Les autorités iraniennes ont menacé jeudi le groupe sud-coréen Samsung de représailles commerciales, après la décision annoncée mercredi par les organisateurs des JO-2018 de priver les Iraniens et les Nord-Coréens, de smartphones offerts à tous les autres participants des jeux de Pyeongchang. Coïncidence ou non, cette menace a été suivie d’une annonce du CIO jeudi assurant que contrairement à ce qu’avait annoncé le comité organisateur des JO-2018 mercredi, «tous les athlètes» participant aux Jeux se verront offrir un smartphone. Mercredi, ce comité avait indiqué qu’en raison des sanctions de l’ONU frappant les deux pays, les athlètes nord-coréens et iraniens ne pourraient recevoir ces téléphones. Le CIO a précisé jeudi que les Iraniens pourraient ensuite conserver ces smartphones une fois rentrés chez eux, chose en revanche que ne pourront pas faire les Nord-Coréens, priés de les rendre avant de partir.