L’info en continu

    • jeudi 02 juin
    • 11h01

      Autorités intérimaires : les acteurs divisés La CMA et la Plateforme ont suspendu leur participation au sous comité politique de la mise en œuvre de l’accord, dénonçant « la décision unilatérale » du gouvernement pour la mise en place des autorités intérimaires. Selon elles, le gouvernement a contourné leurs prérogatives en élaborant un projet d’accord sur les autorités intérimaires pour discuter avec d’autres acteurs sans les consulter. Les groupes armés signataires de l’accord affirment que pour les autorités, l’aspect sécuritaire prime sur tout le reste, alors qu’eux souhaitent que ce volet soit mené concomitamment à l’aspect politique. Ce qui implique l’installation rapide des autorités intérimaires composées, pour rappel, de représentants de la CMA, de la Plateforme, du gouvernement et des forces vives de la collectivité concernée

    • 10h58

      Les regrets d’Al Mahdi Premier accusé à vouloir plaider coupable depuis la création de la CPI, le djihadiste touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi va demander pardon pour avoir participé à la destruction de mausolées appartenant au Patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou, a affirmé le 24 mai son avocat. Il « veut être honnête avec lui-même et veut admettre les actes qu’il a commis », a déclaré Me Mohamed Aouini, soulignant que son client se considère comme « un musulman qui croit en la justice ».

    • 10h32

      Kayes Dag-Dag rouvre ses pistes Après avoir arrêté ses activités en 2011, pour cause d’insécurité puis d’un problème de dépôt de kérosène pour le ravitaillement des avions, l’aéroport Kayes Dag-Dag devrait bientôt rouvrir. Les travaux pour sa réhabilitation sont terminés et l’aéroport dispose désormais d’un dépôt lui permettant d’être autonome en matière de carburant. Ses pistes devraient prochainement recevoir les vols commerciaux réclamés par la diaspora de la région, mais aussi les opérateurs miniers.

    • mercredi 01 juin
    • 12h03

      AQMI en croisade à Gao : Al-Qaida au Magreb Islamique (AQMI) a annoncé sur les réseaux sociaux, qu’ils sont engagés dans une « bataille » et « une croisade contre les forces d’occupation » à Gao au Nord-Mali, ce mercredi, selon SITE Intelligence, groupe spécialisé dans la surveillance des mouvements extrémistes. Cette annonce fait suite à l’attaque survenue hier contre deux bâtiments de la Minusma où 4 personnes ont trouvé la mort et une dizaine de personnes a été blessées. cette attaque a été revendiquée par AQMI.

    • 09h54

      Double attaque de Gao, Al-Morabitoune responsable : Des tirs de roquettes ont visé un camp de l’ONU et des échanges de tirs ont eu lieu près des locaux de l’UNMAS, un prestataire de services de l’ONU, hier soir vers 21h45 à Gao. Un Casque bleu chinois a été tué et trois autres ont été « grièvement blessés ». Plus d’une dizaine de personnes dont des membres de la Minusma et des civils ont aussi été blessés. Selon le compte Télégram D’AQMI, la katiba Al-Mourabotoune de l’Algérien Mokhtar Bel Mokhtar aurait revendiqué l’attaque.

    • 08h00

      Grogne à Tombouctou et à Kidal Deux marches ont été organisées conjointement le 30 mai à Tombouctou et à Kidal, mais pour des motifs bien différents. Selon nos sources, de jeunes manifestants en colère ont brûlé des pneus puis assiégés la mairie de la ville des 333 saints pour dénoncer le processus de recrutement au sein de l’armée malienne, dont ils se disent exclus. Plus au nord, à Kidal, une autre manifestation s’est déroulée le même jour. Dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas, les manifestants ont réclamé l’application accélérée de l’accord de paix, avec notamment la mise en place des autorités intérimaires. Les manifestants ont également dénoncé le manque d’eau et d’électricité, le retour des services sociaux de base dans la localité étant également l’un des points de revendications.

    • mardi 31 mai
    • 21h35

      Une voiture piégée visant le camp de la MINUSMA a explosé aux alentours de 21h à Gao. L’explosion aurait blessé 2 vigiles à l’entrée du camp. L’attaque a été suvi d’une fusillade la ville a ensuite été plongée dans le noir, suite à une coupure d’électricité pendant environ 1 heure. Il y aurait selon des temoins plusieurs blessés et le camps aurait subit de nombreux dégâts. Des hélicoptères survolent actuellement la ville.

    • lundi 30 mai
    • 16h44

      Au terme de sa 1ère conférence nationale tenue le week-end dernier à la Maison des Ainés, le parti a en effet décidé de rejoindre la majorité présidentielle. Sous la présidence d’Amadou Koita, président du parti, la rencontre a débouché sur des recommandations dont celle d’apporter le soutien sans faille et indéfectible du parti au président Ibrahim Boubacar Keita. Aux dires de M. Amadou Koita, cette mission de soutien au président IBK se fera en toute responsabilité et dans la dignité, le respect du parti socialiste et des idéaux du socialisme.

    • 12h56

      La Banque Atlantique, filiale du Groupe Banque Centrale Populaire au Maroc, a été élue «  meilleure banque d’Afrique de l'Ouest » lors de la soirée des African Banker Awards, dont la 10ème édition s’est déroulée le 25 mai à Lusaka en Zambie, en marge des Assemblées annuelles de la BAD.

    • 12h09

      Manifestation à Kidal ce matin dénoncer le blocage de la mise en oeuvre de l’Accord de paix et le manque d’aide humanitaire pour Kidal et sa région. Suite à cette manifestation, une déclaration a été publiée signé par la société civile, les chefs de quartier, la coordination de Ulémas, les organisations des jeunes, les organisations des femmes, la coordination des commerçants

    • 08h38

      Le troisième congrès extraordinaire du Parti pour la renaissance nationale (Parena) a pris fin ce dimanche 29 mai avec la reconduction à la tête du parti de Tiébilé Dramé, président sortant. Les congressistes, outre le renouvellement des instances, ont discuté la vie du parti et passé au peigne fin l’état de la nation.

    • vendredi 27 mai
    • 10h03

      FIRKA : le chemin de fer à l’honneur La capitale de la première région, s’apprête à accueillir la 7ème édition du Festival international des Rails de Kayes (FIRKA) du 26 au 29 mai prochain. Cette édition fait la part belle à l’élément distinctif de celle que l’on appelle encore la Cité des rails, même si le train a depuis perdu son importance dans l’économie locale. Le chemin de fer sera donc au cœur du plus grand événement culturel de la ville, qui a repris l’an dernier après quelques années de léthargie dues à la crise qu’a traversé le Mali. Ainsi, c’est par le train que les festivaliers se rendront sur place avec un départ prévu le jeudi 26 mai depuis la gare ferroviaire de Bamako. Destination Kayes, en passant par les gares de Kita, Toukoto, Waliya, Mahina et Diamou, avec à bord des artistes, des hommes de médias et les organisateurs du festival. « Consolider l’amour entre la ville de Kayes et le chemin de fer » est le thème de cette 7ème édition du FIRKA.

    • 08h39

      Les regrets d’Al Mahdi Premier accusé à vouloir plaider coupable depuis la création de la CPI, le djihadiste touareg Ahmad Al Faqi Al Mahdi va demander pardon pour avoir participé à la destruction de mausolées appartenant au Patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou, a affirmé le 24 mai son avocat. Il « veut être honnête avec lui-même et veut admettre les actes qu’il a commis », a déclaré Me Mohamed Aouini, soulignant que son client se considère comme « un musulman qui croit en la justice ».

    • 08h00

      Le PARENA se renouvelle : Le parti pour la renaissance nationale (PARENA) tiendra son 3ème congrès extraordinaire les 28 et 29 mai prochains au Centre international de conférence de Bamako (CICB). Trois thèmes sont à l’ordre du jour : la vie du parti, l’état de la nation, et la situation internationale. Au cours de cette rencontre, l’ensemble de la direction devrait être renouvelé et jusqu’au fauteuil du président Tiébilé Dramé, qui sera mis en jeu. Les questions brûlantes de l’actualité nationale, telles que l’accord de paix, la sécurité, l’école malienne, la santé, la décentralisation, la réconciliation et la justice notamment, seront abordées par les congressistes.

    • 08h00

      Les enseignants bravent leur ministre Le 19 mai, le ministre de l’Éducation nationale invitait les enseignants à rendre les notes des différentes évaluations aux administrations avant le lundi 23 mai, délai de rigueur. En effet, depuis le premier trimestre de 2015, le Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (SYPESCO) retient les notes des différentes évaluations pour non satisfaction de plusieurs points de revendication. Les directeurs d’Académies d’enseignement doivent lui faire parvenir, au plus tard ce jeudi 26 mai, la liste des enseignants qui refusent d’obtempérer. Mais à Koulikoro, Kati et Bamako, le syndicat a décidé de maintenir son mot d’ordre et a déclaré ne pas être intimidé par cette lettre de « de menace ». À quelques jours des examens de fin d’année, on se demande bien comment va finir ce bras de fer, dont les victimes risquent d’être les élèves.

    • jeudi 26 mai
    • 16h43

      Tiébilé Dramé: au Mali, «ce qui caractérise nos dirigeants c’est l’autisme». Notre invité est Tiébilé Dramé, président du Parena, l’un des principaux partis de l’opposition au Mali. Selon lui, 12 mois après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, la situation générale du Mali reste très préoccupante… Insécurité, mauvaise gouvernance, impunité : « Le président de la République et le gouvernement doivent se ressaisir », selon lui.

    • 16h43

      SEGOU : une quarantaine de femmes leaders des 7 cercles de la région de Ségou prennent ont pris part depuis hier matin (25/05/2016) à une formation sur les techniques de plaidoyer. Cette rencontre vise à renforcer les capacités des participantes sur les techniques et les méthodes de conduite d’une campagne de plaidoyer. La session de 3 jours est organisée par l’ONU femmes.

    • 16h42

      Réunion extraordinaire du comité de défense et de sécurité du G5 SAHEL (format restreint défense). 26 mai 2016 à Bamako

    • 16h41

      Haute cour de justice de l’UEMOA : Daniel Amagoin Tessougué prête serment le lundi prochain

    • 16h38

      Attaque à Assongo: un camion de l’entreprise Gaakoye a été enlevé hier (24/05/2016) soir à 40 km de Ménaka par des hommes armés. Selon le chauffeur les 4 assaillants ont dépouillés les passagers de tous leurs biens avant de repartir avec le véhicule. Il y a trois jours 3 autres camions qui quittaient Indelimene ont été aussi dépouillés dans cette zone.

    • 16h34

      Casques bleus, lenombre de tués porté à 6 : suite à l’attaque du contingent tchadien près de Kidal, la semaine dernière, qui avait fait 5 morts et 3 blessés graves. L’un de ces blessés, transféré à Dakar pour traitement, a succombé à ses blessures le 24 porte le nombre de morts à 6.

    • 12h22

      L’ancien chef jihadiste d’Ansar dine, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, veut demander pardon aux habitants de Tombouctou ainsi qu’au peuple malien. C’est son avocat qui l’a annoncé ce mardi.

    • 08h34

      Depuis le 5 mai 2016, la force Barkhane mène une opération de contrôle dans la localité d’Abéïbara. L’objectif est de renforcer la sécurité de la zone. Cette présence vise aussi, selon Barkhane, à s’assurer que les groupes terroristes sont privés de liberté d’action. Les premières fouilles effectuées autour d’Abéïbara ont permis de mettre à jour une cache servant de dépôt logistique aux groupes armés terroristes munitions, vivres et carburant. Dans les jours suivants, la zone de reconnaissance a été étendue à une vingtaine de kilomètres au Nord d’Abéïbara. Du10 au 17 mai 2016, la composante aérienne des forces françaises a réalisé 92 sorties, dont 13 sorties de combat, 19 sorties de recueil de renseignement et 60 sorties de transports. De leur côté, les Forces armées maliennes continuent de se déployer dans le Gourma et dans la localité d’Ansongo-Ménaka pour en assurer le contrôle.

    • 08h33

      Le Ministère de l’Emploi, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de la construction citoyenne a publié les chiffres des créations d’emploi comptabilisées depuis 2013. Il ressort de la publication que 116 388 emplois ont été créés depuis la prise de pouvoir du président IBK en septembre 2013. Plus de 50% ont été créés dans le secteur des services fournis aux collectivités et services sociaux et services personnels, suivi par celui des banques et assurances/affaire immobilière, service fournis aux entreprises avec 3 886 (soit 16,18%) d’emplois, contre 187 emplois (soit 0,78% de l’ensemble) pour la branche électricité/eau.

L’Hebdo - édition du 17.01.2019
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité