L’info en continu

    • vendredi 17 juillet
    • 10h20

      Coopération – Le camp de réfugiés maliens situé à Mentao, dans la province du Soum, sera bientôt délocalisé pour rejoindre un autre camp, celui de Goudebou, situé près de Dori chef-lieu de la région du Séno, a annoncé le secrétaire général du ministère burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération Seydou Sinka.

    • jeudi 16 juillet
    • 11h13

      Le procès d’un djihadiste malien, Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, qui est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité prétendument commis à Tombouctou, dans le nord du Mali, en 2012 et 2013, s’est ouvert mardi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas.

    • 11h07

      Le Sénégal, après plus de trois mois de fermeture de son espace aérien, a commencé à recevoir hier mercredi 15 juillet des vols internationaux réguliers, au moment où l’Union européenne se montrerait désormais favorable à accueillir des ressortissants sénégalais dans l’espace Schengen. Comme annoncé le 29 juin dernier par le président Macky Sall, l’espace aérien sénégalais s’est rouvert ce mercredi pour les vols internationaux réguliers. Les aéroports n’étaient pas totalement fermés puisque les vols spéciaux continuaient d’atterrir et de décoller.

    • 11h01

      Avis d’appel d’offres relatif à l’émission d’Obligations du Trésor du Mali du 22 juillet 2020. Les offres seront reçues à travers l’application SAGETIL-UMOA. Le remboursement du capital interviendra le premier jour ouvré suivant la date d’échéance. Le paiement des intérêts se fera annuellement à un taux d’intérêt de 6,25% l’an dès la première année.

    • 10h59

      Sécurité – Le Sénégal a entamé le 14 juillet la construction d’un camp militaire à sa frontière avec la Mali dans le but de lutter contre « les menaces transfrontalières » et la lutte contre « les trafics » qui sévissent dans la zone selon le www.360.ma

    • mercredi 15 juillet
    • 15h56

      Crise politique – Dans une tribune publiée sur JeuneAfrique.com, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo appelle les acteurs de la crise qui ébranle le Mali à trouver un compromis, et met en garde contre les risques que font peser une déstabilisation du pays sur l’Afrique de l’Ouest. Selon l’ancien président, « le Mali doit rester un Etat laïc ».

    • 13h53

      Afrique du Sud – Le ministre sud-africain des Ressources minérales et énergétiques, Gwede Mantashe et son épouse Nolwandle ont été testés positifs pour la Covid-19, annonce la présidence de la République.Le Bureau du président a déclaré que Mantashe a reçu, hier mardi, les résultats de leurs tests revenus positifs, et que lui et sa femme sont maintenant en isolement. Le ministre à la présidence, Jackson Mthembu, a déclaré que Mantashe travaille à domicile jusqu’à sa guérison.

    • 13h50

      Le gouvernement sud-africain a choisi Phillip Saunders pour prendre les rênes de la South African Airways (SAA) en tant que président-directeur général intérimaire, à un moment où la compagnie aérienne poursuit sa reprise dans le cadre du processus de sauvetage des entreprises publiques.Le ministère des Entreprises publiques a annoncé que la nomination de Saunders fait suite à un vote en faveur d’un plan de sauvetage des entreprises pour la SAA, qui a été décidé hier mardi lors d’une réunion que les praticiens en sauvetage d’entreprise (BRP) avaient convoquée pour parler de la situation de la SAA à court d’argent.

    • 13h49

      Maroc – Le gouvernement japonais vient d’octroyer une aide médicale d’urgence d’une valeur de 4,8 millions de dollars (46,5 millions de DH) au Maroc pour faire face à la pandémie de la Covid-19.L’accord de don a été signé par le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, et l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Maroc, Shinozuka Takashi.

    • 13h46

      Politique – Selon un communiqué de la Présidence de la République, une délégation de la Cedeao, avec à sa tête l’ancien président du Nigéria Goodluck Jonathan est attendue ce mercredi 15 juillet à Bamako, dans le cadre de la « facilitation du dialogue entre les partis à la crise politique en cours ».

    • mardi 14 juillet
    • 20h26

      La Mission de la CEDEAO, conduite par l’ancien président de la République fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan arrive ce mercredi 15 juillet 2020 à Bamako. La présence de la CEDEAO s’inscrit dans le cadre de la facilitation du dialogue entre les parties à la crise politique en cours.

    • 16h51

      Crise et économie – Dans une note datée du 12 juillet 2020, l’Association des banques et établissement financiers du Mali (Apbef) a pris la décision de fermer les établissements bancaires, lundi 13 juillet 2020, pour éviter les pillages. Cette décision, selon Financial Afrik, vise à prévenir les risques de pillage. L’Association des banques et établissement financiers du Mali (Apbef) a pris la décision, le 12 juillet 2020, de fermer les établissements bancaires ce lundi pour éviter les pillages. La décision découle de la situation socio-politique du pays marquée par une série de manifestations depuis le 5 juin et un dérapage relevé le 10 juillet dernier avec le saccage des biens publics et privés et la mise à sac de certaines stations de distribution des produits pétroliers.

    • lundi 13 juillet
    • 14h52

      Diplomatie : Le Maroc nomme un nouvel ambassadeur au Mali. Le Maroc a nommé lundi un nouvel ambassadeur auprès du Mali. Driss Isbayene, 57 ans, remplace Hassan Naciri qui devient ambassadeur du Royaume chérifien auprès du Sénégal. Naciri, présent au Mali depuis 2012, était devenu le doyen du corps diplomatique au Mali depuis la fin de mission du Russe Alexey Doulian, en juin 2019. Isbayene était avant sa nomination, depuis 2016, ambassadeur du Roi en Républiques de Guinée, Sierra Leone et Liberia. Il a entamé son parcours professionnel en août 1988 en tant qu’attaché des Affaires étrangères à la direction des Affaires africaines et asiatiques auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, puis secrétaire des Affaires étrangères à la même direction de 1989 à 1993. Il aura pour mission de consolider des relations qu’une source au ministère des Affaires étrangères juge « très satisfaisantes ». Fin 2019, devant la presse, l’ambassadeur en fin de mission Naciri égrenait les nombreux points positifs de la coopération bilatérale entre les deux pays. « Le partenariat Mali – Maroc occupe une place privilégiée, au regard du caractère historique et multidimensionnel de nos relations, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et de Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta », avait-il déclaré à cette occasion.

    • 12h01

      Tunisie – Majoritaire au parlement, le parti islamiste Ennahdha (Renaissance) a décidé de rompre avec le gouvernement actuel, dirigé par Elyes Fakhfakh, a annoncé dimanche le porte-parole du parti, Imed Khmiri.

    • 11h59

      L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a annoncé dimanche que 83 migrants clandestins avaient été secourus par les garde-côtes libyens au large des côtes ouest du pays.

    • 11h58

      Le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a accepté samedi de se porter candidat à la présidentielle du 22 novembre prochain, conformément à la conclusion du congrès de son parti le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)

    • vendredi 10 juillet
    • 10h47

      OIF – Les représentants des Etats et gouvernements ont entériné la création d’un fonds de la Francophonie pour les femmes, « La Francophonie avec Elles ». Une initiative de la Secrétaire générale pour accompagner les femmes en situation de précarité de l’espace francophone qui subissent de plein fouet les impacts socio-économiques des crises comme celle que nous vivons actuellement. C’était lors de la 110e session du Conseil Permanent de la Francophonie (CPF), où les représentants des 88 Etats et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se sont réunis pour la première fois en visioconférence les 8 et 9 juillet 2020.

    • 10h45

      L’OIF a pris acte et accueilli favorablement la demande des autorités burundaises visant à lever la mesure de suspension de la coopération multilatérale en faveur de cet Etat membre, adoptée en vertu des dispositions de la Déclaration de Bamako en avril 2016, lors de la 97ème session du CPF. Cette décision sera formellement adoptée lors du prochain Conseil prévu à l’automne 2020, dans le cadre du processus de suivi par les Instances de la Francophonie.

    • jeudi 09 juillet
    • 14h42

      Près de 49 millions d’Africains pourraient tomber dans l’extrême pauvreté à cause de la pandémie de Covid-19, selon le « Supplément aux Perspectives économiques en Afrique 2020 » de la Banque africaine de développement (BAD), publié le 7 juillet 2020. Pour contrer les effets néfastes de cette maladie sur les populations, en particulier en Afrique de l’Ouest et Centrale, la BAD incite les gouvernements et les partenaires à agir vite et de façon coordonnée. La croissance sur le continent devrait rebondir à 3% en 2021, contre -3,4% dans le pire scénario pour 2020, d’après les évaluations de la banque sur les impacts de la pandémie. Mais à condition que les gouvernements arrivent à juguler la propagation de la maladie.

    • 14h31

      Le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) a approuvé des financements pour un montant total de 381 millions de dollars, destinés à aider 47 pays à faire face aux fermetures d’écoles dues à la crise du coronavirus, et à garantir la continuité de l’apprentissage des enfants pendant cette période. Un montant supplémentaire de 20 millions de dollars a été alloué à une initiative conjointe gérée par l’UNESCO, l’UNICEF et la Banque mondiale dont le but est d’assurer l’efficience des programmes mis en place à l’échelle régionale et mondiale et le partage des connaissances. Près de 720 millions d’élèves ne sont toujours pas scolarisés dans les pays en développement où les effets combinés des fermetures d’écoles et des difficultés économiques dues au coronavirus menacent d’annihiler les gains durement acquis ces dernières décennies dans le domaine de l’éducation. Les filles sont particulièrement à risque, car elles sont plus susceptibles d’avoir à assumer des tâches ménagères en même temps qu’elles poursuivent leur apprentissage à distance. Celles non scolarisées sont également plus vulnérables aux violences sexistes et aux grossesses et mariages précoces.

    • 12h29

      Cameroun : Le gouvernement dément les négociations avec les séparatistes. Le gouvernement camerounais a démenti le lundi 6 juillet avoir entamé des négociations avec les leaders séparatistes revendiquant l’indépendance de la partie anglophone du Cameroun. « L’information diffusée sur les réseaux sociaux sur la tenue le 2 juillet 2020 de négociations entre une délégation gouvernementale et des sécessionnistes en instance de jugement n’est pas conforme à la réalité », a déclaré le porte-parole du gouvernement camerounais, René Emmanuel Sadi, dans un communiqué publié lundi. Vendredi 3 juillet, Julius Ayuk Tabe, principal leader séparatiste, qui avait été condamné à perpétuité avec huit autres collaborateurs, a indiqué sur les réseaux sociaux que des pourparlers de cessez-le-feu avec le gouvernement camerounais avaient eu lieu, sans donner davantage de détails. Les forces sécuritaires vont donc continuer à lutter contre les séparatistes armés dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a affirmé M. Sadi, qui a souligné la disponibilité du gouvernement à « rechercher des solutions pacifiques à la crise (…), dans le respect de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Cameroun ». Le gouvernement réitère enfin l’appel du Président camerounais Paul Biya aux séparatistes à cesser « les atrocités contre les civils » et à répondre à son « offre de paix » en déposant les armes.

    • 12h27

      Palestine : Union sacrée contre le projet d’annexion israélien. Les deux groupes rivaux palestiniens, le Fatah du Président Mahmoud Abbas et le mouvement islamique Hamas, sont convenus le 6 juillet de reprendre les pourparlers pour mettre fin à leur division interne, selon le média chinois Xinhua. Ahmad Helles, membre du Comité central du Fatah, et Husam Badran, membre du bureau politique du Hamas, ont fait cette annonce dans une interview conjointe diffusée sur la télévision publique palestinienne. « La reprise des réunions entre le Fatah et le Hamas a donné à notre peuple un nouvel espoir de mettre fin à la division interne qui dure depuis 13 ans, afin de faire face aux défis politiques et économiques actuels », a déclaré M. Helles. « La division interne palestinienne ne doit jamais être considérée comme la véritable image permanente du peuple palestinien », a-t-il estimé. Par la même occasion, Husam Badran a indiqué que les deux mouvements rivaux maintiennent des contacts quotidiens et cherchent à travailler ensemble, en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à l’étranger, pour contrer le plan d’annexion israélien. Il a affirmé que le Hamas était prêt à parvenir à un accord national. La division interne palestinienne a commencé en 2007, suite à la prise de contrôle de Gaza par le Hamas. Rapprochement salué Le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a envoyé une lettre au chef du Hamas, Ismail Haniyeh, pour saluer les efforts d’unité entre le Hamas et le Fatah. « Le maintien de la vigilance, de l’unité et de l’harmonie entre le peuple et les mouvements palestiniens jouera certainement un rôle efficace dans l’annulation des complots de l’ennemi et apportera une assistance divine ». Il a ajouté « l’Iran, sur la base de ses devoirs religieux et humains, ne ménagera aucun effort pour soutenir le peuple opprimé de Palestine et pour repousser le mal ». La Russie a également salué le 3 juillet l’engagement pour « l’unité » des deux entités. Le rapprochement s’est amorcé la semaine dernière parce que l’État hébreu souhaite annexer des colonies et la vallée du Jourdain en Cisjordanie, un territoire palestinien qu’Israël occupe depuis 1967. Sous la pression internationale, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a reporté ses plans initiaux. Le 7 juillet, les ministres des Affaires étrangères de la France, de l’Allemagne, de l’Égypte et de la Jordanie ont exhorté Israël à abandonner ses projets d’annexion de pans entiers de la Cisjordanie occupée. Boubacar Sidiki Haidara

    • 12h24

      La France a le mercredi 8 juillet appelé « fortement » à la libération de l’Honorable Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition, détenu depuis plus de trois mois. Interpellé sur le sujet à l’Assemblée nationale française, Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a dit « l’indignation de la France devant la situation faite à Soumaila Cissé » et appelé « ceux qui l’enferment aujourd’hui à le mettre à la disposition de la démocratie malienne ». Le chef de la diplomatie française s’est également exprimé sur la crise sociopolitique que traverse le Mali actuellement. « Il y a une période de tensions sociopolitiques dû à un arrêt de la Cour constitutionnelle, à la suite des élections législatives d’avril dernier, qui rend la situation extrêmement tendue (…). Nous souhaitons que les dispositions initiées par la CEDEAO puissent être mises en œuvre par les autorités maliennes actuelles ». « Notre posture est de soutenir la démocratie et le droit », a-t-il ajouté.

    • 09h55

      Conseil de sécurité des Nations Unies: Le dernier rapport Afrique de l’Ouest et Sahel présenté ce jeudi

    • vendredi 03 juillet
    • 17h24

      Sécurité – Les dix travailleurs de l’ONG nigérienne Action et programme d’impact au Sahel (APIS) enlevés le 24 juin dans le sud-ouest du Niger, « ont été libérés », a annoncé jeudi à l’AFP le gouverneur de la région de Tillabéri, proche du Burkina Faso et du Mali, où les attaques jihadistes sont récurrentes.

    • 12h46

      Côte d’Ivoire: Quatorze soldats ivoiriens tués le 10 juin dernier à Kafolo dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire lors d’une « attaque terroriste», ont été faits chevaliers dans l’Ordre national jeudi à Abidjan au cours d’une cérémonie d’hommage national en présence de plusieurs personnalités dont le chef de l’État Alassane Ouattara, a constaté APA sur place.Cet ultime hommage de l’armée et de la nation à ces soldats dont les dépouilles ont été exposées pour l’occasion à la place d’armes Ouattara Thomas d’Acquin du camp Gallieni d’Abidjan, s’est fait dans la sobriété en présence de leurs familles respectives ainsi que de leurs amis et collègues.

    • 11h49

      MINUSMA: Le 11 juillet, le général Pierre-Joseph Givre prendra le commandement de l’état-major du contingent militaire de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies (ONU) pour la stabilisation au Mali (Minusma). L’actuel chef de la 27e Brigade d’infanterie de montagne (BIM, les célèbres Chasseurs alpins) deviendra le numéro deux de cette force, aux côtés du général de corps d’armée Dennis Gyllensporre, un officier suédois. À Saint-Denis-les-Bourg, sa commune d’origine, les parents du haut gradé aindinois éprouvent certainement de la fierté à l’idée de savoir leur fils dirigeant plus de 13 000 soldats issus de 57 pays du globe terrestre, pour servir une cause louable : la paix.

    • 11h11

      Afrique Subsaharienne : 200 millions de dollars pour le secteur agricole. La Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), membre de la Banque islamique de développement (BID), a signé un accord de financement Mourabaha de 200 millions de dollars avec la Banque africaine d’import-export (Afreximbank). Ces fonds sont destinés à soutenir les exportateurs de denrées alimentaires africains pour faire face aux effets du Covid-19. L’accord permettra notamment le financement de l’exportation des denrées comme les noix de cajou, le cacao, les graines de sésame et le maïs. Le financement constituera aussi un soutien essentiel pour le secteur agricole de 11 pays d’Afrique subsaharienne. Le directeur général de l’ITFC s’est réjoui de l’impact positif de cet appui sur le secteur, touché par la baisse du prix des denrées. « Des centaines de millions de personnes en Afrique dépendent de l’agriculture et la sécurité alimentaire de nombreux pays repose sur l’importation et l’exportation de denrées alimentaires ». En 2019, l’ITFC a accordé environ 2,38 milliards de dollars pour aider la région à faire face à ses nombreux défis. Depuis sa création, en 2008, l’institution a appuyé à hauteur de 15,6 milliards de dollars les pays membres de l’OCI de la même zone. Fatoumata Maguiraga

    • jeudi 02 juillet
    • 15h01

      OIF : Appui à l’enseignement du français Dans le cadre de sa politique de promotion de la langue française et afin de répondre aux besoins de ses États et gouvernements membres, l’OIF lance un projet de mobilité des enseignant(e)s dans l’espace francophone. Selon l’organisation, le français est actuellement la langue d’enseignement et d’apprentissage dans 35 pays membres de la Francophonie et une partie d’entre eux doit faire face à une pénurie d’enseignants qualifiés en français. Malgré un système éducatif global en crise, plusieurs pays tentent de relever le défi en mettant en place d’ambitieuses politiques de formations. Dans ce contexte, plusieurs États membres ont demandé à l’OIF la mise à disposition d’enseignants, du primaire comme du secondaire. Ce projet vise à renforcer les capacités des établissements scolaires d’un pays donné dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage du français, en palliant un manque ponctuel d’enseignant(e)s qualifié(e)s de et en français au sein de son système éducatif et en renforçant les compétences professionnelles des enseignant(e)s en exercice dans le pays. Tout(e)s les enseignant(e)s de l’espace francophone peuvent se porter candidat pour une expérience d’une année, renouvelable une fois. Une première phase pilote a commencé avec le lancement officiel, le 23 juin 2020, d’un appel à candidatures pour la rentrée scolaire de septembre 2020 de 20 enseignant(e)s volontaires de français pour les écoles primaires et secondaires du Rwanda. Lors de cette phase pilote, d’autres appels à candidatures suivront pour tous les pays qui auront manifesté leur intérêt. Ainsi, annuellement, ce seront une cinquantaine de professeurs au moins qui seront mobilisés jusqu’en 2022. Fatoumata Maguiraga

    • mercredi 01 juillet
    • 13h51

      Cette année, la Banque mondiale devrait allouer environ 50 milliards de dollars à 48 pays africains. Ce montant, considérablement plus élevé que celui alloué aux autres régions, représente environ le tiers du portefeuille entier de la Banque mondiale. Il a également été multiplié par deux en dix ans. Les projets et programmes financés par la Banque mondiale en Afrique subsaharienne s’attachent notamment à soutenir l’agriculture, le commerce et les transports, l’énergie, l’éducation et la santé, ainsi que le secteur de l’eau et de l’assainissement. Par ailleurs, les financements accordés aux États fragiles affichent une hausse encore plus marquée, les deux tiers environ des montants alloués à ces pays étant destinés à l’Afrique.

L’Hebdo - édition du 24.09.2020
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité