International › APA

Social et politique au menu des quotidiens marocains

Les droits de la femme marocaine, la scène politique nationale et le scandale du concours des avocats sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce vendredi.+L’Economiste+, qui s’attarde sur les droits de la femme marocaine, souligne la nécessité de s’attaquer à des questions relatives aux droits de la femmes, estimant qu’il y a encore beaucoup de travail à ce niveau afin de changer « les mentalités archaïques » et “les bonnes traditions féodales”.

La Moudawana en est un exemple frappant: 19 ans après son entrée en vigueur, le texte traîne de gros dysfonctionnements, aplatissant contre le mur des résistances les objectifs de cette révolution du Code de la famille, explique le journal.

A l’époque, la réforme avait pour but de restructurer la relation familiale sur des bases plus adaptées au monde moderne, mais les bonnes volontés ont vite été laissées sur le bord de la route, puisque le mariage des mineures continue de caracoler en tête du hit-parade des violations des droits humains les plus élémentaires pour des raisons sociologiques, constate-t-il.

Dans l’héritage, l’iniquité domine sans que personne n’ose bousculer ni s’opposer aux courants conservateurs, au risque d’y laisser des plumes, ajoute-t-il.

La femme marocaine “attend du législateur qu’il lui rende justice, qu’il consacre et reconnaisse le rôle qu’elle joue déjà”, soutient-il.

Toutefois, il ne suffit pas qu’une réforme soit écrite noir sur blanc: il lui faut et lui faudra encore, pendant des années, “un accompagnement volontariste et déterminé”, estime-t-il.

Abordant la scène politique nationale, +Al Bayane+ se demande s’il est encore possible de “raviver le camp démocratique et progressiste” afin d’extirper la Nation du “bourbier institutionnel” dans lequel elle se trouve, étant donné que l’évolution de la vie partisane est “cruellement malmenée par la montée en force des ennemis de la démocratie”.

“Cette situation politique malsaine”, génère “un recul sans précédent des marges de libertés”, et ne fait qu’accentuer les disparités, la pauvreté et l’exclusion parmi une large souche de la société, estime le quotidien.

Il n’y a donc aucune issue pour le camp démocratique et progressiste que de laisser de côté leurs divergences, parfois gratuites, et de se mobiliser pour, d’abord, “assurer leur survie rudement mise à rude épreuve” et “renverser cette agression fatale dont il fait l’objet”, soutient-il.

+Al Massae+ écrit que malgré la vague de colère que l’examen d’accès à la profession d’avocat a provoquée, générant des protestations appelant même à annuler ses résultats, le ministère de la Justice a annoncé la date de l’examen oral, fixé les 1er, 2, 3 et 4 mars 2023. 

Des voix en colère sur la Toile ont qualifié cette démarche d’une tentative de tourner la page du scandale du concours. L’examen écrit des avocats a créé des remous par les « soupçons » qu’il a suscités autour de lui, à cause notamment de la fuite des épreuves sur les réseaux sociaux et des résultats du concours où figurent les noms de personnalités bien connues, de professionnels dans le secteur de la justice et d’hommes politiques.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut