InternationalInternational, Monde




UEMOA : Soumaila Cissé dresse son bilan de fin de mission

Hôtel Laico Amitié de Bamako. Un cadre feutré pour convier la presse. Ainsi Soumaila Cissé, habitué de l'exercice, s'est dit…

Hôtel Laico Amitié de Bamako. Un cadre feutré pour convier la presse. Ainsi Soumaila Cissé, habitué de l’exercice, s’est dit heureux d’échanger avec la presse malienne sur les résultats de son mandat à  la tête de l’Uemoa. Alors que la dernière conférence des chefs d’états présidée par le Togolais Faure Gnassingbé n’a encore pas donné le nom de son remplaçant, Soumaila Cissé que les militants de l’URD, attendent impatiemment à  Bamako, restera président de la Commission de l’Uemoa, jusqu’ au 1er septembre, date à  laquelle, un nouveau nom sera connu. A côté de lui Seydou Sissouma, le nouveau commissaire Malien à  l’Uemoa qui prendra également fonction à  cette même période. En attendant, il s’est agi de faire le bilan en matière d’intégration africaine. Les chantiers de l’Uemoa Rappelons le l’UEMOA a été institué le 10 janvier 1994 par le traité de Dakar et regroupe 8 pays, que sont le Sénégal, le Mali, le Niger, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Bénin, la Guinée Bissau et le Burkina Faso, siège de l’organisation. Avant toute interrogation, Soumaila Cissé a planté le décor en resituant la création de l’Uemoa dans un contexte de dévaluation du Franc CFA, au début des années 90, avec comme défi majeur de consolider le nouveau franc qu’avaient en commun les pays de l’Union. Une période surtout marquée par des mécanismes de compensation financière vis-à -vis des pays touchés par la dévaluation et qui ont porté sur près de 40 milliards concernant le Mali. Il fallait aussi mettre en place les différents organes de l’Uemoa, la chambre consulaire, le Comité Interparlementaire, qui a son siège à  Bamako en attendant l‘achèvement du nouveau parlement dont le budget s‘élève à  près de 15 milliards. Une seconde phase a consisté à  identifier et à  combler les attentes des populations en matière d’intégration. Celle-ci se décline en plusieurs programmes décennaux économiques, portant sur les infrastructures, les axes routiers, de chemins de fer, le développement des ressources agricoles, la mise en place d’une politique commune, l’exploitation énergétique, la libre circulation des biens et des personnes dans l’Union. Des chantiers dont le président de la Commission s’est dit satisfait et qui doivent être consolidés au quotidien. 113 milliards pour le Mali Pour le cas du Mali, l’Uemoa a investi près de 113 milliards dans cet hinterland et y a surtout développé les infrastructures, a rappelé Soumaila Cissé, comme l’axe routier entre le Mali et la Côte d’Ivoire via Sikasso. Celui avec le Burkina Faso, les interconnexions et les postes frontières, le tout financé par des prêts à  taux bas et des financements supplémentaires de la CEDEAO et des Etats-Unis. Sur le plan agricole, un investissement de 11 milliards de francs dans la zone Office du Niger. Une centrale de 60 Mégawatts, l’initiative pour l’énergie à  hauteur de 20 milliards de francs pour doter les populations en électricité pour ne citer que ces chantiers etC’… Un bilan questionné Après un exposé bref, Soumaila Cissé, qui aime la précision a donné voix à  la presse, qui n’a pas manqué d’évoquer les défis et les réussites du Malien à  l’Uemoa. « En plus de permettre de rapprocher les populations, nous avons des programmes pour l’accès à  l’eau, l’énergie, l’agriculture, les routes etC’…3000 forages ont été réalisés dans l’espace de l’UEMOA dont 454 rien qu’ au Mali. Pour résumer, de l’agriculture à  l’ hydraulique, l’énergie , l’élevage, la communication, les problèmes de santé comme le sida, le paludisme et les ressources humaines, l’Uemoa a investi plus de 400 milliards de francs CFA. ». Le bilan est jugé relativement satisfaisant. Mais l’interviewé n’a pas échappé aux questions concernant son avenir politique au Mali. « Le lieu n’est pas propice pour débattre ce sujet, je viendrais et J’organiserai la conférence de presse pour toutes les questions liée à  la politique » a-t-il déclaré en souriant. Le timing ne fait donc pas peur à  Soumaila Cissé, qui rentrera au bercail en temps voulu. « D’ici là , le parti avance, consolide ses bases, poursuit son travail d’implantation, et cela n’a jamais aussi bien marché que lorsque J’étais pas là . », a souligné le président de la Commission, serein. l’Uemoa de 2011 à  2020 Arrivant en fin de mandat, Soumaila Cissé prêche désormais pour la réflexion sur l‘avenir de l‘Union. « Il faut repenser l’Union, redéfinir les rôles, que doit être la Commission en 2011? ». Pour cela, un plan stratégique portant sur la période 2011-2020 a été élaboré. Surtout, la Paix et la Sécurité sont des axes majeurs, sur lesquels se penche désormais l’Union après la crise Ivoirienne et la dernière conférence des chefs d‘états à  Lomé. Le poids ce de pays qui sort d’une grave crise politique équivaut à  un peu plus de 40% du PIB de l’Union, C’’est dire tout l’enjeu des questions de sécurité, pour pérenniser le développement de l’Union. Par ailleurs, le droit d’établissement, facteur d’intégration qui permet à  un avocat malien d’aller travailler au Sénégal, au Burkina Faso ou ailleurs reste un axe du programme de l’UEMOA qui est la libre circulation des personnes. A l’issue de la conférence, un cocktail a réuni les journalistes autour du président de la Commission, qui comme à  son habitude, a continué le débat en off. Une ambiance conviviale pour intéresser le plus grand nombre à  cette jeune institution régionale qui entend peser sur l’avenir économique du continent. Et tandis que la bataille fait rage entre un candidat d’un pays émergent et une européenne pour la direction du FMI, Soumaila Cissé se dit confiant en l’avenir de l’Union économique et monétaire ouest-africaine; Nous sommes à  milles lieux d’imaginer un Africain à  la tête du FMI. Qui sait, ce sera peut être notre compatriote, un jour… D’ici là , il y a beaucoup à  faire…