Handisport : cap sur Rio 2016

La fédération malienne de sports pour personnes handicapées (FEMASH), créée en 1996, s’affirme de plus en plus sur l’échiquier sportif malien. De nombreux talents ont éclos au fil des années, permettant même au pays de remporter quelques trophées à  l’international, o๠les sportifs handicapés maliens sont toujours parmi les 3 premières nations. C’’est avec le meeting sportif des déficients visuels à  l’Institut des jeunes aveugles (IJA), qu’a démarré le 27 février la saison 2016 du handisport malien. Selon Amadou Diarra, président de la FEMASH, les quatre types de handicaps peuvent participer. Les handicapés moteur pratiquent surtout le lancer, le saut, le basket sur fauteuil, l’haltérophilie et le hand-foot. Les déficients visuels jouent le torball (sport de ballon) et la course de 100m. Les déficients intellectuels font la course de 100, 200 et 5 000 m, le lancer de poids et le saut en hauteur. Les déficients auditifs pratiquent quant à  eux les sauts, courses et lancers. La FEMASH se veut donc une fédération pluridisciplinaire, selon son président, qui déplore les nombreuses difficultés telles que le manque d’encadreurs techniques, de formations (apprenants et formateurs), d’équipement appropriés et de financements. Il faut rappeler que C’’est seulement cette année que la FEMASH a été ajoutée à  la liste des fédérations bénéficiaires de subventions au niveau du Comité national olympique et sportif du Mali (CNOS). Grâce aux différentes compétitions locales qui seront organisées, la FEMASH souhaite prendre part aux jeux paralympiques de Rio, qui auront lieu au Brésil à  la suite des Jeux olympiques prévus du 5 au 21 août prochain. « Nous souhaitons que le Mali soit représenté par sept athlètes, accompagnés de deux encadreurs et d’un délégué fédéral », a expliqué Amadou Diarra. En attendant le rendez-vous mondial, l’édition 2016 du championnat national, qui devra permettre de sélectionner les meilleurs parmi ces sportifs, est prévue du 27 juillet au 1er août, et sera délocalisée dans la région de Kayes.

Jeux olympiques de Sotchi : la Russie, vitrine du monde

C’’est l’événement sportif qui polarise toutes les attentions. Les jeux olympiques de Sotchi seront inaugurés ce vendredi soir par le président russe Vladimir Poutine. La grande et somptueuse cérémonie prévue à  cet effet rassemblera des dizaines de chefs d’Etats européennes et plusieurs hautes personnalités mondiales. Au nombre des hôtes de marque, on peut citer entre autres le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, le président chinois Xi Jiping, le premier ministre turc Recep Erdogan et le chef de l’Etat ukrainien, Viktor Ianoukovitch, en dépit de la situation poreuse de son pays. Les grands absents sont le président américain Barack Obama ainsi que les présidents François Hollande de la France et Joachim Gauck de l’Allemagne. La presse occidentale met leur absence au compte de leur volonté de protester contre les mesures prises par la Russie sur l’homosexualité… « Les jeux les plus chers de l’histoire olympique » Pour une grande première, la Russie a mis les petits plats dans les grands. Le pays de Vladimir Poutine organise les jeux olympiques les plus chers de l’histoire avec la faramineuse somme de 37 milliards d’euros. Ce qui a eu le don d’irriter certains observateurs qui dénoncent une demeure russe. Pour la sécurité des JO, la Russie n’a pas lésiné sur les moyens et le nombre impressionnant de forces de sécurité mobilisées pour assurer la sécurité des participants et parer à  toutes velléités d’attentat terroriste. Même si Barack Obama snobe les jeux olympiques, il n’en demeure pas moins que son pays accorde une importance à  la sécurité de l’événement. Il a souligné l’« énorme enjeu » que représentait, pour la Russie, la prévention de tout attentat durant les Jeux. « Ils ont investi beaucoup de ressources à  cet effet », a-t-il souligné, précisant que Washington était « en communication constante avec eux, à  la fois au niveau des forces de l’ordre, de l’armée et du renseignement », rapporte l’AFP. Toujours selon AFP, l ‘Agence américaine de sécurité dans les transports a annoncé qu’elle interdisait temporairement aux passagers des vols Etats-Unis-Russie de transporter tout liquide, gel ou aérosol en cabine, par mesure de sécurité. La veille, le gouvernement américain avait déjà  mis en garde les compagnies aériennes que des individus pourraient cacher des explosifs à  l’intérieur de tubes de dentifrice. »

Moussa Camara, l’un des espoirs du Mali aux JO

204 délégations prendront part à  l’évènement interplanétaire. Dans leur rang, il faut compter avec le champion du Mali d’athlétisme en 800 mètres. Un homme qui possède des valeurs de combativité et d’endurance profonde. Spécialiste du 800 m, Moussa Camara, nous revient des championnats d’Afrique d’Athlétisme à  Porto Novo (Benin) o๠il a brillé par sa performance. Lors de cette compétition continentale, Moussa Camara s’est hissé en finale mais n’a pu faire mieux que 8’ avec un chrono de 1′ 49 » 12 contre 1’45 » 09 pour le champion d’Afrique, l’Algérien Taoufik Rakhloufi. «Je n’ai pas compris mon échec en finale. J’ai terminé premier de la demi-finale et je n’ai ressenti aucune fatigue. Franchement de n’ai aucune explication », regrettait l’international malien à  l’issue du tournoi. Stage au Kenya Auparavant Moussa Camara a bénéficié d’une bourse olympique offerte par le Comité national olympique du Mali à  travers la solidarité olympique. Cette bourse a permis au recordman du 800 mè d’intégrer le Centre national d’Eldoret au Kenya. Après deux ans la bas, Moussa Camara qui participe aux JO de Londre, aura une option sérieuse à  prendre lors des compétitions en terre britannique. Pour beaucoup, le champion du Mali en 800 mètres a de réelles chances d’affirmer son talent et son efficacité dans cette compétition internationale. Le Comité national olympique ne l’entend pas de cette oreille. Il estime que l’athlète «Â réussira non seulement à  améliorer sa propre performance mais pourrait réaliser un nouveau record national ». Et pour mieux préparer les championnats mondiaux, le porte drapeau du Mali a aussi fait un stage en Italie.

Aminata « Makou » Traoré, quadruple championne du Mali de Taekwondo

Pratiquant le Taekwondo depuis l‘enfance, Tanti dit n’avoir eu aucun mal à  décrocher l’année dernière, son Diplôme Universitaire technique (Dut) en Finance Comptabilité. A peine la vingtaine, elle vient d’enlever, il y a seulement quelques mois, le 2ème Dan de ceinture noire en Taekwondo. «Â J’ai été séduite par le Taekwondo parce que C’’est une discipline hautement physique qui, de surcroit, permet de développer l’intelligence. Je n’ai à  présent aucun regret d’avoir embrassé ce sport ». Elle reconnait qu’il n’a pas été facile de convaincre ses parents de son amour pour cette discipline. Mais Tanti leur rend un vibrant hommage pour l’avoir soutenu dans ses séances d’entrainements. D’accord avec son entraineur, Tanti souhaite une vulgarisation des compétitions et une participation de plus en plus accrue du Mali aux compétitions africaines. «Â Les athlètes maliens ont beaucoup de talents. Ils manquent seulement de compétitivité », juge t-elle. Un fruit de «Fitness Center» Tanti s’entraine dans l’une des salles les plus huppées de la capitale, Fitness center. Ici, elle le fait dans une atmosphère de symbiose avec ses collègues, sous la houlette de son entraineur Gaoussou Soumaré dit « Mafa » . Un homme auquel elle dit tout devoir. « C’’est une fille que J’ai personnellement formé depuis le bas âge. Elle s’est fait distinguer par son sérieux et sa rigueur. Ces valeurs sont très importantes dans le Taekwondo. Je savais qu’elle pouvait beaucoup apporter au Taekwondo malien. Je crois en elle, car je sais qu’elle peut encore faire briller le Taekwondo malien ». Tanti dit avoir été fascinée par ce sport depuis le bas âge. « Je ne regardais que ça sur l’écran de ma petite télé ». De 2004 à  2010, Tanti est restée la star du championnat malien avec à  son actif, une kyrielle de titres. Palmarès A seulement 21 ans, Tanti peut se targuer du nombre significatif de compétitions auxquelles elle a pris part sous les couleurs de son pays, le Mali. Sa carrière a véritablement commencé en 2003, à  l’occasion de sa participation aux Compétitions Ouest-africaines de Taekwondo. En 2006, Tanti a remporté une médaille d’or à  l’occasion des zones 2 à  Bamako. A la coupe du monde francophone, elle a enlevé une médaille en bronze. Sa participation en 2007 aux Jeux africains en Algérie lui a aussi permis d’avoir une médaille en bronze. Toujours en 2007, au tournoi du clos-taureau, Tanti s’est adjugé une médaille en or. Et, elle bénéficia du trophée de meilleure des meilleures. En 2008, elle a enlevé une médaille en bronze lors du Challenge espoir au Gabon. Sans oublier les nombreuses compétitions auxquelles elle a participé au Benin, Lybie, Cameroun…