L’Édito

C’est la rentrée…

Cette semaine a commencé bien brutalement avec l’attaque de Boulkessi et Mondoro. Le bilan provisoire est accablant, tant en pertes humaines que matérielles qui viennent renforcer les capacités des groupes terroristes qui sévissent dans cette région. Et qui augmenteront très probablement l’insécurité qui prive près de 250 000 enfants d’accès à l’école. Car cette semaine c’est aussi la rentrée des classes. A travers le pays, les enfants ont de nouveau enfilé leur cartable. Pour certains seulement. Selon l’UNICEF, plus de 800 écoles sont fermées dans tout le pays, notamment dans le centre de la région de Mopti. Si l’insécurité est l’un des freins les plus importants à la scolarisation des enfants, d’autres facteurs participent directement au fait que plus de deux millions d’enfants de 5 à 17 ans ne partent pas à l’école. Sont en cause la pauvreté des ménages, le travail des enfants, le mariage précoce et le manque d’école de qualité à proximité des foyers. Deux millions…

Après une année scolaire 2018-2019 marquée par une interminable grève du corps enseignant, cette année risque fort de prendre des allures de rattrapage. Un rattrapage qui devrait concerner également les infrastructures. En cette semaine de rentrée, les adeptes des réseaux sociaux ont largement partagé des photos d’écoles à travers tout le pays, y compris à Bamako, sans toit, sans tables, avec des sanitaires plus que rudimentaires, etc… Des établissements dans un état de délabrement si avancé que le jeune enseignant Tiékro Dabo du village de Lahandy (Bafoulabé) a marché 500 km pour alerter le ministre de l’Éducation nationale sur le cas de son école en ruine. Parti le 18 septembre, c’est ce lundi 30 septembre, veille de la rentrée, qu’il est arrivé à la cité administrative. Sa marche désespérée sera-t-elle vaine ? Entendez-vous les millions d’écoliers pour qui l’accès au savoir est de plus en plus étroit ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Hebdo - édition du 17.10.2019
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut