Planification familiale : la population rurale au cœur de la campagne

Comme à  l'accoutumée, en prélude au lancement de la campagne nationale 2010 de planification familiale à  Ouelessébougou, située à  60…

Comme à  l’accoutumée, en prélude au lancement de la campagne nationale 2010 de planification familiale à  Ouelessébougou, située à  60 km de Bamako, les organisateurs ont témoigné sur les acquis des campagnes nationales précédentes pour une meilleure utilisation des services de planification familiale à  travers une mobilisation communautaire plus accrue. Organisée par le ministère de la santé en collaboration avec l’ensemble de ses partenaires cette campagne a eu pour thème « mobilisation communautaire en faveur du repositionnement de la planification familiale. Agissons ! ». En clair, il s’agit grâce un meilleur usage de la planification familiale à  aider par les communautés à  réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile conformément aux Objectifs du millénaire pour le développement. La campagne veut impliquer davantage les collectivités décentralisées dans le repositionnement de la planification familiale, en renforçant l’adhésion des leaders communautaires, religieux, de la société civile et des chefs de famille. Pour eux, il s’agit de transmettre les informations appropriées aux populations en matière d’offre et de disponibilité des services de planification familiale. Ouelessébougou, une localité de forte mobilisation sociale Si les cinq premières éditions de la campagne nationale de planification, ont été lancées dans le district de Bamako, la commission d’organisation a jugé utile de faire cette 6è édition en milieu rural pour mobiliser les communautés rurales autour de la planification. C’’est pourquoi Ouelessébougou, a été choisie comme une localité de forte mobilisation sur les problèmes de santé de la reproduction. La planification permet à  la femme et à  l’enfant de rester en bonne santé et d’éviter les grossesses précoces, multiples, trop rapprochées et tardives. l’espacement des naissances permet à  l’enfant de bien grandir et de profiter de l’affection et du lait maternel pendant longtemps. Ainsi, elle sauve des vies en contribuant pour 1 /3 à  la réduction de la pauvreté tout en réduisant les dépenses de santé des ménages. Aujourd’hui, Le Mali connaà®t des retards dans la transition démocraphique comparée à  la plupart des pays africains. D’après les derniers chiffres, la prévalence contraceptive au Mali est la plus faible de l’Afrique sub-saharienne et s’évalue à  8 %. Si des résultats encourageants ont été enregistrés dans ce domaine, il reste à  promouvoir des initiatives pour mener des activités en fonction des spécificités des acteurs de la planification familiale, et selon les différentes zones rurales ou urbaines du Mali.