Adema-PASJ : le parti a soufflé ses 19 bougies

C'’est le président du mouvement de la jeunesse qui a fait une première intervention, Lazare Tembely. Une intervention relative à …

C’’est le président du mouvement de la jeunesse qui a fait une première intervention, Lazare Tembely. Une intervention relative à  la détermination de la jeunesse pour le respect du mot d’ordre du parti. « Nous jeunes, resterons derrière les mots d’ordre du parti » lance t-il. Prenant la parole Mme Konte Fatoumata Doumbia présidente du mouvement des femmes du parti de l’abeille, a rendu un hommage mérité à  tous qui se sont battus pour la démocratie et la création du parti. Et d’appeler les abeilles à  cultiver l’unité et la cohésion. Elle n’a pas manqué de souligner que l’électorat est aussi le rôle que jouent les femmes dans le parti. L’âge de la maturité 25 mai 1991-25 mai 2010, le PASJ a atteint l’âge de la maturité et de la majorité. Créé lors de son congrès constitutif, les 25 et 26 mai 1991 au palais de la culture, le parti Adema a marqué l’ère démocratique du Mali. De façon particulière, il a géré le pays pendant 10 ans d’o๠la fierté du président de l’ADEMA PASJ, Dioncounda Traoré: « Ce jour est un jour honorable, le 25 mai 1991 est né un grand parti. Notre parti est le parti de la solidarité de la justice ». Les fidèles du parti rouge et blanc La ruche est une société organisée, disciplinée et travailleuse, selon Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée Nationale du Mali. De sa création à  nos jours, certains pionniers qui étaient membres du premier bureau dirigé par Alpha Oumar Konaré sont restés fidèles au parti. Depuis l’avènement du multipartisme dans notre pays, les Maliens ont constaté une transhumance à  tous les niveaux de la sphère politique des partis. Ceux qui ne veulent pas prendre le train en marche des autres formations. Plusieurs raisons expliquent leur départ, mais la principale reste la quête de l’intérêt personnel. Par contre, d’autres restent au parti malgré les problèmes et la variabilité du climat politique. Ceux-ci sont rares et méritent d’être cités. à€ l’Adema spécifiquement, ils ne sont pas nombreux surtout au niveau des cadres. On peut en citer Abderrahmane Baba Touré, l’un des trois premiers présidents d’honneur du parti qui fut président de la Cour constitutionnelle. Dioncounda Traoré était le 2è vice président du parti qui assure actuellement sa présidence et aussi président de l’Assemblée nationale. En mai 1991, le Pr Ali Nouhoum Diallo a présenté le rapport politique général au congrès. En guise certainement de récompense, le bureau issu du congrès constitutif l’a élu au secrétariat politique. Il fut président de l’Assemblée nationale du Mali et celui du parlement de la CEDEAO. Ali Nouhoum Diallo reste incontestablement l’un des politiciens dont la moralité est au dessus de tout doute. à€ la création du parti, Ibrahima N’Diaye était secrétaire adjoint à  la solidarité. Aujourd’hui, il occupe le poste de premier vice président et est la 2è personnalité du gouvernement après avoir été maire du district de Bamako. Moustaph Dicko fait partie du lot. Secrétaire à  l’éducation et à  la culture du premier bureau, il fut ministre et député. En plus d’eux, on peut ajouter Ousmane Sy et son épouse Sy Kadiatou Sow. La fidélité de ces derniers au parti ne s’explique pas par les postes de responsabilité occupés au sein de l’Etat, mais par leur conviction jamais démentie. D’autres qui ont accédé aux postes similaires sont partis ailleurs. Ils n’ont pas été politiquement disciplinés. De 23 membres en 1991, le bureau du comité exécutif du parti, Adema compte de nos jours près de 100 membres.