L’info en continu

    • mercredi 15 juillet
    • 13h40

      Selon le dernier rapport de l’ONU sur la population mondiale, la Terre devrait porter 10,9 milliards de personnes en 2100, contre 7,7 milliards actuellement. Mais la nouvelle étude revoit en baisse cette proportion. Les chercheurs de l’IHME, organisme financé par la fondation Bill et Melinda Gates qui fait référence pour ses études mondiales en santé publique, prédisent un déclin jusqu’à 8,8 milliards en 2100.

    • 13h32

      Crise – Justice. Le Procureur Général près la cour d’appel de Bamako informe l’opinion nationale que suite à l’épuisement des délais de garde à vue des personnes interpellés à la suite des événements de ces derniers jours ont été élargies conformément à la loi par les différents procureurs de la République, en attendant la fin des enquêtes et les suites à y réservées. Il faut préciser que c’est seulement au niveau du parquet du tribunal de grande instance de la Commune 4, que des procès-verbaux d’enquêtes accompagnant 35 personnes ont été transmis sur lesquels trois ont été placés sous mandat de dépôt, 25 élargies et 7 mineurs conduit devant le procureur de la République du tribunal pour enfant de Bamako. Le Procureur Général rassure l’opinion que toute la lumière sera faite sur tous les cas d’atteinte au bien et aux personnes dont sont saisies les autorités judiciaire.

    • 13h30

      Le mouvement de contestation qui réclame le départ du pouvoir en place au Mali a donné mardi un nouveau rendez-vous à risques en appelant à un rassemblement « de recueillement » vendredi, une semaine après une manifestation ayant dégénéré en trois jours de troubles qui ont fait au moins 11 morts.

    • mardi 14 juillet
    • 23h05

      Avec une production en hausse de 29 % à sa mine d’or Fekola au Mali, la compagnie minière B2Gold a produit 241 593 onces d’or au deuxième trimestre. La mine confirme plus que jamais son statut d’actif phare de la société, lui permettant d’augmenter ses revenus.

    • 20h26

      La Mission de la CEDEAO, conduite par l’ancien président de la République fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan arrive ce mercredi 15 juillet 2020 à Bamako. La présence de la CEDEAO s’inscrit dans le cadre de la facilitation du dialogue entre les parties à la crise politique en cours.

    • 16h51

      Crise et économie – Dans une note datée du 12 juillet 2020, l’Association des banques et établissement financiers du Mali (Apbef) a pris la décision de fermer les établissements bancaires, lundi 13 juillet 2020, pour éviter les pillages. Cette décision, selon Financial Afrik, vise à prévenir les risques de pillage. L’Association des banques et établissement financiers du Mali (Apbef) a pris la décision, le 12 juillet 2020, de fermer les établissements bancaires ce lundi pour éviter les pillages. La décision découle de la situation socio-politique du pays marquée par une série de manifestations depuis le 5 juin et un dérapage relevé le 10 juillet dernier avec le saccage des biens publics et privés et la mise à sac de certaines stations de distribution des produits pétroliers.

    • 14h29

      Les leaders de la contestation malienne, qui réclame un changement de pouvoir, ont été relâchés lundi 13 juillet. Ils avaient été arrêtés le week-end dernier lors de violentes manifestations à Bamako.

    • 14h19

      Manifestations – Le bilan des manifestations contre le régime du président Ibrahim Boubacar KEITA s’est alourdi. Il est passé à 11 morts et 124 personnes blessées à la date du 13 juillet 2020. Des partis politiques appellent à la démission du premier ministre Boubou CISSE.

    • 14h17

      Crise – Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a présidé ce lundi 13 juillet 2020, une rencontre de haut niveau avec les Secrétaires généraux des ministères, le Gouverneur du District de Bamako et plusieurs responsables des Forces de l’ordre. La rencontre avait pour objet de faire le point de la situation sécuritaire et sanitaire, après les débordements qui ont suivi les manifestations de ces derniers jours suite à l’appel du M5-RFP.

    • lundi 13 juillet
    • 14h52

      Diplomatie : Le Maroc nomme un nouvel ambassadeur au Mali. Le Maroc a nommé lundi un nouvel ambassadeur auprès du Mali. Driss Isbayene, 57 ans, remplace Hassan Naciri qui devient ambassadeur du Royaume chérifien auprès du Sénégal. Naciri, présent au Mali depuis 2012, était devenu le doyen du corps diplomatique au Mali depuis la fin de mission du Russe Alexey Doulian, en juin 2019. Isbayene était avant sa nomination, depuis 2016, ambassadeur du Roi en Républiques de Guinée, Sierra Leone et Liberia. Il a entamé son parcours professionnel en août 1988 en tant qu’attaché des Affaires étrangères à la direction des Affaires africaines et asiatiques auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, puis secrétaire des Affaires étrangères à la même direction de 1989 à 1993. Il aura pour mission de consolider des relations qu’une source au ministère des Affaires étrangères juge « très satisfaisantes ». Fin 2019, devant la presse, l’ambassadeur en fin de mission Naciri égrenait les nombreux points positifs de la coopération bilatérale entre les deux pays. « Le partenariat Mali – Maroc occupe une place privilégiée, au regard du caractère historique et multidimensionnel de nos relations, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et de Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta », avait-il déclaré à cette occasion.

    • 14h05

      Kayes : Plusieurs personnes jugées pour esclavage. Deux procédures contre la pratique de l’esclavage ont été enregistrées cette semaine à Kayes. La première affaire, jugée le 30 juin dernier, a connu son épilogue le 7 juillet. Selon Moussa Zina Samaké, Procureur près du tribunal de grande instance de Kayes, 22 personnes ont été concernées par ce procès et certaines déclarées coupables et condamnées avec du sursis. Un autre jugement concernant 6 prévenus est en cours également à Kayes. L’affaire remonte à avril dernier et s’est déroulée dans le village de Lani Tounka, où un conflit avait éclaté entre des « anciens descendants d’esclaves » et des « anciens maîtres d’esclaves ». Au cours de l’incident, une personne avait été tuée. Plusieurs avaient également été blessées et des dégâts matériels enregistrés. Depuis 2017, des accrochages ont lieu dans beaucoup de localités, notamment à Diema, Yélimané, Nioro du Sahel et Kayes. Certaines personnes, appelées « descendants d’esclaves », regroupées au sein de l’association Gambana, se sont vus retirer leurs terres de cultures suite à leur refus de soumission. C’est dans ce contexte qu’un certain nombre de procès liés à ce phénomène ont eu lieu dans la région. En juillet 2019, une soixantaine de personnes ont été contraintes de quitter le village de Kaïnera, dans le cercle de Diéma, pour Bamako. Aujourd’hui encore elles réclament justice auprès des autorités. À en croire le procureur, aujourd’hui, « différentes plaintes autour de l’esclavage » sont instruites au tribunal de Kayes. BD avec Studio Tamani

    • 11h56

      Le chef de l’Etat malien a également déclaré s’engager à « privilégier le dialogue » avec toutes les forces vives de la nation, pour la mise en place d’une « équipe gouvernementale consensuelle ».

    • 11h55

      Face aux actes de violence de vendredi et samedi, le chef de l’Etat malien a martelé que « l’Etat de droit s’assumera, les libertés fondamentales seront préservées tant que je continuerai d’avoir le lourd privilège de vous servir. Pour autant, l’Etat de droit nous assigne à tous, des devoirs et des obligations ».

    • 11h54

      Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé l’abrogation du décret de nomination des membres de la Cour constitutionnelle du Mali lors d’une adresse à la nation tard samedi soir. « Suite aux nombreuses analyses, consultations, sollicitations sur la crise postélectorale et pour la sauvegarde et la préservation de la vie, j’ai décidé d’abroger le décret de nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle et d’aller vers la mise en œuvre des recommandations issues de la mission de CEDEAO », a déclaré Président Keïta.

    • vendredi 10 juillet
    • 10h47

      OIF – Les représentants des Etats et gouvernements ont entériné la création d’un fonds de la Francophonie pour les femmes, « La Francophonie avec Elles ». Une initiative de la Secrétaire générale pour accompagner les femmes en situation de précarité de l’espace francophone qui subissent de plein fouet les impacts socio-économiques des crises comme celle que nous vivons actuellement. C’était lors de la 110e session du Conseil Permanent de la Francophonie (CPF), où les représentants des 88 Etats et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se sont réunis pour la première fois en visioconférence les 8 et 9 juillet 2020.

    • 10h45

      L’OIF a pris acte et accueilli favorablement la demande des autorités burundaises visant à lever la mesure de suspension de la coopération multilatérale en faveur de cet Etat membre, adoptée en vertu des dispositions de la Déclaration de Bamako en avril 2016, lors de la 97ème session du CPF. Cette décision sera formellement adoptée lors du prochain Conseil prévu à l’automne 2020, dans le cadre du processus de suivi par les Instances de la Francophonie.

    • 10h22

      Le mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces patriotiques (M5-RFP) continue de mettre la pression sur le président Ibrahim Boubacar Keita et son régime. Le comité stratégique du M5-RFP appelle de nouveau les Maliens à manifester ce vendredi 10 juillet 2020 pour exiger le départ d’IBK.

    • jeudi 09 juillet
    • 14h42

      Près de 49 millions d’Africains pourraient tomber dans l’extrême pauvreté à cause de la pandémie de Covid-19, selon le « Supplément aux Perspectives économiques en Afrique 2020 » de la Banque africaine de développement (BAD), publié le 7 juillet 2020. Pour contrer les effets néfastes de cette maladie sur les populations, en particulier en Afrique de l’Ouest et Centrale, la BAD incite les gouvernements et les partenaires à agir vite et de façon coordonnée. La croissance sur le continent devrait rebondir à 3% en 2021, contre -3,4% dans le pire scénario pour 2020, d’après les évaluations de la banque sur les impacts de la pandémie. Mais à condition que les gouvernements arrivent à juguler la propagation de la maladie.

    • 14h31

      Le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) a approuvé des financements pour un montant total de 381 millions de dollars, destinés à aider 47 pays à faire face aux fermetures d’écoles dues à la crise du coronavirus, et à garantir la continuité de l’apprentissage des enfants pendant cette période. Un montant supplémentaire de 20 millions de dollars a été alloué à une initiative conjointe gérée par l’UNESCO, l’UNICEF et la Banque mondiale dont le but est d’assurer l’efficience des programmes mis en place à l’échelle régionale et mondiale et le partage des connaissances. Près de 720 millions d’élèves ne sont toujours pas scolarisés dans les pays en développement où les effets combinés des fermetures d’écoles et des difficultés économiques dues au coronavirus menacent d’annihiler les gains durement acquis ces dernières décennies dans le domaine de l’éducation. Les filles sont particulièrement à risque, car elles sont plus susceptibles d’avoir à assumer des tâches ménagères en même temps qu’elles poursuivent leur apprentissage à distance. Celles non scolarisées sont également plus vulnérables aux violences sexistes et aux grossesses et mariages précoces.

    • 14h24

      Des hommes armés non identifiés ont dynamité un pont sur la Route nationale (RN) 15, entre Bandiagara et Bankass, dans la Région de Mopti (Centre), dans la nuit de mardi à mercredi, a appris l’AMAP de source locale. Les assaillants ont fait sauter le pont, non loin du village de Songobia où ils avaient déjà détruit un autre pont dont le chantier est arrêté. Avec la destruction de ces infrastructures, les localités de Bankass et Koro sont coupées du reste du pays.

    • 12h24

      La France a le mercredi 8 juillet appelé « fortement » à la libération de l’Honorable Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition, détenu depuis plus de trois mois. Interpellé sur le sujet à l’Assemblée nationale française, Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a dit « l’indignation de la France devant la situation faite à Soumaila Cissé » et appelé « ceux qui l’enferment aujourd’hui à le mettre à la disposition de la démocratie malienne ». Le chef de la diplomatie française s’est également exprimé sur la crise sociopolitique que traverse le Mali actuellement. « Il y a une période de tensions sociopolitiques dû à un arrêt de la Cour constitutionnelle, à la suite des élections législatives d’avril dernier, qui rend la situation extrêmement tendue (…). Nous souhaitons que les dispositions initiées par la CEDEAO puissent être mises en œuvre par les autorités maliennes actuelles ». « Notre posture est de soutenir la démocratie et le droit », a-t-il ajouté.

    • 09h55

      Conseil de sécurité des Nations Unies: Le dernier rapport Afrique de l’Ouest et Sahel présenté ce jeudi

    • mercredi 08 juillet
    • 17h10

      Les attaques meurtrières commises par des groupes armés contre des civils dans le centre du Mali risquent de déclencher une catastrophe humanitaire, a déclaré Amnesty International le 8 juillet 2020. L’organisation demande l’ouverture immédiate d’une enquête sur les homicides d’au moins 32 villageois perpétrés par des assaillants armés le 1er juillet, dans le cercle de Bankass, et appelle à renforcer la protection des civils. Si les attaques se poursuivent pendant la saison des pluies, qui atteint son point culminant en juillet et août, elles risquent de porter atteinte au droit au travail et au droit à la vie de nombreux agriculteurs.

    • 17h00

      Société – Le nombre de pèlerins maliens va doubler pour la campagne 2021. Il passera de 13 323 à 26 646. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse, mardi 7 juillet, au siège de la Maison du Hadj en présence de plusieurs agences de voyages. L’Arabie Saoudite a interdit le pèlerinage cette année aux visiteurs internationaux pour cause de coronavirus.

    • 16h59

      Société – Le gouvernement a démenti, mardi 7 juillet, un article de France 24 déclarant que le Mali avait légalisé les relations entre personnes de même sexe. Il a dénoncé « avec la dernière rigueur cette grande légèreté de France 24 ».

    • 16h58

      Crise sociopolitique – Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta a reçu, mardi 7 juillet, des représentants d’une trentaine de candidats qui se disent spoliés par la cour constitutionnelle lors des législatifs derniers. Au cours de la rencontre, le président de la République a évoqué la possibilité de recaser tous lesdits candidats au sein d’un futur Sénat, proposition non acceptée. Les discussions continuent avec un médiateur et le Haut Conseil islamique du Mali.

    • mardi 07 juillet
    • 09h18

      Droits des enfants – Protection des enfants, la Coalition Nationale des ONG Africaines en faveur des enfants au Mali, CONAFE-MALI, interpelle les autorités administratives, politiques, les acteurs politiques et l’opinion nationale sur l’utilisation des enfants à des fins politiques. Vu la recrudescence du phénomène, la coalition demande aux parents plus de vigilance. L’alerte a été donnée dans un communiqué relatif à l’utilisation des enfants lors de manifestations politiques.

    • 09h16

      Mines – Les ressources aurifères du projet Diba au Mali ont augmenté, totalisant désormais plus de 400 000 onces dans les catégories indiquée et inférée. C’est ce qu’a indiqué ce lundi Altus Strategies, détenteur de l’actif, précisant que ces chiffres seront bientôt améliorés grâce à de nouveaux forages.

    • 09h15

      Les communautés de la région de Mopti, dans le centre du Mali, demandent une présence accrue de l’armée et une plus grande coordination de la lutte contre le terrorisme au centre. Leur requête fait suite au massacre, le 02 juillet, d’au moins 32 civils dogons dans le cercle de Bankass par des terroristes. La patrouille des forces armées maliennes dépêchée dans la zone a été elle aussi attaquée. Source: VOA

    • 09h04

      Quatre personnes ont été tuées, une autre blessée et 4 portées disparues dimanche dans l’attaque d’un minibus de transport par des hommes armés non identifiés, à 25 km de la ville de Bandiagra, dans la Commune de Pignari Bana (centre du Mali), rapporte l’agence de presse malienne (AMAP).

L’Hebdo - édition du 26.01.2023
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Mali et recevez gratuitement toute l’actualité