Propriété industrielle : la première semaine des marques lancée

En partenariat avec l’agence de communication Spirit, le Centre malien de promotion de la  propriété industrielle (CEMAPI) organise la première édition de la semaine des marques.  Sur le thème « une marque compétitive, un outil de conquête des marchés », la semaine se veut aussi un appui à la promotion du made in Mali.

Célébrer les marques et promouvoir le made in Mali, c’est l’objectif de la semaine des marques où les entreprises maliennes seront en compétition afin de récompenser les meilleures. Ainsi seront distinguées 5 catégories : la meilleure marque du public, la meilleure marque de produit, de service, la meilleure marque à l’international, la meilleure marque féminine.

Des panels, des caravanes et des expositions de marques dans les grandes artères de la capitale marqueront également l’évènement. Projet nourri depuis quelques mois par le CEMAPI, l’événement est prévu courant le mois de février 2022. «  Les objectifs de la semaine  sont de célébrer les marques maliennes.  Parce que nous sommes tous des consommateurs de marques au quotidien », a indiqué madame Bocoum Fatoumata Siragata Traoré, directrice générale du CEMAPI.

Marque, valeur ajoutée

A travers cet événement, il s’agit de montrer l’importance de la marque comme un actif pour l’entreprise. « Actif de propriété industrielle d’abord, les marques sont aussi des outils  permettant aux entreprises de communiquer, de créer un lien et de fidéliser les consommateurs », a ajouté Mme Bocoum.  Elles leur permettent d’être compétitives face à leurs concurrents mais aussi de « sécuriser leurs investissements ». Les marques sont les remparts contre la contrefaçon qui constitue un véritable frein à l’épanouissement de plusieurs entreprises mais aussi un danger pour les consommateurs.

Cette célébration des marques maliennes doit aussi être l’occasion de sensibiliser davantage les entreprises qui n’ont pas encore pris conscience de la nécessité de protéger leurs marques pour assurer  leur viabilité et ce dans un environnement économique très concurrentiel.

C’est une véritable «  culture de la marque qu’il faut instaurer »,  selon M. Sidy Dangnoko, directeur général de Spirit,  parce qu’à travers elle il y a un travail, de la valeur ajoutée »,   « C’est à travers des marques fortes que nous avons des entreprises fortes », a-t-il encore précisé.  Un combat utile pour l’économie malienne.  La semaine vise en outre à créer une émulation saine afin de permettre aux meilleurs d’émerger et de créer de la valeur ajoutée.

La compétition est ouverte à toutes les entreprises qui détiennent les marques et qui les exploitent,  grâce à un dépôt légal au niveau du CEMAPI ou de l’OAPI. Les critères dévaluation sont aussi la visibilité, l’innovation, la vigueur et aussi le portefeuille de marques de l’entreprise.