L’Édito

Le pilier de la démocratie

Et si finalement le CNT ne faisait que son travail, loin de la politique politicienne, respectant et mettant à sa juste place l’équilibre entre l’exécutif et le législatif ? Est-ce qu’il n’agit pas en mettant le Mali au dessus de tout, au dessus des accointances politiques, des idéologies de circonstances ou des loyautés de clans ??

Rappelons la base : le Parlement est le cœur de la démocratie. Il est le pouvoir législatif. Sa mission est de faire la loi et de contrôler le gouvernement, qui représente le pouvoir exécutif. C’est bien ce que le CNT a fait fin avril en demandant à Choguel Kokalla Maïga un bilan de son action à huit mois d’exercice. La démarche n’était donc pas de le désavouer comme on a pu le dire ? Non si l’on considère que le CNT faisait son travail de contrôle.

Le 17 juin, les 92 amendements portés au projet de loi électorale n’étaient pas non plus un règlement de comptes personnels contre le Premier ministre et le gouvernement ? Et si le CNT faisait plutôt son travail de vigie et de travail des textes, la loi devant être l’expression de la volonté générale ?

Finalement, cette assemblée nommée et non élue en cette période de transition, que l’on pensait totalement acquise à la cause des autorités en place et que certains percevaient comme une simple chambre d’enregistrement, n’a-t-elle pas mis à sa juste place sa mission faisant émerger d’une manière que l’on espère le moins fugace possible, un véritable pouvoir parlementaire au Mali ? Pas un contre-pouvoir comme il a pu être perçu par les ministres en charge du projet de loi électorale. Mais bien un pilier du pouvoir du peuple comme il se doit en démocratie. 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

L’Hebdo - édition du 11.08.2022
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut