Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste dirigée par Iyad Ag Ghaly, se dit prêt à négocier avec Bamako, mais pose ses conditions : que la France et l’ONU retirent leurs forces du Mali. « Nous sommes prêts à engager des négociations avec le gouvernement malien, dont le président a annoncé son souhait de négocier avec [le GSIM] afin de discuter des moyens de mettre fin au conflit sanglant entré dans sa septième année à cause de l’invasion des croisés français », a écrit le groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, dans un communiqué publié par sa plate-forme al-Zallaqa et authentifié lundi par l’ONG américaine de surveillance des sites jihadistes SITE. Source : Jeune Afrique