ÉconomieEnergie




Eaux souterraines : rendre visible l’invisible

C’est le thème de la Journée mondiale de l’eau, célébrée ce 22 mars 2022. Cette année, l'attention portera sur les eaux souterraines,…

C’est le thème de la Journée mondiale de l’eau, célébrée ce 22 mars 2022. Cette année, l’attention portera sur les eaux souterraines, une ressource invisible dont l’impact est pourtant visible partout dans le monde. Les ressources en eaux souterraines du Mali sont estimées à 2 700 milliards de m3 de réserves statiques, avec un taux annuel de renouvellement évalué à 66 milliards de m3. Elles sont la principale source d’alimentation en eau potable des populations, même en milieu urbain, où la mobilisation de ces ressources augmente avec la multiplication des forages. Selon la Direction nationale de l’Hydraulique, plus de 15 100 forages positifs et 9 400 puits modernes à grands diamètres étaient actifs en 2018.

Le choix de cette thématique pour la célébration de cette année se justifie par les défis de la conservation de cette ressource, vitale pour l’humanité. Les eaux souterraines alimentent les sources, les rivières et les lacs. Elles fournissent la plus grande quantité de l’eau que nous utilisons pour notre consommation et pour l’assainissement et alimentent également les processus industriels et de production alimentaire. Or elles sont de plus en plus menacées par la surexploitation et la pollution. Ce qui risque de mener à leur épuisement, à des surcoûts dans leur traitement, voire à une impossibilité de les utiliser.

Pour rappel, c’est en 1992 que la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED) a recommandé qu’une Journée internationale soit consacrée aux ressources en eau douce. Le 22 décembre 1992, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la résolution A/RES/47/193 déclarant le 22 mars 1993 première Journée mondiale de l’eau.