Soufroulaye : Un sanglant accrochage oppose les miliciens Ganda-Izo

A une dizaine de kilomètres de Mopti, la commune de Soufroulaye abrite depuis six mois la milice d'autodéfense Ganda Iso…

A une dizaine de kilomètres de Mopti, la commune de Soufroulaye abrite depuis six mois la milice d’autodéfense Ganda Iso en formation aux techniques de combat. Le « centre de jeunesse » des miliciens Ganda Iso (les enfants de la terre en sonhrai) était jusqu’alors un centre de formation professionnelle aux métiers de la couture. Mais depuis quelques temps, il est devenu le lieu d’entrainement de jeunes miliciens décidés à  aller reconquérir le nord du Mali aux mains des groupes armés Pour la plupart, originaires des régions du nord, les miliciens Ganda Iso ne s’entendraient plus désormais. Mardi, un accrochage sanglant a apposé la tendance Mohamed Attaib Maiga, président du bureau sortant et l’actuel bureau présidé par Ibrahim Diallo. Un milicien joint par téléphone à  Soufroulaye, témoigne ainsi « depuis fort longtemps les deux bureaux se regardent en chiens de faà¯ence. l’étincelle qui a mis le feu aux poudres est la nomination d’Arougeoya, comme chef d’Etat major du mouvement Ganda Iso. Ce dernier est un proche parent du président sortant. D’après une source, à  la suite de l’accrochage, le garde du corps d’Ibrahim Diallo a reçu une balle dans le pied et une blessure légère a été constatée. Pour rappel, il y a un mois de cela, le bureau du mouvement Ganda Iso a fait passer un communiqué de presse indiquant la destitution de Mohamed Attaib Maiga à  la tète du bureau remplacé par Ibrahim Diallo président actuel. De quoi attiser la querelle. Tensions entre l’armée et les miliciens Par ailleurs, des tensions existaient déjà  entre les miliciens et l’armée régulière basée à  Mopti. l’un d’eux témoigne que l’armée leur a ôté un véhicule par la force. « Nous sommes dans le collimateur de l’armée depuis longtemps, ils disent ne pas avoir confiance en nous, alors que nous sommes entrain de nous préparer aller au nord, puisque nos autorités ne réagissent pas », explique un milicien». « Ces milices n’ont aucune légitimité aux yeux de l’armée, ils sont jugés comme des amateurs », explique un observateur, d’o๠le manque de considération ». Au moment les projecteurs sont tournés vers le Mali, dans l’imminence d’une offensive militaire au nord, « comment ces miliciens vont-ils libérer le nord dans de telles conditions ? », s’interroge un habitant de Mopti. l’accrochage de mardi ne peut que fragiliser un mouvement qui n’est ni bien formé, ni armé, ni soutenu par les autorités maliennes ? N’est-ce pas là  une voie pour les djihadistes d’infiltrer leurs rangs ? Une connexion entre Ganda Iso et Mujao avait même été faite à  Douentza lors de la prise de contrôle de la ville par les groupes armés, il y a quelques semaines.