Les jeunes du mouvement qui mène la contestation contre le pouvoir au Mali ont réitéré dimanche à Bamako leur appel à la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta et à la reprise des manifestations après le 3 août, alors qu’un sommet régional sur le Mali se préparait lieu ce lundi sur la crise politique.