L’info en continu

    • mercredi 08 février
    • 13h45

      TOMBOUCTOU : formation le rapportage des violations des droits humains. TOMBOUCTOU : ouverture ce mercredi 08 Février 2017 à Tombouctou d’une formation sur la documentation et le rapportage des violations des droits humains au profit des défenseurs des droits de l’homme. Une trentaine d’acteurs venus des cercles de Tombouctou, Diré, Goundam et Niafunké prennent part à la rencontre. Elle est organisée par AMNESTY International en collaboration avec HURICAP (Human Right Capacity-Bulding Program).

    • 12h17

      Financement des PME et PMI : La BIDC apporte un appui conséquent à la BMS Ce mardi 07 Février le directeur général de la Banque malienne de solidarité (BMS-SA), Babaly Ba et le président de la Banque d’investissement et développement de la CEDEAO (BIDC), Bachir Mahamani Ifo ont signé des documents relatifs à une convention de financement entre les deux institutions financières. Cette signature de convention ouvre une ligne de crédit portant sur une enveloppe de 10 milliards de Fcfa. Celle-ci est destinée au financement des petites et moyennes entreprises et des petites et moyennes industries (PME-PMI) et des institutions de micro finance.

    • 12h16

      Colonel Abass AG Mohamed Ahmad, chef’État-Major du CJA: «Seule une action commune des forces en présence au Mali peut combattre le terrorisme» lors d’un entretien à Bamako dans le cadre du comité de suivi de l’accord pour la paix.

    • 11h24

      une religieuse Colombienne a été enlevée hier soir vers 21 heures à la paroisse de Karangasso à 35 km de Koutiala. Le rapt est survenu suite à l’attaque de la paroisse par des bandits armés non identifiés. Des renforts militaires sont venus de Koutiala pour procéder à des recherches.

    • 11h14

      DJENNÉ : l’évacuation des eaux usées est un sujet qui préoccupe les habitants. Depuis quelques jours une cinquantaine de jeunes de la localité mènent des activités de curage des principaux caniveaux de la ville. Cette action va contribuer à prévenir les maladies diarrhéiques et le paludisme.

    • 11h11

      Magistrats-gouvernement: Les négociations ont repris ce mardi. Les travaux de la Commission de conciliation ont repris ce mardi 7 février 2017 au ministère de la Justice sous la présidence de M. Amadi Tamba Camara, ancien président de la Cour Constitutionnelle. Du côté du gouvernement, le ministre Diarra Raky Talla qui conduisait une délégation comprenant ses collaborateurs et des cadres du ministère de la Justice et du ministère de l’Economie et des finances. M Harouna Kéita, Hamidou Maïga et le Pr Doulaye Konaté étaient les conciliateurs présents en plus du président Camara. Du côté des Syndicats, il y’avait à la tête du Sam, Cheick Mohamed Chérif Koné et Siaka S Coulibaly.

    • 11h10

      Mali : Les greffiers déposent un préavis de grève. Le SYNAG (Syndicat National des greffiers, secrétaires de greffes et parquets) a déposé un préavis de grève pour les 15 et 16 février 2017. Il réclame l’exécution des doléances retenues suite au Dialogue national sur la justice tenu du 10 août au 10 octobre 2017. Les points de revendications sont : L’octroi d’une indemnité de participation à la judicature aux greffiers et aux secrétaires de greffes et parquets , la relecture du décret n°95- 211 du 31 mai 1995 portant tarif des frais de justice en matière pénale et du décret n° 95-255 du 30 mai 1995 portant frais de justice en matière civile et commerciale, L’évaluation des ressources financières générées par la justice et d’un guide de greffe, La relecture de l’ordonnance n°05/104 du 22 juin 2005 portant statut du personnel des greffes, secrétaires de greffes et parquets pour une nouvelle qualification professionnelle commençant par la maîtrise en droit, complétée par une formation professionnelle de deux ans (BAC plus 6) à l’institut de formation judiciaire, Le changement de l’appellation « secrétaires de greffes et parquets » en « assistants des greffes et parquets ». Ces doléances ont une incidence financière annuelle de 1,3 milliard FCFA.

    • 11h08

      20ème session du Conseil d’Administration de l’APEJ: 10,2 milliards pour soutenir 26 mille jeunes. Le budget prévisionnel 2017 de l’APEJ est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 10, 219 milliards de FCFA pour un Plan d’Action 2017 qui touchera 26 mille 727 jeunes, a annoncé le ministre ’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Mahamane BABY en plus de ce budget ,les administrateurs ont également examiné les notes relatives, entre autres, à la construction de sièges pour les Coordinations Régionales de l’APEJ, au financement de projets dans les régions du Nord et dans le Cercle de Niono, à la mise en œuvre des recommandations issues des journées paysannes de l’édition 2016 (pisciculture à cage flottante) et au recrutement de trois (03) points focaux.

    • 11h08

      Ami Kane sur la situation de “MALITEL DA” : “J’assume l’entière responsabilité”. Deux semaines après la libération de la rue “Malitel Da”, le gouverneur du district, Mme Sacko Aminata Kane, a rencontré la presse ce mardi 7 février pour faire le point des opérations de déguerpissement et les dispositions en cour pour recaser des déguerpis.Elle a précisé que l’opération entreprise à la rue “Malitel Da” s’inscrit en droite ligne des opérations antérieures effectuées à travers la ville de Bamako. “Nous n’avons pas lancé l’opération seul. Depuis ma nomination, j’ai été voire les familles, Niaré et Touré, pour expliquer le bien-fondé du projet. Après cette rencontre, nous avons initié un cadre de concertation avec le CNJ, la Cafo, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, le procureur général et les leaders religieux. Toutes ces organisations ont manifesté un intérêt pour la réussite du projet.

    • 09h17

      Mali : Enlèvement de la religieuse Colombienne Elle s’appelle sœur Gloria Agoti et a été enlevée ce mardi 07 février, dans la soirée. Ce rapt a eu lieu dans le sud du Mali, dans un village du nom de Karangana située à Koutiala, à 300 km de Bamako, près de la frontière avec le Burkina Faso. Selon les premières informations des hommes armés qui se déplaçaient à bord de motos ont kidnappé la religieuse qui travaillait pour la Congrégation des sœurs franciscaines. Pour l’heure, aucun des groupes armés agissant au Mali n’a revendiqué le rapt. Mais le mode opératoire rappelle bien les groupes djihadistes qui ont fait de l’enlèvement des occidentaux résidents dans les pays du Sahel l’une de leurs principales sources de financement. L’armée malienne s’est transportée sur les lieux et procède à l’heure où ces lignes sont écrites aux recherches pour retrouver la religieuse colombienne.

    • mardi 07 février
    • 12h18

      Le Président de la République SEM Ibrahim Boubacar KÉÏTA, Chef de l’État a été désigné nouveau Président du G5 Sahel, par ses homologues Présidents des pays du G5 Sahel. Le Président IBK remplace ainsi son homologue Idriss DEBY ITNO du Tchad à la tête de l’organisation sahélienne

    • lundi 06 février
    • 12h35

      Grève des magistrats Le SAM : un syndicat, deux mots d’ordre Si certains magistrats s’apprêtent à regagner les bureaux ce lundi 6 février 2017, d’autres ont décidé de poursuivre la grève jusqu’à la satisfaction de leurs doléances. Voilà ce qui crée désormais deux tendances avec deux mots d’ordre différents. Cette situation est consécutive à une déclaration rendue publique par le président du SAM le vendredi 3 février 2017. Dans ladite déclaration, Cheick Mohamed Chérif Koné annonce la suspension du mot d’ordre de grève illimitée entamée depuis le 18 janvier dernier. Une décision loin d’être partagée par une frange importante des militants du SAM et ceux du Syndicat libre de la magistrature (Sylima), lesquels ne semblent pas près de lâcher prise. Et ils l’ont fait savoir à la faveur d’une conférence de presse le samedi 4 février 2017.

    • 09h27

      Mali: Un sommet extraordinaire sur la sécurité au Sahel s’ouvre ce lundi 6 février à Bamako. Seront présents les chefs d’Etat des pays membres du G5 : Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad et Mauritanie. Les chefs d’Etat des pays membres du G5 se réunissent autour d’un thème : « la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel ».

    • 09h20

      La lutte contre l’excision au Mali. Le Mali est l’un des pays où l’excision est la plus répandue: selon une enquête nationale, 85 % des femmes de 15 à 49 ans, et 84 % des filles de 0 à 14 ans, sont excisées. Un chiffre qui atteint même les 98 % dans certaines régions.

    • 09h13

      En Israël, un projet de loi visant à légaliser rétroactivement les colonies sauvages en Cisjordanie donne du fil à retordre à Benyamin Netanyahu. Cette loi pourrait être votée en troisième lecture à la Knesset ce lundi 6 février 2017. Et ce, contre l’avis même du chef du gouvernement israélien. Côté palestinien, on craint que cette loi ne soit votée. Des dizaines de colonies ont déjà été légalisées ces dernières années, comme à Yetma. Si cette loi était votée, elle «blanchirait» rétrospectivement une cinquantaine de colonies de Cisjordanie actuellement non reconnues par l’Etat hébreu. Cela représente environ 4 000 logements. Les propriétaires palestiniens des zones concernées se retrouveraient automatiquement expropriés. Benyamin Netanyahu a demandé un report du vote, préférant attendre sa visite à Washington et sa rencontre avec Donald Trump, prévue le 15 février prochain. Mais il est débordé à sa droite par le parti Foyer juif, qui souhaite maintenir l’examen de ce projet.

    • 08h51

      Espagne: Ouverture du procès d’Artur Mas, tribune pour les indépendantistes catalans. C’est le premier grand procès lié à l’organisation d’une consultation « illégale » sur l’indépendance de la Catalogne. Il s’ouvre ce lundi et offre une tribune aux séparatistes déterminés à accélérer le processus de séparation d’avec l’Espagne. Le protagoniste est Artur Mas, qui dirigeait la région lors de cette consultation organisée le 9 novembre 2014 dans cette riche région du nord-est comptant 7,5 millions d’habitants.

    • 08h40

      Bamako abrite le Sommet extraordinaire du G5 Sahel les 5 et 6 février 2017 Le Sommet extraordinaire de Bamako se tient dans un contexte de résurgence du terrorisme avec l’attentat de Gao le 18 janvier 2017 et a pour ordre du jour la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel. Le Sommet se déroule en deux phases : les travaux de la deuxième Réunion annuelle des Ministres en charge de la Défense et de la Sécurité, élargie aux Ministres en charge des Affaires étrangères du G5 Sahel le dimanche 5 février 2017 puis la Conférence des Chefs d’Etat le lundi 6 février 2017.

    • 08h27

      Ménaka : Quatre militaires maliens tués et huit blessés. Le vendredi 04 février, un check point de l’armée malienne a été attaquée, par des bandits armés, à Ménaka dans la région de Tombouctou. Le bilan provisoire de l’attaque, selon des sources sécuritaires, est de quatre militaires et huit blessés, tous de la garde nationale.

    • 08h20

      Journée « ville morte » à Bamako. Les commerçants détaillants de la capitale ont décidé d’observer à partir de ce lundi, une journée « ville morte ». Le mouvement est de grande envergure et touche l’ensemble des commerces (grossistes et détaillants) ainsi que les stations de vente de carburants. Ce mouvement intervient après le déguerpissement des occupants du Malitel Da. Cette journée « ville morte » se poursuit jusque demain Mardi,

    • 07h01

      MOPTI : un poste de sécurité de l’armée malienne a été attaqué dans la nuit de samedi à dimanche par des individus non identifiés dans la localité de Madina-Coura à 5km de la ville de Mopti. Selon le gouverneur de la région, 4 gendarmes ont été tués.

    • vendredi 03 février
    • 09h59

      La Police nationale en chiffres : 10 800 interpellations, plus de 2 tonnes de cannabis saisis, 552 personnes fichées. Le Directeur Général de la Police malienne, M. Moussa Ag Infahi a donné ce mercredi le bilan 2016 de la Police Nationale .Au cours de l’année 2016, la police malienne a réalisé 5 616 patrouilles à Bamako, 3 573 dans les régions, soit un total de 9 189 patrouilles. Ces patrouilles ont mobilisé 48.782 agents déployés et permis 8.360 interpellations à Bamako et 2.440 autres interpellations dans les régions soit un total net de 10 800 interpellations. Au chapitre de la sécurité routière, la police a procédé à la saisie de 9018 engins (2 et 4 roues). En 2016, regrette-t-il, 2 625 accidents de la route ont été enregistrés à Bamako et 1 086 dans les régions. Pour les interpellations : 10 800 interpellations, 10 390 sont de la police judicaire, 5 158 personnes ont été déférées au niveau du Parquet. Elle a procédé à 955 perquisitions et saisi 157 armes à feu tous calibres confondus au cours de 1789 descentes. Quelque 552 personnes ont été fichées courant l’année 2016 par la Police. Dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants, la Police Nationale a réalisé des prouesses. En 2016, elle a saisi 2 tonnes 742, 600 kg de cannabis, 760 doses de cracs (dérivé de la cocaïne) et 861,300 kg de faux produits pharmaceutiques. De nombreux faux-billets de banque ont été aussi saisis.

    • 06h56

      Le Président de la République SEM Ibrahim Boubacar KÉÏTA a regagné Bamako ce jeudi 02 Février en début de soirée, après un séjour privé à Paris. Son avion a atterrit à 18h25, accompagné de Son Épouse KEITA Aminata MAIGA, il revient à Bamako en provenance de Paris où il avait séjourné en visite privée .A sa descente d’avion, il a été accueilli par Mr le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Mme le Gouverneur du District de Bamako et Mr le Maire du District de Bamako.

    • jeudi 02 février
    • 14h36

      SEGOU : le ministère du développement social et de l’action humanitaire a offert ce mardi 31 janvier 2017 des aliments pour bétail à 841 ménages déplacés du nord et 502 rapatriés vivants dans la région de Ségou. Les bénéficiaires ont également reçu 1500 moustiquaires imprégnées.

    • 14h35

      Gao : le marché de Zinda attaqué par des individus armés. Après l’attentat suicide au camp du Mécanisme opérationnel de Coordination, qui a fait plus de cent morts et autant de blessés, la région de Gao continue d’enregistrer des attaques meurtrières. Le marché (ou foire) hebdomadaire de Zinda, un village de la commune de Gabero, a été attaqué ce mercredi 1er février par des individus armés. Quatre personnes auraient été blessées dont une fillette.

    • 14h33

      Douentza : Le président de la section RPM assassiné : Un suspect interpellé. Le samedi 28 janvier, la ville de Douentza a encore vécu un drame. Le Maire de Mondoro, aussi président de la section RPM de Douentza, Souleymane Ongoïba, a été assassiné par des individus non identifiés. Il rentrait de la mosquée quand des individus, qui l’attendaient à quelques pas de chez lui, ont ouvert le feu sur lui. Un suspect a été arrêté le même jour, dans la matinée. Il se trouverait, en ce moment, aux mains des services compétents et les recherches se poursuivent pour ce qui concerne ses éventuels complices.

    • 08h46

      Rencontre RPM-ADEMA : objectif 2018 Longtemps en projet, la rencontre de haut niveau entre le Rassemblement pour le Mali (RPM) et l’Alliance pour la démocratie au Mali – Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA-PASJ), se tient ce jeudi 2 février au siège du parti de l’Abeille à Bamako Coura. L’objectif est, dit-on, d’échanger sur un approfondissement des relations entre ces deux partis fondamentaux de l’échiquier politique. Pour les Tisserands, cette rencontre avec l’ADEMA s’inscrit clairement dans le cadre d’un déblayage du terrain dans la perspective d’un second mandat pour le président IBK. Une démarche qui passe naturellement par la clarification des intensions d’un allié dont les positions sont de plus en plus ambigües. En effet, la question de la candidature de l’ADEMA-PASJ au scrutin présidentiel de 2018 est clairement posée dans la Ruche. Les premiers responsables de cette formation ont d’ailleurs chargé une commission ad-hoc d’analyser le sujet. Dirigée par le 4e vice-président Moustapha Dicko, conseiller spécial du Président IBK, cette commission propose deux plans : le premier est de poursuivre l’accompagnement du président IBK et le soutien à son éventuelle candidature en 2018, le second, qui bénéficie du soutien de plusieurs élus, prône une candidature interne. Par ailleurs, une rencontre avec des partis de l’opposition, notamment le Parena, est aussi au programme cette semaine.

    • 08h45

      Affaires de mœurs et grève des médecins Le Syndicat des médecins du Mali (SYMEMA) projette une grève de 48 heures à compter du jeudi 2 février 2017, après expiration de leur préavis déposé auprès du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique (MSHP) le 13 janvier dernier, selon son secrétaire général, le Dr. Chaka Kéïta. Après l’échec des différentes tentatives de négociations, le SYMEMA exige la libération provisoire du Dr. Drissa Coulibaly, incarcéré depuis le 9 décembre dernier pour avoir extrait, quelques jours plus tôt, une balle de la cuisse d’une dame à la clinique Espoir. Celle-ci s’était présentée pour des soins, accompagnée d’un homme se présentant comme son époux. Sur la cause de l’accident, le couple explique qu’ils ont été victimes d’une secousse et que l’arme s’est déclenchée, blessant la dame à la cuisse. Dans la foulée de la consultation, le Dr. Coulibaly suggère une opération. Après le succès de celle-ci, le médecin, par oubli ou méconnaissance, n’a pas signalé le cas à la police, qui, quelques jours plus tard, vint l’arrêter. Il est accusé de complicité, la jeune femme étant une fugitive accompagnée de son amant et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt. L’affaire, confiée à la juridiction de la Commune V pour l’obtention d’une liberté provisoire, n’a pour l’heure pas trouvé d’issue, conduisant ainsi le syndicat à la grève.

    • mercredi 01 février
    • 12h41

      Accord de paix : La MINUSMA arrête de financer le CTS et laisse la charge à l’Etat. A partir de ce mois de février, la MINUSMA arrête de financer le Comité technique de sécurité (CTS) issu de l’accord de paix et laisse la charge à l’Etat malien. « La facture devient lourd pour nous et nous ne pouvons plus supporter cela » confie la MINUSMA. En effet, rien que pour déplacer un hélicoptère de Gao a Kidal afin de ramener les membres du CTS à Gao, la MINUSMA dépense pas moins de 10 milles dollars, environ 5 millions 700 milles FCFA. A cela s’ajoute l’hébergement, la restauration et autres frais qui coûtent 250 dollars, environ 140 mille FCFA par jour et par personne.

    • 09h54

      Dans le cadre du renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité maliennes, le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants a lancé une opération de recrutement de 5000 éléments au compte de différents corps. Parmi les pièces à inclure dans les dossiers de candidature, certains proviennent des tribunaux. Il s’agit du certificat de nationalité et du casier judiciaire. Mais compte tenu de la grève illimitée des magistrats et pour ne pas compromettre le processus en cours, il a été décidé par les services chargés du recrutement d’accepter les dossiers sans les pièces délivrées par les services judicaires.

    • 08h50

      Une réunion prévue aujourd’hui à Anefis devrait le confirmer : Le GATIA projette de retourner à Kidal, y compris par la force. La Localité d’Anefis, située à une centaine de kilomètres de Kidal va abriter, à partir de ce mercredi 1 Février une grande réunion des mouvements de la plateforme. Selon les informations, cette rencontre est déterminante dans la mesure où de nombreuses questions notamment la situation qui prévaut actuellement à Kidal, le retard dans la mise œuvre de l’accord y seront débattues. il sera question du retour du GATIA dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas, y compris par la force.

L’Hebdo - édition du 17.10.2019
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité