse du onze national en 1986 au Mexique ont été quasiment sevrés de telles joies, estime-t-il.

Au bout de cette “longue période de disette”, notre équipe nationale s’offre le luxe de tirer son épingle du jeu dans un groupe mortel où évoluent le premier et le deuxième dauphin des vainqueurs français du mondial de 2018, le tout sous le coaching national de Walid Regragui, constate-t-il.

Cette prouesse “doit être saluée à sa juste valeur”, puisqu’elle inaugure une “nouvelle ère” pour notre football national où désormais le fond et le résultat comptent plus que la forme et la beauté du jeu, soutient-il.

Même son de cloche chez +L’Economiste+, qui estime que le match Maroc-Belgique a galvanisé les foules et renforcé le patriotisme dans l’une de ses formes les plus fortes et spontanées.

Et au-delà du sport, la victoire du Onze national a rappelé de nombreuses leçons: d’abord que le génie et les muscles ne sont pas suffisants pour réussir, mais qu’il faut en plus de la stratégie, du travail acharné, une sacrée bonne dose d’audace et de bon sens, relève-t-il.

Autre leçon, le processus de mise à niveau du secteur qui commence à donner ses fruits: formation des talents, infrastructures, audit et transparence dans les marchés et les comptes, ajoute-t-il.

+Aujourd’hui le Maroc+, qui aborde les enjeux de la 17e session du Comité de l’Unesco de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, que le Royaume abrite du 28 novembre au 03 décembre, écrit que pendant une semaine, Rabat accueille des délégations d’experts représentant 24 pays qui viennent siéger sur l’épineuse question de la protection d’éléments du patrimoine culturel et immatériel universel.

Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que sur la liste des éléments protégés, le Maroc figure parmi les pays les plus représentés, souligne la publication, estimant que la tradition équestre de la Tbourida est d’ailleurs le dernier élément en date à avoir été enregistré, en 2021, au nom du Maroc comme héritage culturel mondial à protéger.

Et le message royal adressé aux participants à la rencontre de Rabat illustre bien cet engagement du Maroc au plus haut niveau, ajoute-t-il.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut