AN: le Premier Ministre défend la feuile de route

Dans ce document, on peut retenir deux points : la restauration de l'intégrité territoriale et l'organisation d'élections transparentes et libre.…

Dans ce document, on peut retenir deux points : la restauration de l’intégrité territoriale et l’organisation d’élections transparentes et libre. Si le document n’a cependant pas défini la date de la tenue des prochaines élections présidentielles, il donne des précisions de taille quant au premier point. Il y est question de la libération des zones occupées entreprises par l’armée française et des forces de la Misma. Mais aussi du dialogue qui reste ouvert avec les groupes armés qui ne mettent en cause, ni l’intégrité territoriale, ni la laà¯cité de l’Etat malien. La restauration de l’autorité de l’Etat passera nécessairement par la lutte contre les exactions et autres arrestations extra-judiciaires, ainsi que le traitement judiciaire de tous les cas reconnus, précise le même document. Le retour des réfugiés, des déplacés, et leur réinsertion, est l’autre mission consignée dans la feuille de route. Pour le second point, il faut retenir l’organisation d’élections transparentes dont la date n’est encore pas indiquée. Ce point fera certainement l’objet d’un débat houleux dans l’hémicycle car pour beaucoup le calendrier électoral dépendra de la libération des zones sous occupation. Cependant la Commission électorale nationale indépendante se verra attribuée un nouveau rôle. Il sera évident aussi que le fichier biométrie soit revisité pour son utilisation au prochain vote. Ce fichier a la particularité de réduire les fraudes. Par ailleurs,le gouvernement a dans son agenda l’adoption de textes relatifs au régime général des élections, à  la communication audiovisuelle, au régime de la presse, à  la répartition équitable du temps d’antenne et au statut des partis de l’opposition et du chef du principal parti de l’opposition et l’établissement d’un chronogramme indicatif. A signaler que la mise en œuvre de cette feuille de route, qui est le programme de travail du gouvernement pour les prochains mois, coutera 112 milliards de francs CFA à  l’Etat malien.