Amkoullel sort son nouvel album « Né ka Mali »

De son vrai nom Issiaka Bah, Amkoullel fait partie des pionniers du Hip-Hop au Mali. Il est le premier artiste au Mali, à  s’être lancé dans l’aventure solo. Un rappeur conscient Dans ses textes, l’enfant peulh dénonce les pratique anti-démocratiques de certains gouvernants Africains qui ne pensent jamais aux souffrance des populations. Dès le départ, Amkoullel utilise le flow qui fait son identité. En effet, le flow est une technique musicale qui permet d’entonner un même son de plusieurs manières. Il capte l’attention des auditeurs qui, même s’ils ne comprennent pas le sens des textes, restent captivés, hypnotisés. En témoigne le son ‘Farafina’ qui a permis à  l’artiste de remporter le ‘Tamani d’or’ ou trophée de la musique Malienne du meilleur rappeur malien de l’année 2007. « Né ka Mali » La sortie officielle du 4e album de l’enfant peulh est prévue pour le mois de juin prochain. Cet album de 12 titres débute avec une intro en slam. Ce slam est écrit et interprété par deux artistes françaises Kandy et Rim. Elles font partie pour l’une, du Jamel Comédy Club et l’autre du Collectif de Grand Corps Malade. Ce sont parmi les meilleurs slameuses en France. Dans l’intro intitulée ‘bienvenue au Mali’, ces deux artistes partagent la vision qu’elles ont du Mali, la perception de l’Afrique, et la réalité sur place. l’album évoque différents faits de société, l’école malienne qui n’avance pas,les enfants mendiants, les enfants de la rue exploités au nom de la religion. Hors, la religion n’a rien à  voir avec cette situation selon Amkoullel. C’’est juste un moyen pour certain de se remplir les poches. l’album réserve aussi une place à  un texte très engagé, notamment les accords de partenariat économique (APE) très décriés à  l’époque. Sur ce morceau, figurent presque tous les rappeurs et rappeuses du Mali. A côté de ces titres engagés, Amkoullel laisse une place de choix à  des morceaux festifs des tels : ‘Na idon’ (viens danser), une sorte de koudourrou à  la malienne, ‘les soiréeS à  Bamako’… etc… A travers son nouvel opus, l’artiste promeut les instruments traditionnels. Parmi ces instruments, le n’goni, le djembé, le tama, une flûte traversière. Il a présenté l’avant première de cet album au dernier Festival sur le Niger du 3 au 7 février dernier. Discographie En 2002, Amkoullel sort son tout premier album intitulé ‘in faculté Mali kalan ko’. Il déplore l’état désastreux de l’école malienne qui beigne à  l’époque, dans l’ignorance totale. l’année suivante, suivra ‘surafin’ (pot de vin) o๠il s’en prend à  un système défaillant, gangrené de corruption à  outrance. En 2007, le petit peul revient avec ‘waati sera’ (il est temps). Cette œuvre, à  l’image des deux premières est une autoproduction réalisée avec le label Woklo Barka production. Avec son morceau phare ‘farafina’ grâce auquel, il se fera connaà®tre au-delà  des frontières maliennes. Ces trois albums font de l’artiste, l’un des meilleurs de sa génération. Après le Tamani du meilleur rappeur 2007, Amkoullel rafle en 2009 3 autres prix. Lors de l’édition Mali Hip-Hop Awards, il décroche les prix du : meilleur single, meilleur clip et meilleur featuring de l’année. Un artiste aux influences diverses Amkoullel, tout en restant fidèle à  ses rythmes, à  son flow, s’ouvre à  d’autres sonorités, à  d’autres styles musicaux. Il fait des fusions avec plusieurs artistes du Mali et intègre la troupe du black bouddha Cheik Tidiane Seck. Il signe avec Cheik, le titre ‘bakoroba’ sur le dernier album ‘sabali’. Celui-ci lui apprendra les techniques du live et ils participeront ensemble, au Nice jazz festival. Par ailleurs, il fait des prestations avec des stars comme : Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Manu Dibango, Keziah Jones, Rokia Traoré, Lobbi Traoré… Amkoullel compte plusieurs compilations et mixtapes à  son actif. Mali K7 Notons qu’il a été durant quelques années, Directeur commercial et chargé de communication à  Mali K7. Durant ce séjour, il a contribué à  l’émergence d’une multitude de jeunes artistes, Dj, danseurs… A côté de tout ceci, l’enfant peulh est également animateur. Il anime en 2008, la saison 2 de l’émission de téléréalité Case Sanga, sur la chaà®ne de télé panafricaine Africable. Il fait également le maà®tre de cérémonie lors de nombreux évènements et soirées. Mexique ! Mexique ! l’enfant peulh participera au festival ‘Olinkane’ au Mexique, du 26 avril au 5 mai prochain. Ce festival d’Amérique latine enregistre plus de 120.000 festivaliers. C’’est le plus grand festival latino-américain. Avant cela, il participera à  un festival en Guinée Bissau du 15 au 25 avril.

Amkoullel, l’enfant peul du hip-hop malien

ll a choisi un nom symbolique pour rendre hommage à  la culture peule Mais Amkoullel, C’’est d’abord un artiste engagé qui croit en son pays et est conscient des potentialités de l’Afrique. Il a embrassé le rap très jeune avant de se positionner sur la scène du Hip Hop malien. C’’était en 1993 : première scène avec le groupe Smooth Movers. Influencé par le rap américain, Amkoullel multiplie les collaborations et crée avec Alien D le groupe « Kouma Guerya », littéralement les guerriers de la parole. Mais loin de se limiter au rap, Amkoullel s’ouvre à  d’autres styles de musique et fusionne sans toutefois s’éloigner des rythmiques traditionnelles. Il intègre alors la troupe de Cheikh Tidiane Seck, participe deux fois au Nice Jazz Festival o๠il côtoie des stars comme Manu Dibango, Keziah Jones, Rokia Traoré et fait des prestations avec Alpha Blondy, Lobi Traoré ou Tiken Jah Fakoly… Autour de lui, il y a les rappeurs ultra militants Tata Pounds, Lassy King Massassy, Al Peco, Doudou Masta tous très appréciés au Mali. Une figure de la nouvelle génération rap du Mali Entre deux scènes, Amkoullel fait des études de Droit, mais très vite la musique reprend le dessus. Son premier album, Infaculté, sort en 2002, avec des textes dérangeants contre l’ignorance. Suivront Sourafin en 2003 et Waati Sera, (Il est temps !), autoproduit avec le label Woklo Barka en 2007, un opus qui milite contre l’image dévalorisante qu’ont les Africains d’eux-mêmes. Y figure la jeune génération du rap malien : Amy D, Mickee 3000 ou Dop pour ne citer que ceux là . Avec plusieurs compilations et mixtapes à  son actif, Amkoullel a managé des artistes chez Mali K7 un temps, mais il reste avant tout un créatif. Il a ouvert une école de danse hip-hop : le Farafina Club. A la tête de l’Association pour le Rap au Mali, il réunit artistes, Djs, grafeurs, danseurs et a aussi lancé une marque de vêtement, Poulo Wear avec des amis. Positiver l’image de l’Afrique par la culture Chacune de ses apparitions lors des primes de Case Sanga 2, au palais de la culture Hampaté Bâ, déclenche l’hystérie chez les jeunes maliennes. La récompense de Meilleur groupe de Rap, obtenue aux Trophées de la Musique malienne en 2007, a certainement amplifié le phénomène. « C’’est Ander Baba Diarra et Pape Wane de Fanaday Productions qui m’ont contacté pour animer la deuxième saison de la Case ». Un show pour découvrir les jeunes talents de la musique africaine. « comme quoi, on est pas obligé de partir pour réussir », explique Amkoullel. Le titre Farafina parle d’ailleurs de respect ! « En Afrique, le respect ne se mendie pas. Il se mérite par le travail. Dans mes textes, je lutte contre l’image négative qu’on donne de l’Afrique », ajoute l’artiste. Cela passe donc par la culture, le rap et la lecture certainement. Est-ce pour cela qu’il a choisi de s’appeler Amkoullel ? Tendez l’oreille pour entendre cet artiste qui n’a pas lâché son dernier « beat » ! Amkoullel en cinq dates : 1993 : Premier concert de rap ! 2002 : Sort Infaculté son premier album 2004 : Intègre la troupe de Cheikh Tidiane Seck 2007 : Tamani d’or du meilleur groupe de rap avec le titre ‘Farafina’. 2008 : Anime Case Sanga 2 sur Africable… Son dernier album : Waati Sera, Wolko Barka Production, 2007, Le Myspace d’Amkoullel : www.myspace.com/amkoullel