Bounty : Florence Parly récuse la thèse de la bavure

La ministre française des Armées Florence Parly a été auditionnée ce mardi soir par la commission Défense de l’Assemblée nationale. Elle au cours de son audition qualifié de rumeurs les accusations à l’encontre de la force française, responsable pour certains d’avoir fait des victimes civiles lors d’une frappe à Bounty dans le centre du Mali.  « La frappe était dirigée contre un groupe armé terroriste (…) affilié à al-Qaïda ». « Il n’y a pas eu de dommage collatéral observé. On a entendu parler d’un mariage : il n’y a pas eu de rassemblement festif à l’endroit où la frappe est intervenue » a-t-elle répété. Derrière tout ceci, il y aurait selon elle une volonté de manipulation. « Nous savons qu’il existe une sorte de guerre informationnelle » et « il n’est pas totalement innocent que cette sortie médiatique intervienne à un moment où » ce groupe (JNIM)« a communiqué pour expliquer qu’il était temps que les armées françaises quittent le Sahel. Il n’est pas tout à fait anodin que nous ayons pu lire qu’il pouvait s’agir d’une bavure », a-t-elle souligné.

Mali – Bounty : les FAMa donnent leur version des faits

Dans un communiqué datant du mercredi 06 janvier 2021, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants donne sa version des faits sur les frappes aériennes à Bounty dans le centre du Mali. Le communiqué précise que les cibles neutralisées (une trentaine) étaient des objectifs militaire confirmés. « L’environnement n’a montré ni scène de mariage, ni enfants ou femmes » en réponse notamment à des témoignages de villageois et des commentaires sur les réseaux sociaux affirmant que la frappe a touché des personnes rassemblées pour une cérémonie de mariage . Le ministère rappelle que la zone entre Hombori et Douentza est connue comme étant une zone d’influence de la Katiba Serma et du rassemblement pour la victoire de l’Islam et des musulmans qui y dispose de plusieurs centres d’entraînements et d’atelier de confection d’EEI qui fait de nombreuses victimes dans les rangs des forces engagées contre le terrorisme. Toutefois, le ministère assure de l’ouverture d’une enquête par les services compétents pour mieux comprendre ce qui s’est passé.

Mali – Barkhane : la France annonce la neutralisation de terroristes, des villageois évoquent des victimes civiles

Le voile se lève. Depuis dimanche, les réseaux sociaux bruissaient des événements survenus dimanche à Bounti, un village dans le centre du Mali. Selon plusieurs témoignages, une frappe menée par un hélicoptère non-identifié a fait plusieurs victimes civiles (une vingtaine) au cours d’un mariage. Les regards soupçonneux  se sont tournés vers l’armée malienne et les forces étrangères sans pour autant en accuser aucun des deux nommément. Deux jours après, La France, dont la force anti-terroriste Barkhane a mené la frappe a commenté et réfuté la « bavure ».  Une patrouille d’avions de chasse a « neutralisé » des dizaines de djihadistes préalablement repérés après une opération de renseignement de plusieurs jours, a-t-il indiqué l’état-major français à l’AFP. « Les informations relatives à un mariage ne correspondent pas aux observations effectuées », a-t-il dit. « Il ne peut y avoir de doutes et d’ambiguïté, il n’y avait pas de mariage. C’est une frappe menée après un processus particulièrement formel et multipartite sur un groupe armé terroriste pleinement identifié, après un recoupement d’informations, des attitudes, une posture, sur une zone caractérisée », a dit une source militaire française proche du dossier cité aussi par l’AFP. Les autorités maliennes n’ont pour l’heure pas encore réagi.