Moussa Mara : «Quel gouvernement peut libérer le Nord en trois mois ?»

Journaldumali.com : O๠se situe la CSM dans la crise actuelle ? Moussa Mara : La CSM porte bien son nom, même si sa position peut paraà®tre ambiguà«. Notre regroupement est loin des ambitions de positionnement. Il est focalisé sur l’intérêt supérieur du Mali. Dans un contexte o๠les opinions sont divisées, il faut un regroupement qui fasse la synthèse afin de ramener les uns et les autres à  la raison, de se parler et de mettre le Mali au-dessus des ambitions personnelles. Souhaitez-vous, comme d’autres, un gouvernement d’union nationale? Soyons clairs et précis. Aujourd’hui, un regroupement se bat pour que le gouvernement change. Voire même pour que le Premier ministre tombe. C’’est le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République. Nous leur avons dit d’être raisonnables et de mettre l’intérêt du Mali au-dessus de leurs ambitions personnelles. l’idéal pour nous est que le dispositif institutionnel de la transition puisse continuer. Que le statu quo actuel puisse être maintenu. Mais, comme le Premier ministre lui-même a marqué sa volonté d’ouvrir le gouvernement, sans doute sous le feu de pressions diverses, nous n’y sommes pas opposés. Nous avions tout simplement estimé que les tractations pouvaient créer une période d’incertitude. Que devra être ce gouvernement d’union nationale? La lecture que nous faisons est que le gouvernement actuel est neutre et au-dessus des querelles partisanes. Cependant s’il doit être élargi, il faudra faire attention. La défense, la sécurité, la justice, les affaires étrangères, les finances… , tous ces ministères importants doivent rester entre les mains d’individus neutres. Si des politiques doivent intégrer l’attelage actuel, que cela soit fait dans l’unique objectif d’asseoir le gouvernement sur un plan politique. Enfin, que tous les regroupements politiques qui sont reconnus comme tels puissent être représenté dans le gouvernement. Comment jugez-vous l’action du gouvernement actuel après trois mois d’exercice? Ceux qui veulent que le gouvernement s’en aille en disant qu’il n’a rien fait en trois mois développent de faux arguments. Dire que le gouvernement ne fait rien est au mieux de la myopie, au pire de la mauvaise foi. Avec la donne que nous connaissons, quel gouvernement peut libérer le Nord en trois mois ? Le gouvernement s’active non seulement sur le plan de la négociation, mais aussi sur la restructuration de l’armée. La guerre se prépare. Je ne vous apprends rien, l’armée est tombée dans une situation de décrépitude avancée occasionnée par vingt ans de gestion hasardeuse. Aujourd’hui, il est indéniable que l’armée est en train de se renforcer, de se former, de s’équiper. Mais les actions militaires n’ont pas besoin de publicité. Le délai de la transition est-il tenable? Le délai d’un an fixé pour la transition n’est qu’indicatif. Les deux impératifs demeurent le recouvrement de l’intégrité du territoire et l’organisation des élections. Il faut que nous utilisions le temps qu’il faut pour résoudre une bonne fois pour toutes ces équations. On ne va pas faire une transition pour ensuite aller tomber dans une autre crise. Le mieux serait de prendre le temps qu’il faut.