Armée malienne : La réconciliation se concrétise

En réponse à  l’appel du chef d’Etat-major général des armées, le General de brigade Ibrahim Dahirou Dembélé, des centaines d’éléments du 33ème Régiment des commandos-parachutistes se sont rassemblés. Objectif : annoncer la bonne nouvelle, procéder à  un recensement des éléments dispersés depuis le début des malheureux événements et rappeler que seuls l’ordre et la discipline devraient régir le régiment. « C’est le Mali qui compte » Ils étaient des centaines de commandos parachutistes des camps de Djicoroni et de Koulouba à  arborer de nouveau leur tenue coiffée de l’emblématique béret rouge. Devant un public constitué de notabilités de Djicoroni et d’une foule de curieux, le lieutenant-colonel Seydou Moussa Diallo, après avoir remercié les autorités de transition, l’assistance et l’ensemble des personnalités qui se sont investies dans le dénouement heureux de cette mésentente entre frères d’armes, a annoncé que le régiment est reconstitué conformément à  la décision des autorités. « Le régiment est restauré, ce n’est pas moi qui le dit, C’’est la parole du chef d’état-major général des armées, Gl. Ibrahim Dahirou Dembélé. Donc, à  partir d’aujourd’hui, nous réintégrons les rangs des forces armées ». Et il ajoute en adressant à  ses frères d’arme « Préparez-vous au combat, vous avez votre rôle à  jouer dans la libération et la sécurisation du pays. Mettez-vous au travail, faites le sport comme il se doit. Quand vous rencontrez un frère d’armes d’autres corps, embrassez-vous car C’’est le Mali qui compte» a déclaré le lieutenant-colonel. « Nous irons au Nord pour dénicher les rebelles dans leur dernier retranchent »! Seydou Moussa Diallo qui n’a pas fait l’économie des qualités intrinsèques des commandos, a affirmé que le combat de la libération du pays ne se fera pas sans eux. « Nous ne nous déroberons pas à  notre serment de défense du territoire national. Nous irons dénicher…les rebelles o๠qu’ils se trouvent sur le territoire national, notamment à  Kidal dans les collines de Téghargat, de Tessalit etc.», a-t-il soutenu. Pour atteindre cet objectif, Seydou Moussa Diallo, a, au nom de l’ensemble du régiment, réaffirmé la disponibilité de tous les commandos à  servir le pays sous le commandement de la hiérarchie militaire. « Nous avons pardonné et nous agirons sans rancune aucune sous le commandement de celui qui serait choisi par la hiérarchie militaire pour nous commander. Qu’il soit un officier de la garde, de la gendarmerie ou même de la police, nous serons sous ses ordres pour le bien de notre chère patrie » a-t-il déclaré. Le Général de brigade Ibrahim Dahirou Dembélé a été longuement applaudi par les commandos et toute l’assistance pour ses efforts. «Nous remercions beaucoup le CMGA qui a décidé, au nom du Mali, d’accepter toutes nos doléances. Il aurait pu refuser, mais il a accepté tout ce que nous lui avons demandé pour ramener l’union au sein de l’armée » precise –t-il. Après avoir salué le chef d’Etat-major il a précisé le camp a de nouveau été doté en vivres avant d’ajouter que Daihrou Dembélé a accepté de rembourser les frais d’ordonnance des blessés des tirs du 8 février . Au regards des rapprochements entre bérets rouges et bérets verts, on peut dire que l’heure de la réconciliation a bel et bien sonné.