Lutte contre le paludisme: la communauté internationale reste mobilisée !

En prélude à  la journée africaine et mondiale de lutte contre le paludisme célébrée le 25 avril de chaque année,…

En prélude à  la journée africaine et mondiale de lutte contre le paludisme célébrée le 25 avril de chaque année, le programme national et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont conjointement organisé, une conférence de presse au siège de l’Organisation. 1ère cause de mortalité au Mali Au Mali, le paludisme reste la première cause de morbidité et de mortalité chez les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans et représente 41,11% du total des motifs de consultations selon l’annuaire statistiques. Selon le Docteur Klénon Traoré, Directeur du programme national de lutte contre le paludisme, 1.961.070 cas suspects de paludisme ont été enregistrés en 2011 et 21.128 décès étaient imputables à  la maladie. Les pertes économiques sont estimées à  72 milliards de francs CFA par an, C’’est donc un mal qui freine le développement du pays. Maladie mortelle transmise par les moustiques, le paludisme décime près d’un million de personnes chaque année et en affecte jusqu’à  500 millions dans 109 pays d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique. Aujourd’hui pour la première fois, la communauté internationale se prépare à  vaincre le paludisme à  travers le monde. Pour ce faire, un plan mondial fondé sur un consensus a été mis en avant pour promouvoir la coordination des efforts internationaux visant le contrôle, l’élimination et l’éradication finale de la maladie. Cette journée est l’occasion pour les acteurs intervenant dans la lutte contre ce fléau, de faire le bilan des années précédentes et d’échanger avec les partenaires afin de proposer des solutions pour bouter la maladie hors du pays. Des progrès encourageants… Nonobstant les faibles moyens financiers et la crise que traverse le Mali, le programme a fait des résultats encourageants. On peut noter entre autres, la distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à  longue durée d’action, le traitement intermittent chez les femmes enceintes, la chimio prévention du paludisme saisonnier dont la phase pilote est à  Koutiala, les pulvérisations intra domiciliaires et autres méthodes pour le contrôle des vecteurs. En matière de prise en charge des cas de paludisme, les combinaisons thérapeutiques à  base d’arthémisine sont recommandées pour tous les cas de paludisme simple et les médicaments injectables pour lse cas de paludisme grave. Par ailleurs, le Dr Cheik Oumar Coulibaly a affirmé qu’il est nécessaire de consolider les progrès réalisés et accélérer la lutte contre le paludisme conformément au sixième objectif du millénaire pour le développement (OMD). Et pour atteindre les quatrième et cinquième OMD, il faut la mobilisation de nouveaux financements de toute urgence, a t-il poursuivi. « La journée mondiale de lutte contre le paludisme nous donne à  tous, l’opportunité de faire la différence : gouvernement, entreprise, organisation caritative ou particulier, vous pouvez faire reculer le paludisme et aider à  générer des progrès considérables dans les domaines de la santé et du développement », a ajouté le représentant de l’OMS au Mali.